[APPEL A COMMUNICATIONS] Groupe de projets « Régulations, Marchés, Capitalisme »

Voici un appel à communication pour les deux sessions de la ST du groupe de projets « Régulations, Marchés, Capitalisme » attaché à l’AFSP. Cette ST sera l’occasion de faire un état des recherches en économie politique dans l’espace francophone et de présenter les projets de recherche en cours. 

Économies politiques et politiques économiques

Sans constructions institutionnelles et régulation politique, les économies de marché n’auraient pas atteint leur niveau de complexité actuelle et leur centralité. Réciproquement, il paraît désormais difficile d’analyser une grande variété des sujets classiques de science politique – la formulation et la conduite des politiques publiques, la transformation de l’État, les entreprises, les mouvements sociaux ou les déterminations des comportements électoraux –  en ignorant les nouveaux modes d’agir et contraintes induites par la financiarisation des économies et sociétés capitalistes.

Si l’affirmation de l’interdépendance entre le politique et l’économique est au fondement de travaux pionniers des sciences sociales (de Karl Marx à Karl Polanyi en passant par Max Weber) et à la base de l’économie politique dont la tradition de recherche est restée vigoureuse dans de nombreux pays anglo-saxons, sa prise en compte et son analyse concrète dans des travaux de recherche est restée significativement sous-représentée dans le champ francophone des sciences politiques, jusqu’à un certain renouveau observé depuis quelques années et la constitution de groupes de recherche sur ce sujet. 

Le réseau thématique « Régulation, capitalisme & marchés » de l’AFSP s’inscrit dans cette lignée et se propose d’être une plateforme visant à réunir des chercheurs qui entendent mettre cette interdépendance au cœur de leur analyse, que ce soit pour montrer la manière dont le politique modèle l’économique et/ou dont ce dernier affecte le premier. Loin d’être réservé aux seuls politistes, ce réseau encourage les dialogues interdisciplinaires avec tous ceux qui s’intéressent à la dimension politique – c’est-à-dire relative au gouvernement des sociétés – des faits et des représentations économiques.

Les axes de travail que nous proposons ont ainsi pour but de prendre acte des avancées récentes de recherche, de présenter les travaux de terrain en cours et d’esquisser les contours des futures recherches en économie politique et sociologie politique de l’économie.

Nous cherchons d’abord à établir un état des lieux des différentes approches et modes d’enquête disponibles afin de pour saisir les co-constructions entre économie et politique (Axe« L’atelier du politiste face à l’économie »). Cet état des lieux pourra prendre appui sur les thématiques centrales de l’économie politique (par exemple le capitalisme contemporain, la financiarisation de l’économie, la crise de 2007 et ses conséquences, le dérèglement et réchauffement climatique, etc.) afin de tracer des pistes de recherche empirique et théoriques futures. Parmi les modes d’enquête qui peuvent être discutés, citons l’analyse des propriétés sociales des acteurs et de leurs interactions (saisies en termes de champ, de réseaux ou via des relations institutionnelles), l’étude des instruments d’action publique, de calcul et des savoirs déployés, des comportements électoraux, des interdépendances financières etc. 

Nous cherchons aussi à présenter des terrains actuels et des résultats de recherches prenant pour objet ces économies politiques et politiques économiques en régime de routine ou en période de crise (Axe « Reconfigurations de l’économie politique légitime »). Les travaux présentés peuvent porter, dans une perspective de sociologie politique ou d’analyse des politiques publiques sur des institutions centrales de régulation des systèmes capitalistes financiarisés comme les directions du Trésor, les organisations intergouvernementales et multilatérales (OCDE, FMI), les banques centrales ou les autorités de régulation financière. Les auteur.e.s sont invités à étudier les acteurs et organisations de marché – groupes bancaires, firmes multinationales, cercles de réflexion et formes d’expertise situés à l’intersection de ces deux sphères. L’idée consiste à suivre la façon dont, collectivement, un ensemble d’acteurs et d’institutions désignent ce qui est problématique et ce qui ne l’est pas (ou dans une perspective de sociologie du droit, ce qui est légal et ce qui ne l’est pas), ainsi que les modalités légitimes de réponse à ces enjeux. Nous encourageons aussi les travaux de théorie politique analysant les tensions entre les aspirations citoyennes à l’extension des procédures démocratiques et les exigences professionnelles exprimées par les acteurs de marché qui structurent nos sociétés.   

