Gros plan sur… La thèse de Simon Bittmann, « Des loan sharks aux banques : croisades, construction et segmentation d’un marché du crédit aux États-Unis, 1900-1945 »

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours.Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Simon Bittmann, docteur en sociologie depuis mai 2018.

1. Votre thèse, réalisée au CSO sous la direction de Claire Lemercier et Marion Fourcade, porte sur l’histoire du crédit à la consommation aux États-Unis. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Suite à la crise financière de 2008, la première réaction de l’administration Obama a été de cibler, par le biais du Dodd-Frank Act, non pas les banques ou les front offices chargés d’échanger des crédits titrisés, mais des agences de crédit à la consommation implantées dans des quartiers défavorisés, dont les pratiques étaient dénoncées comme immorales. C’était ce paradoxe qui m’a intéressé au départ : le choix de placer au cœur des efforts menés en vertu de la protection des consommateurs une volonté de prévenir la résurgence des usuriers, les « loan sharks », qui profitent des populations fragiles en période de crise. Si les pratiques et les entreprises que désigne l’expression ont beaucoup évolué, le « shark » continue d’incarner cette figure du financier intraitable des pauvres au sein de l’imaginaire collectif.

Partir de cette expression populaire avait pour objectif de comprendre à la fois ce que l’expression désigne, le type de pratiques économiques qu’elle dénonce, et l’acte même de dénonciation.Le pari de la thèse était de tenir ensemble une analyse de pratiques de crédit populaires qui, si elles sont souvent dénoncées, restent très mal comprises, et l’étude de mouvements réformateurs (des « croisades ») qui se donnent pour cause la moralisation de ces pratiques. L’analyse des rapports sociaux de race se trouve au cœur de la thèse : en effet, les emprunteur.se.s afro-américain.e.s sont à la fois l’objet des campagnes de moralisation et les sujets d’interactions marchandes avec les usuriers blancs.

L’objectif final était donc de comprendre ce qu’une vague de mouvements sociaux et d’actions politiques fait au marché et aux pratiques économiques. J’ai choisi de me concentrer sur la période 1900-1940 : l’expression « loan sharks » émerge début de la période et cible des agences de crédit qui permettent à des travailleur.se.s de s’endetter sur la base de leur salaire. Ces agences de petites tailles (un manager gère un capital qui oscille souvent autour de 1000 $, pour des prêts allant de 25 c à 50 $)sont implantées à l’échelle d’un quartier ou du centre-ville et appartiennent à des réseaux organisées à cheval sur plusieurs États : elles entretiennent des relations de long terme avec leurs client.e.s et s’appuient un système judiciaire peu contraignant pour assurer le remboursement des créances. La fin de la période correspond au moment où les banques récupèrent une grande partie du marché naissant du crédit à la consommation : il faut rappeler que jusqu’à cette date, les banques ne prêtent pas aux consommateurs privés.

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Le cas empirique sur lequel j’ai travaillé nécessitait de rapprocher trois littératures distinctes.

En premier lieu, j’ai mobilisé un ensemble de travaux français portant sur le crédit des classes populaires qui, bien que très stimulants (pour une revue récente, voir Lazarus et Lacan 2018), traitent mal des rapports sociaux de race. Pour le dire rapidement, cette littérature a tendance à faire du crédit populaire un crédit encastré dans des relations d’interconnaissance ou des formes de liens chauds : en d’autres termes, on ne prêterait aux pauvres que lorsqu’on partage avec eux des affinités culturelles, ethniques ou religieuses. Or je m’intéresse à un crédit interracial, offert par des capitalistes blancs à des travailleur.se.s afro-américain.e.s, dont les garanties restent limitées à des faibles salaires et des petits capitaux. Le développement à grande échelle de ces crédits représente  un paradoxe pour ces travaux, qui ne s’intéressent pas suffisamment aux formes de domination extérieures à la relation de crédit : expliquer la diffusion de ces transactions nécessite de comprendre le fonctionnement du système judiciaire,la structure d’un marché du travail racisé et les formes de ségrégation urbaine caractéristiques des villes de l’époque. Cela explique, in fine, que ce soit des entrepreneurs de cause blancs qui cherchent à contrôler les pratiques de nombreux.se.s emprunteur.se.s afro-américain.e.s, en particulier dans le Sud du pays. Au fil de la thèse, d’autres travaux américains contemporains plus lointains, en particulier ceux de Desmond (2016), se sont révélés importants afin de décrire les rationalités pratiques et judiciaires dont il s’agissait de rendre compte.

