Soutenance de thèse de Gaël Depoorter

Soutenance de thèse de doctorat en sociologie menée sous la direction de Frédéric Lebaron intitulée :

Le “bal des hackers”. Sociologie critique d’un exotisme postmoderne. La “communauté” du Libre entre tropisme individualiste et processus d’institutionnalisation.

La soutenance aura lieu le mercredi 28 novembre à 15 heures à l’Université de Picardie Jules Verne, Pôle Cathédrale, amphithéâtre Carré de Malberg.

Composition du Jury :

M. Bruno Ambroise, Chargé de recherche au CNRS, ISJPS, Université Paris 1 (examinateur)

Mme. Antonella Corsani, Maitre de conférences HDR, ISST, Université Paris 1 (rapporteure)

M. Frédéric Lebaron, Professeur, IDHES, ENS Paris-Saclay (directeur de thèse)

M. Patrick Lehingue, Professeur, CURAPP-ESS, Université de Picardie Jules Verne (examinateur)

Mme. Maud Simonet, Directrice de recherche au CNRS, IDHES, Université Paris-Nanterre (rapporteure) 

La soutenance est publique et sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés. Afin de faciliter son organisation, je vous remercie de bien vouloir m’informer de votre présence à l’adresse suivante : gaeldepoorter@protonmail.ch

Résumé de thèse :

Le monde d’internet, des logiciels libres et des hackers est généralement appréhendé comme un espace exotique de libération des individus, et d’expression des subjectivités. C’est l’horizontalité, l’auto-organisation et les ajustements spontanés qui l’emporteraient, révolutionnant ainsi les formes de socialités. L’homme informationnel fait alors figure d’« homme nouveau ». Se repose donc à nouveau frais un problème classique de sociologie : comment articuler individu et société ? Qu’est ce que social veut dire lorsqu’il s’agit d’internet et des libristes ? Pour appréhender cette question nous avons mené une enquête conceptuelle et de terrain au sein de la “communauté” du logiciel libre. 

Nous analysons les usages sociaux du Libre au sein des trajectoires des enquêtés, et au travers de l’épistémologie mobilisée par les travaux qui l’étudient. C’est avec le concept d’institution que nous déconstruisons ces derniers et restituons les premiers. Il nous permet d’interroger une épistémologie hacker qui a tendance à proposer une lecture appauvrie du social, et culturaliste des comportements. En sortant d’une vision étroite des formes d’encadrement des pratiques et extensive de l’expression de la liberté, il devient possible de revenir à une conception heuristique du don en réinvestissant le moment du « retour ». C’est avec cet outil que cette « communauté » peut se penser en tant qu’institution structurée. La façon dont les libristes la mobilisent dans leurs trajectoires permet alors de saisir ce qu’est le Libre. En décrivant les dynamiques d’attachement et d’affiliation il s’agit d’analyser dans quelle mesure le Libre constitue une “institution du sens” adaptée aux transformations contemporaines.

Mots-clés : hacker ; logiciel libre ; institution ; culture ; lien social ; don ; trajectoire ; internet

Titre et résumé de thèse en anglais :

“Ball of the Hackers” Critical sociology of a postmodern exoticism. The “community” of Free Libre and Open Source Software, between individualistic tropism and process of institutionalization

Abstract:

The world of the Internet, free software and hackers is generally understood as an exotic space, allowing for individuals liberation and subjectivities expression. Horizontality, self-organization and spontaneous adjustments are assumed to prevail, thus revolutionizing forms of sociality. Informational man is seen as a “new man”. Therefore, a classic sociological problem appears once again: how to articulate the relations between individual and society? What does social mean when it comes to the Internet and free software activists? To address this issue we conducted a conceptual and field survey within the free, libre and open source software “community”.

We analyze the social uses of FLOSS within the trajectories of the respondents, and with the epistemology defined by researchs that study it. It is with the concept of institution that we deconstruct them, and restore the preceding ones. It allows us to question a hacker epistemology that tends to propose an impoverished reading of the social, and a culturalist interpretation of behaviors. Beyond a restricted vision of framing practices forms and extensive expressions of freedom, it becomes possible to return to a heuristic conception of the gift by reinvesting the moment of ”return”. FLOSS “community” can be thought, through this conceptual tool, as a structured institution. It’s by being attentive to the way FLOSS activists mobilize the community in their trajectories that we can grasp what FLOSS is. By describing dynamics of attachment and affiliation, the objective is to understand in which way and how FLOSS “community” constitutes an “institution of meaning” adapted to modern transformations.

Key-words : hacker ; free software ; institution ; culture ; social tie ; gift ; trajectory ; internet



Citer ce billet
Virginie Blum (2018, 14 novembre). Soutenance de thèse de Gaël Depoorter. Sociologie économique. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uav2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search