Gros Plan Sur… la thèse de Gauthier Bayle sur les vendeurs à la sauvette de Paris

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours ou juste soutenu. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Gauthier Bayle, doctorant en sociologie depuis 2015 à l’Université Paris-Nanterre, au laboratoire IDHES, sous la direction de David Lepoutre.

1. Votre thèse, réalisée à l’IDHES sous la direction de David Lepoutre, est une enquête parmi les vendeurs à la sauvette de Paris. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Comme dans bien d’autres grandes métropoles, on trouve des marchandises vendues illégalement dans les rues de Paris. Elles vont des biens de consommation les plus élémentaires comme de la nourriture, des vêtements, des produits d’hygiène, des jouets pour enfants… aux appareils électroménagers et aux objets-souvenirs pour touristes. Elles comprennent aussi parfois quelques médicaments : des aspirines, du sirop pour la toux et des tranquillisants notamment. Sans mentionner les drogues récréatives qui, elles, trouvent aussi un marché en périphéries des villes et dans les zones rurales. Quand une liste de marchandises aussi disparate est évoquée, c’est généralement pour y accoler une image de désordre, d’invasion de l’espace public et de comportements anarchiques voire violents. C’est en substance ce que je voulais vérifier à l’époque où j’ai commencé à m’intéresser à la vie de groupe que les vendeurs à la sauvette partagent.

Qu’il s’agisse de secteurs touristiques (Montmartre, le jardin des Tuileries, le Trocadéro, la Tour Eiffel…) ou de zones occupées par des populations pauvres (Barbès, La Chapelle, le marché aux puces de Saint-Ouen…), il ne faut pas longtemps à un néophyte pour remarquer que plusieurs marchés illégaux cohabitent souvent sur un même espace. Néanmoins, leurs participants se spécialisent dans la vente d’un seul type de marchandises dans leur grande majorité. De cette manière, j’ai pu observer qu’il existait des différences entre les montants obtenus par des personnes qui pratiquent le même commerce et dans un même environnement. En ce sens, cette thèse porte sur le positionnement des participants de différents marchés illégaux. Premièrement, elle rend compte de l’existence de sous-groupes affinitaires propres à chaque commerce. Secondement, elle montre de quelle manière les vendeurs se représentent les gains engrangés par leurs pairs en comparaison des leurs. Et troisièmement, elle vise à saisir comment chaque participant peut espérer tirer des profits (ou des marges selon les cas) plus important(e)s.

2. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Mon enquête repose essentiellement sur l’ethnographie de trois commerces : celui des cigarettes pratiqué sur le secteur de Barbès, celui des souvenirs touristiques de la Tour Eiffel et enfin celui des « revendeuses alimentaires » comme je propose de les appeler. Ce commerce quasi-exclusivement féminin est fondé sur la revente à bas prix des invendus des magasins alimentaires. La majorité des « revendeuses alimentaires » bénéficie d’une situation régulière, vit en France depuis des années et a occupé un emploi légal : aide à domicile, employée de bureau, femme de ménage… Ce groupe est celui sur lequel ont été collectées mes premières informations de terrain. Entre 2015 et 2017 et selon un rythme variable, j’ai enquêté en participant à la récupération de marchandises mises à la poubelle (mais encore consommables) puis à leur revente sur les espaces où se rassemblent acheteurs et « revendeuses » aux abords de trois marchés municipaux du 18ème arrondissement. Parmi les personnes que j’ai fréquentées à ces occasions, j’ai notamment pu entretenir une relation d’enquête stable et durable avec six de ces « revendeuses ». Aujourd’hui, le journal de terrain que j’ai tenu sur ce groupe comprend 78 dates d’observation participante. Ce matériau d’enquête m’a notamment permis de repérer sur plusieurs années les circonstances durant lesquelles des conflits interpersonnels ont éclaté entre elles et aussi la façon dont certaines ont pu nouer des formes de confiance ou d’amitié. Par la suite, je me suis demandé si ces logiques de rapprochement et d’opposition se retrouveraient dans d’autres commerces.

Mais avant d’élargir mon étude, je me suis rapproché des services de police responsables de la vente à la sauvette à Paris. J’ai pu interviewer les commissaires divisionnaires des 7, 18 et 20ème arrondissements et deux policiers de terrain spécialisés. Mon intention était de solliciter des « données de cadrage » auprès des autorités (nombre d’interpellations, de gardes à vue, de marchandises détruites selon les secteurs et les populations concernées…) et des informations sur des actions menées localement. Certaines des mesures prises ont par exemple eu pour effet de diminuer la fréquentation de quelques espaces de vente mais aussi d’en créer de nouveaux par une sorte « d’effet report ».

