Soutenance HDR – François Cusin – “La ville à l’épreuve du marché”

 Soutenance d’HDR – François Cusin (IRISSO, Université Paris-Dauphine)

La ville à l’épreuve du marché. Contribution à une sociologie économique de la ville et des mobilités résidentielles

Samedi 8 décembre à 10h

 

Membres du Jury :

– Jean-Yves Authier (Professeur, Université Lumière Lyon 2)

– Catherine Bidou-Zachariasen (Directrice de recherches émérite, CNRS-Université Paris-Dauphine), Coordinatrice et rapporteuse de l’HDR

– Alain Chenu (Professeur, Sciences Po Paris)

– Yankel Fijalkow (Professeur, École Nationale d’Architecture Paris-Val-de-Seine), Rapporteur

– Patrick Le Galès (Directeur de recherches, CNRS-Sciences Po Paris), Rapporteur

– Pierre Veltz (Professeur, École Nationale des Ponts et Chaussées, PDG de l’Établissement Public Paris-Saclay)

Lieu :

Université Paris-Dauphine, Salle des thèses, 5e étage, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, Paris 16e (métro Porte Dauphine).

Résumé :

Au croisement de la sociologie économique et de la sociologie urbaine, le mémoire original présenté dans le cadre de cette Habilitation à Diriger des Recherches montre en quoi le marché constitue à la fois un analyseur du fait urbain et un facteur décisif de la dynamique des villes.

Cette HDR repose sur des travaux empiriques (quantitatifs et qualitatifs) portant sur les villes françaises. Il s’appuie en outre sur des travaux qui, en sociologie, en géographie, en économie ou en science politique permettent d’établir des comparaisons avec les mutations à l’œuvre dans les villes étrangères.

Le constat de départ est que, loin de neutraliser le rôle des territoires, la globalisation et la diffusion des logiques du marché conduisent à accroître la concurrence entre les villes. Cette concurrence s’observe notamment à travers les politiques de développement et les projets urbains dont les acteurs privés sont de plus en plus les opérateurs et les financeurs. Ces politiques font de l’attractivité un leitmotiv, qu’il s’agisse d’attirer des capitaux, des entreprises, des emplois ou des habitants.

La concurrence que se livrent les villes est la fois économique, résidentielle, politique et symbolique. Forte à l’échelle des « villes globales », à l’image de New York, Londres ou Paris, elle se joue tout particulièrement au niveau de leurs quartiers centraux et péricentraux où se concentrent les activités les plus créatrices de valeur ajoutée. Elle accélère leur (re)valorisation et nourrit des processus de gentrification et d’embourgeoisement. La ville n’est plus seulement un lieu de production et de consommation : elle est aujourd’hui conçue comme un lieu « à consommer », ce dont témoigne l’essor du marketing urbain.

La concurrence territoriale se diffuse par ailleurs à l’ensemble de la hiérarchie des villes dans un contexte d’effritement du rôle des Etats et d’émergence de nouvelles formes de gouvernance territoriale. Si certaines villes font ainsi « leurs preuves », bénéficiant des processus de métropolisation ou de spécialisations technologiques, résidentielles et touristiques, d’autres sont particulièrement « mises à l’épreuve », comme le montre la situation des « shrinking cities », victimes du déclin de leurs industries spécialisées et du départ d’une partie de leur population.

A l’échelle des villes, les mécanismes du marché contribuent à modifier les équilibres socio-économiques internes, dans un contexte plus général de développement d’une économie « post-fordiste ». La concurrence pour les lieux renforce les logiques de polarisation et de fragmentation socio-spatiales. Elle crée de nouvelles opportunités (comme le montre l’investissement d’importants capitaux dans les quartiers anciens et dans la reconversion de friches urbaines), en même temps qu’elle engendre de nouvelles contraintes de localisation pour les entreprises et pour les ménages.

Au cœur d’une architecture complexe de marchés, incluant le logement, le travail, la consommation, les loisirs ou encore l’école, les mobilités résidentielles jouent un rôle déterminant dans les mutations urbaines. Les marchés immobiliers captent les effets de valorisation et de dévalorisation des différents espaces de la ville. Les prix immobiliers tracent des « frontières invisibles » qui influent directement sur les dynamiques de peuplement.

L’espace n’apparaît pas seulement comme un enjeu de localisation pour les ménages. L’enjeu porte aussi sur son appropriation par des groupes sociaux différenciés. Les espaces urbains sont d’autant plus des supports pour une sociabilité de proximité (personnelle et professionnelle) et pour une construction identitaire, que les appartenances sociales dépendent moins de collectifs préétablis. De surcroît, les ménages, confrontés à un univers professionnel plus incertain, développent des stratégies de sécurisation sociale (l’environnement du logement) et patrimoniale (l’accès à la propriété).

Faisant l’objet d’investissements économiques et sociaux accrus, les espaces urbains méritent donc une plus grande attention de la part d’une sociologie économique qui s’attache à la compréhension des articulations entre logiques marchandes, processus sociaux, dimensions culturelles et action publique. De manière réciproque, l’approche par les marchés est aujourd’hui d’autant plus incontournable en sociologie urbaine que les logiques marchandes jouent un rôle croissant dans la fabrique de la ville et dans les mutations urbaines.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search