En second lieu, je discute un ensemble de travaux américains, produits en grande partie depuis la crise, qui proposent des analyses transversales de l’histoire du crédit. Ces travaux, qu’on peut regrouper sous l’étiquette d’une « macrosociologie du crédit » (Krippner 2017), défendent des thèses fortes mais manquent souvent de substance ou de stratégies empiriques précises. L’une des difficultés majeures, lorsqu’on travaille sur les États-Unis, réside dans le choix des espaces géographiques étudiés. La plupart des travaux sur le crédit restent souvent très imprécis quant aux espaces considérés, quand ils ne se focalisent pas uniquement sur le cas new-yorkais… Décaler le regard sur d’autres espaces, en mettant notamment la focale sur les villes industrielles du Sud, m’a permis de proposer des analyses plus ancrées et de discuter les généralisations quand cela me semblait justifié.

En troisième lieu, j’ai remarqué qu’au sein de la littérature foisonnante en sociologie des marchés, la notion même de « marché » est souvent assez mal définie ou de manière trop univoque. Dans la thèse, la volonté de tenir une analyse des pratiques (économiques et politiques) et des discours sur le crédit m’a poussé à adopter une approche d’inspiration pragmatique, selon laquelle la notion de« marché » renvoie à trois niveaux d’expérience : je l’utilise pour décrire un ensemble de transactions, pour analyser les idées relatives à l’organisation des échanges et, enfin, pour étudier leur solidification dans des catégories politico-juridiques. Plutôt que de réduire le marché à l’une de ces dimensions, je me suis intéressé aux dynamiques d’interactions entre ces trois niveaux : quelles pratiques sont ciblées comme objet d’intervention par des mouvements réformateurs ou des acteurs politiques ? Puis, en retour, comment peut-on mesurer l’effet de mouvements sociaux, du droit ou de la diffusion d’idées libérales, sur les pratiques de crédit ciblées ?

3. Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

J’ai effectué de nombreux séjours aux États-Unis afin de réunir le matériau de la thèse. Le choix de la Géorgie et de l’Alabama s’est assez vite imposé à moi : je voulais étudier des États où, d’une part, les archives avaient des chances d’être bien conservées tout en évitant, d’autre part, de choisir des espaces culturellement trop spécifiques, ce qui excluait la Louisiane. La Géorgie est bien connue pour la qualité de conservation de ses archives (de même que pour l’Alabama, quoique dans une moindre mesure) et ce depuis les premiers travaux de W. E. B. Du Bois, à la croisée du graphisme et de la statistique.

Le premier objectif était de recueillir un ensemble de sources primaires permettant de décrire les pratiques de crédit : qui y avait recours, pourquoi, comment ces transactions étaient-elles signées, gérées, renouvelées, etc. ? Je ne voulais pas uniquement m’appuyer sur la masse de discours produite par les réformateurs de l’époque, souvent remplis de préjugés et de considérations morales. Pour ce faire, j’ai mobilisé un ensemble de documents classiques en histoire des classes populaires (la période étant trop ancienne pour recourir à l’histoire orale) : archives judiciaires, documents contractuels ou comptables d’entreprises de crédit, corpus de faits divers, etc. Ce type de collecte est assez aléatoire : il y a souvent peu de documents pertinents, mais parfois on tombe sur une pièce centrale, comme lorsque j’ai découvert un livre de compte d’un « loan shark » d’Atlanta en parfait état de conservation, qui permet de suivre les transactions avec ses clients en 1910 et 1911.

Le deuxième objectif consistait à décrire les actions réformatrices menées pour combattre les usuriers. Je voulais comprendre ce qui pousse une société à se scandaliser autour d’un problème donné, sur une longue période, à la manière dont de Certeau (1970) analysait la frénésie autour des possessions à Loudun. J’ai ainsi dépouillé les archives de la principale organisation philanthropique investie sur la question, la fondation Russell Sage, un travail que j’ai complété en étudiant les archives d’organisations réformatrices locales telles que les chambres de commerces ou les sociétés d’assistance judiciaire.

L’un des intérêts de cette double perspective est qu’elle permet de faire la part des choses entre ce qui relève du fantasme réformateur – j’ai retrouvé de nombreux poncifs sur le crédit à la consommation mis en évidence par Ducourant (2012) – et de pratiques observables. Les discours sur l’endettement brandissent très souvent le spectre de l’esclavage pour critiquer le recours au crédit, ce qui conduit à de nombreux raccourcis qui sont malheureusement souvent repris par la sociologie américaine contemporaine. Plutôt que de contribuer à ces dénonciations, je montre que cette stigmatisation des « loan sharks » vient compenser l’acceptation progressive du rapport salarial au début du XXsiècle : pour le dire vite, ce ne sont plus les patrons qui sont responsables de l’exploitation des travailleurs mais ceux qui profitent de leur fragilité pour leur vendre des prêts onéreux engageant leur salaire.

4. Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

Je peux évoquer trois résultats de la thèse, qui représentent des apports respectifs à la sociologie du crédit, des mouvements sociaux et à l’histoire de l’action publique aux États-Unis.