Pour le commerce de cigarettes et des souvenirs de la Tour Eiffel, l’enquête est toujours en cours. Dans les deux cas, il s’agit très majoritairement de jeunes hommes sans-papiers, parfois mineurs. Les premiers sont originaires d’Algérie et dans quelques cas minoritaires, Marocains ou Tunisiens. Les seconds viennent essentiellement du Sénégal et du Gabon. Les données que je recueille me conduisent à m’entourer d’un réseau d’informateurs dans les deux groupes, à rechercher des informations sur un mode systématisé (se rapprochant parfois du questionnaire) et à recourir de temps en temps à une participation partielle.

3. Quelle démarche d’analyse de vos données mobilisez-vous à ce stade de votre recherche ?

Pour définir les positions tenues par un ensemble d’individus qui occupent un espace concurrentiel quelconque, les démarches les plus répandues sont celles qui visent à se constituer un jeu de données se rapportant, entre autres, à des attributs individuels standards tels que des ressources, des revenus, de diplômes, etc… Parfois ces informations sont obtenues via les réponses déclaratives de la population étudiée, parfois en sollicitant les administrations qui les collectent et bien souvent, en combinant les deux. On peut alors assez facilement désigner des groupes de personnes répondant à des caractéristiques similaires. Mais dans le cas des économies parallèles, il est certainement plus difficile ou incertain de collecter ce type de données. Outre le peu de données publiques ou administratives qui peuvent être collectées sur les pratiques illicites ou informelles, un haut degré de confiance envers le chercheur est généralement requis par les enquêtés. Cette condition est en effet assez peu compatible avec le recueil de réponses déclaratives à grande échelle, sauf peut être à récupérer des informations qu’ils collecteraient eux-mêmes pour les besoins de leur activité. Steven Levitt et Sudhir Venkatesh (2000) ont ainsi pu se procurer les documents comptables tenus par des trafiquants de drogues mais cela n’est évidemment possible que pour l’étude de groupes hautement organisés.

Cela dit, quel que soit le commerce étudié, il est toujours possible d’élaborer des indices et des éléments de preuves visibles et calculables empiriquement. Sous la Tour Eiffel, j’ai par exemple pu déterminer les zones de vente sur lesquelles la concurrence est plus ou moins forte en réitérant plusieurs fois le dénombrement des vendeurs de manière à obtenir une moyenne de fréquentation par zones. Mais, à supposer que je puisse compter pareillement les gains de chacun, les vendeurs ne perçoivent-ils pas les atouts de leurs concurrents en se fiant à des repères plus grossiers, plus intuitifs ? La stratification des marchés à la sauvette sur laquelle je me base est principalement celle que les participants conçoivent eux-mêmes. Concrètement, j’ai commencé par demander à quelques informateurs de désigner autour d’eux les concurrents qu’ils jugeaient performants ou peu performants, tout en prêtant attention aux critères qui avaient motivé leurs choix. J’ai bien sûr obtenu des avis divergents mais l’objectif était justement de recueillir plusieurs explications possibles. D’autres informateurs ont ensuite été sollicités en tenant compte cette fois de la version qu’ils proposaient et de la position qu’ils estimaient eux mêmes occuper par rapport aux autres. De cette manière, j’ai pu voir que les vendeurs de rue percevaient leurs concurrents de façon assez congruente avec la position qu’ils estimaient occuper.

Cette approche des situations concurrentielles construite à partir des critères subjectifs que leurs membres mobilisent ne recouvre pas uniquement une dimension méthodologique. Il est évident qu’elle m’amène à accorder beaucoup plus d’importance aux représentations partagées et aux effets de réputation pour représenter leurs écarts de profits qu’à leurs attributs respectifs réels. D’autres facteurs pourraient effectivement être avancés. Nous pourrions très simplement supposer que les vendeurs doivent leurs performances à leur habilité personnelle à faire du commerce, à mener les négociations, à plaire aux clients, ou pour le dire autrement, à leur « fibre commerciale », à leur « bagou », etc… Nous pourrions également suggérer que les vendeurs ne détenaient de toute façon pas des ressources identiques (économiques et sociales notamment) avant même qu’ils aient commencé à vendre. Toutes ces suggestions se justifient pleinement. Néanmoins, ce qui me semble d’un intérêt central, c’est de rendre compte de la façon dont les vendeurs pensent pouvoir augmenter leurs gains. Si j’en suis venu à développer cette manière de tester les différences de profits et par la suite, les effets qu’ils induisent dans les rapports entre vendeurs, c’est que mes premières notes de terrain faisaient apparaître in fine des circonstances où les atouts des uns nourrissaient les frustrations des autres.

4. Quels sont vos premiers éléments d’analyse ?

De prime abord, on pourrait croire que les groupes de « sauvettes » ne forment que des réseaux d’interconnaissances éloignées. Mais en s’attardant un peu, il est possible de distinguer des espaces de sociabilité où les interactions sont plus fréquentes et où les liens sont plus forts que la moyenne. Ces sous-groupes affinitaires prennent des formes variables selon la configuration des lieux et des commerces mais surtout, leurs membres dégagent dans chacun d’eux des profits inégalement élevés. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il existe finalement très peu d’affrontements entre sous-groupes. En fait, l’écrasante majorité des conflits qui ont pu être observés au cours de cette enquête ont eu lieu à l’intérieur d’un même cercle de connaissances intimes.