Ces sections thématiques constituent une occasion de présenter des travaux accordant une importance équilibrée à la co-construction des sphères politiques et économiques, dans une perspective analysant la contingence et l’historicité de ces co-constructions. L’enjeu est d’expliciter et de discuter la façon dont ces appréhensions de l’économie mettent à l’épreuve l’atelier du politiste, c’est-à-dire sa boîte à outils empirique et conceptuelle.

Proposition à envoyer à :

Clément Fontan:  clement.fontan@gmail.com


ST. Political Economy and Economic Policies

Without institutional structures and political regulation, market economies would not have reached their current level of complexity and centrality. Conversely, it now seems difficult to analyze a wide variety of traditional political science topics- the formulation and conduct of public policies, the transformation of the State, companies’ activity, social movements or the determination of electoral behaviour – while ignoring the new modes of action and constraints induced by the financialization of capitalist economies and societies.

The affirmation of the interdependence between politics and economics is at the heart of pioneering social science work (from Karl Marx to Karl Polanyi and Max Weber) and the political economy research tradition has remained strong in many English-speaking countries since its inception. However, political economy has remained significantly underrepresented in the Francophone field of political science, until a certain renewal has taken place in recent years and the establishment of research groups on this topic. 

The AFSP’s « Regulation, Capitalism & Markets » thematic network is in line with this approach and aims to be a platform for bringing together researchers who intend to put this interdependence at the heart of their analysis, whether to show how politics model the economy and/or how it affects the former. Far from being reserved for politicians alone, this network encourages interdisciplinary dialogues with all those interested in the political dimension – i. e. the governance of societies – of economic facts and representations.

The panels we propose are thus intended to take note of recent research advances, to present ongoing field work and to outline future research in political economy and political sociology of the economy.

We first seek to establish an overview of the different approaches and modes of investigation aiming at capturing the co-constructions between economics and politics (axis « The political economy toolbox »). This overview will draw on the central themes of political economy (e.g. contemporary capitalism, the financialisation of the economy, the 2007 crisis and its consequences, deregulation and global warming, etc.) in order to draw up future empirical and theoretical research avenues. Among the modes of investigation that can be discussed are the analysis of the social properties of actors and their interactions (captured in terms of scope, networks or via institutional relationships), the study of public policy instruments, calculation and knowledge deployed, electoral behaviour, financial interdependencies, etc. 

We also seek to present current fieldworks and research results on the economic policies and political economies in routine or crisis situations (« Reconfigurations of the legitimate political economy » axis). The work presented may focus, from a political sociology or public policy analysis perspective, on central institutions regulating financialized capitalist systems such as Treasury departments, intergovernmental and multilateral organizations (OECD, IMF), central banks or financial regulatory authorities. The authors are invited to study the market actors and organizations – banking groups, multinational firms, think tanks – and forms of expertise located at the intersection of these two spheres. The idea is to monitor how, collectively, a set of actors and institutions identify what is problematic and what is not (or from a sociological perspective of law, what is legal and what is not), as well as the legitimate ways in which these issues can be addressed. We also encourage political theory work analysing the tensions between citizens’ aspirations to extend democratic procedures and the demands expressed by the market players.   

In sum, these thematic sections provide an opportunity to present research work that gives balanced importance to the co-construction of the political and economic spheres, from a perspective that analyses the contingency and historicality of these co-constructions. The challenge is to explain and discuss how these apprehensions of the economy test our researcher’s empirical and conceptual toolbox.   


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.