J’ai montré, tout d’abord, qu’une des principales fonctions de ces prêts est de servir d’instrument budgétaire pour les classes populaires qui y ont recours. Ils permettent d’accéder à des liquidités qui servent soit à couvrir des dépenses ponctuelles, telles que l’achat de biens ou le règlement du loyer, soit à ajuster d’autres relations de crédit. Ainsi, les relations entre les « loan sharks »et leurs client.e.s s’entretiennent sur plusieurs mois ou années, comme des petites lignes de crédits renouvelées au rythme des jours de paie. De plus, il semble y avoir peu de sélection en amont : pour accéder au crédit, il suffit soit de donner le nom de son employeur, soit de fournir une liste debiens possédés, ce qui en fait un outil budgétaire présentant de nombreux avantages. Cela explique également le grand nombre d’Afro-Américain.e.s ayant recours à ce type de crédit, en particulier des femmes. Les « loan sharks » pratiquent une forme d’évaluation des travailleurs en fonction de la stabilité de leur emploi ou des biens possédés, liés à l’exercice de leur travail : dans ce cadre, certains profils habituellement associés à des formes de domination, comme les domestiques afro-américaines, ont un accès relativement facilité au crédit du fait de la stabilité de leur situation d’emploi, à une époque où la demande de services domestiques est élevée.

Ensuite, l’analyse des cadrages propres aux mouvements réformateurs a permis de montrer que le marché joue un rôle dans le rétablissement de l’ordre moral. Si les élites réformatrices souhaitent construire un droit du crédit juste et protecteur, elles attribuent également un rôle central aux mécanismes marchands : ce n’est qu’en construisant une offre de crédit alternative aux usuriers que le problème sera résolu et que les salariés pourront s’endetter sans risquer l’asservissement financier. Cela représente un résultat intéressant pour l’histoire des politiques publiques puisqu’il souligne que, dès l’ère dite Progressiste, le marché devient un outil de gouvernement des conduites populaires, un moyen pour des élites blanches de réguler des pratiques économiques considérées comme immorales.

Enfin, le troisième apport de la thèse est de proposer une analyse des liens possibles entre pratiques économiques et action politique. Comment de nouvelles lois en viennent-elles à changer les pratiques des acteurs et ainsi rapprocher le monde social de la vision qu’en ont les réformateurs ? Dans la thèse, je fais usage de la sociologie du droit pour étudier ces processus : l’arène judiciaire représente un lieu privilégié d’observation de cette capacité de transformation du monde de ces mouvements sociaux d’élites. De plus, les entreprises de crédit, que ce soit les « loan sharks » convertis à la régulation ou les banques, font preuve d’une capacité phénoménale à « incorporer » la critique (Boltanski et Chiapello 1999) : le référentiel réformateur et le droit deviennent, dans les années 1930, des ressources pour les entrepreneurs afin d’établir la légitimité de leur activité. L’une des conséquences principales de cette incorporation a été la mise en place progressive d’une nouvelle segmentation de l’offre de crédit – qu’on continue largement d’observer dans les États-Unis d’aujourd’hui – entre un marché bancaire restreint à quelques quartiers blancs de classes moyenne du Nord-Est et un marché secondaire composé d’agences de crédit avant tout implantées dans le Sud et dans les quartiers défavorisés, ciblant une clientèle populaire et souvent racisée. Cela permet d’éclairer d’importantes dynamiques à l’œuvre dans la société américaine contemporaine : cela fait longtemps que les économistes et les sociologues analysent la stratification sociale à l’aune de la segmentation du marché du travail, mais peu de travaux l’étudient, à ce jour, à partir de l’analyse du marché du crédit.

5. Liens

Boltanski, L. et Chiapello, E., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Gallimard, Paris.

DeCerteau, M., 1970. La possession de Loudun. Gallimard.

Desmond, M., 2016. Evicted: Poverty and Profit in the American City. Broadway Books.

Ducourant, H., 2012. « Crédit à la consommation et endettement des individus : des idées reçues et des outils pour les combattre ». Revue française de socio-économie, 9(1), pp. 11-21.

Fourcade, M. et Healy, K., 2007. “Moral views of market society”. Annual Review of Sociology, 33, pp. 285-311.

Krippner, G. R., 2017. “Democracy of Credit: Ownership and the Politics of Credit Access in Late Twentieth-Century America”. American Journal of Sociology,123(1), pp. 1-47.

Lazarus, J. et Lacan, L., 2018. “Toward a Relational Sociology of Credit: An Exploration of the French Literature”. Socio-Economic Review. En ligne, url : https://academic.oup.com/ser/advance-article-abstract/doi/10.1093/ser/mwy006/4844491?redirectedFrom=fulltext (consulté le 01/03/18).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.