APPEL A COMMUNICATIONS – “Mobilisations transnationales des milieux économiques” – Bordeaux 2019

La section thématique 75 de l’AFSP se tiendra lors du prochain congrès de l’AFSP à Bordeaux en juillet 2019 sur le thème « Mobilisations transnationales des milieux économiques : acteurs, organisations, idées ». 

Les propositions de communication, en français ou en anglais, sont à envoyer avant le 12 décembre aux deux responsables de la ST aux adresses suivantes : 

Marieke Louis : marieke.louis@iepg.fr

Yohann Morival : y.morival@gmail.com   

La ST75 articule l’intérêt renouvelé pour l’économie au prisme du politiqueet la sociologie politique des relations internationales. Elle prend pour objet les entreprisesetleurs représentantsà l’échelle internationale (organisations patronales, chefs d’entreprise, experts ou porte-parole patronaux). Elle porte une attention particulière à la genèse des organisations patronales internationales, aux espaces et aux arènes investis ainsi qu’à la labilité des frontières public-privé.

L’entrée par les mobilisations économiques transnationales invite à articuler les approches relevant des relations internationales, de la sociologie des organisations, de l’économie politique, de lasociohistoireet de l’action publique.Nous proposons quatre axes d’étude privilégiés.

1. Le premier axe interroge la structuration des organisations transnationales, des premiers cartels internationaux d’entreprise à la fin du XIXe siècle à l’émergence du Business 20 dans les années 2000 en lien avec les sommets du G20. Nous suggérons que l’histoire de ces organisations éclaire les liens entre acteurs publics et privés. Qui sont les acteurs, publics et privés, investis dans la création de ces organisations ? De plus, ces organisations prennent des formes institutionnelles différentes, entre logiques souples (Business 20, Forum de Davos) et des organisations plus contraignantes pour leurs membres (Chambre de commerce internationale, BusinessEurope). Que peut-on retirer de l’analyse des divers degrés d’institutionnalisation de la coopération ? La réponse à ces questions fournirait notamment un complément important à la littérature sur le multilatéralisme et sur l’affirmation d’un espace politique international.

2. L’entrée par les entreprises et les organisations transnationales devrait également permettre d’éclairer le fonctionnement d’espaces politiques internationauxoù leurs représentants négocient leur représentation qui sont au cœur du second axe. Avec quels autres mondes professionnels les acteurs entrepreneuriaux sont-ils en contact (diplomates, fonctionnaires, élus, militants) ? Quels ajustements pour leurs discours et leurs pratiques ? Quelles sont les trajectoires des représentants économiques à l’échelle supranationale et assiste-t-on à l’émergence d’une “communauté d’élites transnationales”?   Les espaces investis par les acteurs patronaux transnationaux sont également locaux et nationaux. La prise en compte de la diversité de ces situations devrait permettre de développer une connaissance plus précise des modalités d’une action à de multiples échelles

3. Dans ce troisième axe, il importe ensuite de saisir la diversité des points de vue promus sur l’économie et le politique par des représentants patronaux internationaux. Le caractère a prioridépolitisé des arènes transnationales, qui mêlent des individus et organisations issus de contextes politiques nationaux très divers, oblige à des jeux d’ajustement permanents. Une attention particulière sera portée au lien entre les idées, les savoirs et les pratiques de ces représentants qui nourrissent ces idées et participent à leur diffusion (formation universitaire, lectures, production d’écrits, appartenance à des think tankset cercles de réflexion, etc.). Faut-il voir l’espace international comme un authentique laboratoire des idées libérales ? Dans quelle mesure l’internationalisation des trajectoires des représentants patronaux ou des chefs d’entreprises entraîne-t-elle une transformation durable des opinions politiques des intéressés ? 

4. Enfinles firmes transnationales et les groupes patronaux transnationaux sont de plus en plus associés à la définition voire à la mise en œuvre de l’action publique. L’essor des partenariats public-privé, notamment dans le cadre de l’aide au développement ou des politiques de défense, illustre la labilité des frontières du public et du privé. Il faudrait alors caractériser le rôle joué par ces acteurs et les moyens dont disposent les différentes organisations internationales pour contrôler cette activité. En outre, il convient d’interroger la capacité des organisations et autres groupements internationaux à prendre position. Quid des modalitésde prise de décision (vote, consensus) mais aussi des types de décision dans ces groupes ? 

Aucune préférence n’est donnée a priorià des travaux plutôt “quantitatifs” ou “qualitatifs” ou mobilisant des méthodes spécifiques. Les propositions de communication devront faire ressortir unterrain d’enquêtepouvant être local, régional (sans préférence pour une aire culturelle) ou global, monographique ou comparatiste. 

Mots clés : Groupes patronaux ; Organisations internationales ; Mobilisations économiques transnationales ; Socio-histoire ; Professionnels de l’international ; Action publique internationale



Citer ce billet
Virginie Blum (2018, 13 novembre). APPEL A COMMUNICATIONS – “Mobilisations transnationales des milieux économiques” – Bordeaux 2019. Sociologie économique. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uav0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search