Les Tours Eiffel miniatures constituent tout d’abord un marché relativement homogène comme en témoigne le slogan que les vendeurs lancent aux passants : « one for three, three for five », (« une pour trois euros, trois pour cinq euros »). Il n’est pas étonnant qu’à partir d’une telle homogénéité des prix, les vendeurs retiennent le critère de la quantité de marchandises achetée en gros et revendue au détail pour donner une estimation des profits réalisés par leurs concurrents. Ce critère est rendu visible par les deux sortes de supports qu’ils emploient sans exception pour les transporter. Comme un « bagage », (c’est à dire un drap posé sur le sol) peut contenir plus de marchandises, ceux qui l’utilisent sont supposés disposer de plus gros volumes que ceux qui n’utilisent qu’un simple « cerceau » (auquel peuvent s’attacher une vingtaine d’objets-souvenirs). Cela forme deux groupes de vendeurs parfaitement identifiables, dont les revenus sont a priori distincts et dont les relations ne sont pas toujours apaisées. En fait, « bagages » et « cerceaux » seraient même les protagonistes d’une grande majorité d’oppositions si je me fie aux personnes avec qui mes informateurs (des deux groupes) m’ont dit avoir eu des différends interpersonnels. Car, les « cerceaux » ont tout de même un atout ; celui de la mobilité. Ils peuvent donc facilement aller au devant des passants. Mais ils s’exposent alors à quelques hostilités si un « vendeur à bagage » estime que l’un d’eux est venu s’immiscer dans la trajectoire d’un passant qui se dirigeait vers lui initialement.

Le marché des cigarettes de contrebande est quant à lui d’avantage soumis à un critère de qualité. J’ai demandé à mes informateurs d’estimer la proportion tenue par chaque type de cigarettes vendues illégalement sur le secteur de Barbès. Il en ressort que les contrefaçons devraient constituer au moins 70 % du marché. Si elles constituent incontestablement la majorité des cigarettes que les vendeurs de rue peuvent obtenir, les cigarettes authentiques (appelées « cigarettes du bled ») s’écoulent néanmoins plus vite. À 40 € pour une cartouche de « cigarette du bled » contre 23 € pour une cartouche de contrefaçons, la contrebande authentique est plus rare et nécessite un investissement plus important. Au plus un vendeur de rue est capable d’en acheter et au plus ses marges sont estimées importantes. Le critère qu’utilisent les informateurs pour décrire les inégalités du marché est donc celui de la capacité d’approvisionnement. Aussi, il n’est pas rare que les vendeurs mutualisent leurs moyens dans l’optique d’augmenter leur stock de cigarettes originales. En achetant la marchandise à deux ou à trois, ils l’écoulent généralement en se répartissant les rôles : le premier est alors chargé de vendre les paquets à l’unité, le second, de garder l’argent qu’ils ont gagné et le troisième, de surveiller l’endroit où est caché le reste de la marchandise. C’est parmi ces associations de vendeurs que l’on trouve les situations conflictuelles les plus récurrentes.

Troisièmement, la revente de produits alimentaires fait à la fois intervenir des critères de qualité et de quantité. Parmi les participantes, certaines insistent sur l’importance d’être véhiculé pour amasser de plus gros volumes. Celles qui ne le sont pas accusent volontiers les autres d’inonder le trottoir et de tirer les prix vers le bas. Mais celles qui le sont estiment aussi qu’en obtenant des produits de marque et des denrées raffinées (saumon, foi gras, produits « bio »…), les gains peuvent être largement compensés. Dans ce sens, elles fustigent plus que tout les collusions de leurs pairs qui, sous forme de confidences partagées, s’échangeraient des adresses stratégiques où s’approvisionner. En conséquence, la plupart des conflits que j’ai pu observer dans ce groupe avait bien lieu après que l’une d’entre elles ait rejoint un site d’approvisionnement que d’autres fréquentaient déjà.

En bref, les collectifs de vendeurs à la sauvette que j’étudie ne sont pas traversés par des contradictions d’intérêts qui les enfermeraient dans une « guerre de territoire » perpétuelle. Les participants qui tiennent une même position s’entre-aident rarement mais ne sont pas non plus les sujets de nombreux conflits. En fait, rapprochements et oppositions concernent le plus fréquemment des participants de niveaux de revenus distincts selon un schémas cyclique. D’un sens, les nouveaux arrivants bénéficient régulièrement de l’assistance de vendeurs plus expérimentés. De l’autre, les tensions naissent de l’effort par lequel les premiers cherchent à compenser ce qu’ils estiment leur faire défaut – une carence inhérente à leur position sur le marché – et qui permettrait (selon eux) aux seconds de dégager des gains plus importants.

Références

Levitt Steven; Venkatesh Sudhir, « An economic analysis of a drug-selling gang’s finances », The Quaterly Journal of Economics, 2000


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.