Soutenance d’HDR d’Antonella Corsani, 20 novembre 2018, 10 h, site Pouchet CNRS

La soutenance d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de Madame Antonella Corsani (Paris 1/ISST) se déroulera le mardi20 novembre 2018 au site CNRS de la rue Pouchet, à partir de 10h en salle de conférences, 59/61 rue Pouchet 75017 Paris.

Le jury d’habilitation est composé de :

Stephen Bouquin, Professeur de sociologie, Université d’Evry
Odile Henry, Professeure des universités, Université Paris 8
Florence Jany-Catrice, Professeure d’économie, Université Lille 1
Laurent Jeanpierre, Professeur des universités, Université Paris 8 (garant)
Frédéric Lebaron, Professeur de sociologie, ENS Paris Saclay (rapporteur)
Dominique Méda, Professeure de sociologie, Université Paris Dauphine (rapporteur)

Le dossier d’habilitation (Mutations du travail, métamorphoses du salariat) comprend, outre une synthèse du parcours de recherche (volume 1) et un choix de publications (volume 2), un mémoire inédit (volume 3) intitulé : 

Le travail entre hétéronomie et autonomie. Dispositifs d’assujettissement, stratégies de liberté.

Résumé : Mon mémoire original s’inscrit dans une perspective critique, à la fois des représentations du travail postfordiste qui idéalisent le présent, ou qui neutralisent idéologiquement les conflits, et des images hâtives qui dénoncent au contraire le « néolibéralisme » actuel et ses effets sur le travail et les relations de travail. Ce mémoire original se compose de trois parties. La première a pour titre « Mutations du travail : apports et limites des thèses sur le capitalisme cognitif ». Le capitalisme industriel a toujours été cognitif, telle est l’une des premières thèses sur le capitalisme cognitif développée par un auteur italien, Enzo Rullani. Il s’agit d’une thèse que je fais mienne et que j’approfondis. Dire que le capitalisme a toujours été cognitif signifie que la connaissance a depuis toujours été au cœur de la dynamique du capitalisme. Cependant, accumulation de connaissances et accumulation de capital sont antinomiques. Dans cette perspective, la progression des connaissances (le développement des forces productives dans la terminologie marxienne) n’est pas le fait de la dynamique du capitalisme. C’est le contraire qui se passe : la dynamique du capitalisme est impossible sans l’assujettissement de forces sociales et cognitives. Ce sont les institutions du capitalisme et les techniques de management qui constituent les dispositifs de pouvoir permettant cet assujettissement. Dans cette perspective, le fordisme – qui nie la subjectivité du travailleur – et le néolibéralisme – qui exige l’autonomie du travailleur – constituent des techniques différentes de gouvernement et de contrôle des forces sociales. Ce qui me conduit alors à parler, pour définir une tendance forte du temps présent, de « capitalisme cognitif à l’époque néolibérale ». 

Dans la deuxième partie, les figures analysées sont celles de l’intermittent du spectacle et de l’entrepreneur salarié des Coopératives d’Activité et d’Emploi (CAE). Il s’agit de deux figures, parmi d’autres, qui se situent dans une « zone grise » des relations de travail, entre travail salarié et travail indépendant. Leur intérêt particulier tient à la complexité de la question de l’autonomie et de l’hétéronomie dans des situations où le lien juridique de subordination est faible, voire inexistant. L’une comme l’autre de ces deux figures sont par ailleurs assez directement concernées par les politiques néolibérales conduites en France : les intermittents du spectacle le sont par les réformes de la protection sociale, les entrepreneurs-salariés des CAE constituent un produit même des politiques visant à l’auto-entrepreneuriat, autrement dit à faire de tout un chacun un entrepreneur de soi-même. La méthode d’enquête sur ces deux groupes est celle que j’appelle de la « co-recherche action » à laquelle j’ai consacré un chapitre parmi les plus importants de ce mémoire.

La troisième et dernière partie de ce volume a comme titre « Temps, Argent et Liberté ». Il traite les données issues d’une enquête au sein des deux plus grandes CAE, réalisée en 2014-2015, achevée en 2016, et dont ce mémoire constitue une valorisation originale. Ces résultats sont mis en comparaison avec les résultats de deux enquêtes menées dans les années 2004-2005 et 2008-2011 dans le milieu des intermittents du spectacle. Le résultat le plus important tient à la vérification empirique de ce qui a été au fond l’une des thèses les plus fondamentales de Cornelius Castoriadis : l’autonomie – ici celle du travailleur – est avant tout un processus plutôt qu’un état, un processus indissociablement individuel et collectif.



Citer ce billet
Virginie Blum (2018, 20 novembre). Soutenance d’HDR d’Antonella Corsani, 20 novembre 2018, 10 h, site Pouchet CNRS. Sociologie économique. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uav4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search