Congrès AFS 2013: l’appel à communications du RT12

Dans la perspective du prochain congrès de l’Association Française de Sociologie, ayant lieu du 2 au 5 septembre 2013 à Nantes, le RT 12 diffuse deux appels à communications. Le premier concerne les sessions du RT12, et le second une session co-organisée par le RT12 et le RT29.

Le texte de l’appel

 

Sessions du RT12

Même si de nombreuses conceptions de l’économie insistent sur le caractère pacificateur des relations marchandes pour la vie en société, les phénomènes de domination n’y sont pas absents : domination, réelle ou supposée, du marché sur d’autres formes d’organisations sociales, et domination à l’intérieur du marché, de certains acteurs sur d’autres. C’est autour de ces deux axes thématiques que le réseau souhaite solliciter des communications pour les sessions du congrès 2013 :

1. La domination du marché et ses contestations

L’importance du marché dans les relations sociales fait l’objet aujourd’hui de nombreuses préoccupations et contestations, de la part des spécialistes de l’économie comme des mouvements militants. Nombre d’acteurs mettent en cause le marché comme modalité dominante d’organisation des échanges, au motif qu’il conduirait intrinsèquement à une croissance des inégalités, à la déshumanisation des relations sociales et à la dégradation de l’environnement. Ils proposent d’organiser d’autres systèmes d’échanges qui passent par une allocation différente de la rente entre les acteurs, par des systèmes de mutualisation de moyens ne reposant pas sur la propriété privée, ou encore par la négociation collective des termes du contrat entre les partenaires de l’échange.

Les contrats locaux (SEL, Amaps, groupements d’achat…), les coopératives d’habitat, les systèmes d’auto-partage apparaissent aujourd’hui comme des dispositions envisagées par des collectifs militants ou non militants pour tenter d’organiser des conditions d’échange nouvelles. De telles initiatives, et les mouvements de contestation des marchés auxquelles elles font écho, posent un certain nombre de questions pour la sociologie économique. Certains analystes y voient la recherche d’alternatives au marché, dans une période dans laquelle l’inexorable extension du domaine qu’il couvre représenterait une menace pour la vie en société. D’autres considèrent que le domaine des relations marchandes relève déjà d’une pluralité de modes d’organisation, « le marché » auquel on se réfère d’habitude pour le critiquer ne renvoyant qu’à un modèle très particulier et caricatural promu par l’idéologie libérale (« le marché auto-régulateur », « le marché de la concurrence pure et parfaite ») mais qui n’apparaît pas comme dominant dès lors qu’on prête une attention détaillée aux différents dispositifs qui régulent le fonctionnement des marchés réels (systèmes de qualification des biens, réseaux sociaux, régulation par la puissance publique, etc.). Les solutions à chercher aux dysfonctionnements actuels ne seraient dès lors pas du côté du « hors marché » mais bien plutôt dans l’exploration de la diversité des modes d’organisations actuels, pour mieux analyser les effets négatifs et vertueux que chacun d’entre eux peut générer. Comment peut-on comprendre ce débat et les solutions proposées ? Par quels mécanismes se construisent les alternatives aux modes d’organisation marchands dominants ? Quels en sont les effets ? Dans quelle mesure ces alternatives échappent-elles aux formes d’organisation contre lesquelles elles s’élaborent ? Vers quels principes de morale économique pointent-elles ? La notion même de marché est-elle encore pertinente, comme catégorie générale et unifiée, pour rendre compte de la pluralité des modes d’organisations des échanges ?

2. Dominer sur le marché : stabilité et dynamique dans les phénomènes de concurrence

La sociologie économique reconnaît l’existence d’asymétries dans la façon dont se construisent les espaces marchands : les acteurs occupant les positions dominantes opposent des résistances aux nouveaux entrants, sont en position de définir les règles du jeu, influencent les modes de gouvernance, etc. Si ces phénomènes de concurrence sont donc en principe pris en charge dans les approches de la sociologie économique, ils font l’objet de peu de travaux aujourd’hui. Dans quelle mesure les positions dominantes sont-elles stables et pérennes ? Quels mécanismes ou dispositifs permettent de fermer l’espace du marché et de figer les positions acquises ? Dans quelles conditions les dynamiques concurrentielles peuvent-elles, dans les faits, s’opposer aux pouvoirs des acteurs dominants et donner des chances égales à tous les acteurs ? Comment les acteurs tiers comme les intermédiaires, les mouvements sociaux, l’État et les collectivités publiques s’immiscent-ils dans les logiques de concurrence ? L’enjeu est aussi de débattre de la façon dont la sociologique économique appréhende les mécanismes de la concurrence : en quoi celle-ci se joue-t-elle sur le marché des biens et services échangés, dans le cadre d’une lutte entre des acteurs pour des opportunités d’échange, ou en dehors, dans des luttes pour l’accès à des ressources, la mobilisation d’acteurs prescripteurs ou la définition des cadres normatifs ?

 

Les propositions de communication sont à envoyer à l’adresse afs.rt12@gmail.com au plus tard le 28 janvier 2013. Elles devront comporter les nom, prénom, institution de rattachement et adresse mail du ou des auteurs, le titre de la communication et, en moins de 5000 signes, une présentation du sujet : question traitée, méthodologie de la recherche, le cas échéant terrain étudié, résultats mis en avant, bibliographie sommaire. Le RT12 co-organise également une session avec le RT29 (appel ci-dessous).  Toutes les informations sur l’organisation des sessions du RT12 au congrès 2013 de l’AFS seront disponibles sur le carnet de recherche du réseau http://socioeco.hypotheses.org/.


Session croisée RT12 (Sociologie économique) & RT29 (Sciences et techniques en société) : « Connaissances et marchés »

 

Cette session, au croisement de la sociologie des marchés et de la sociologie des sciences et techniques, propose d’explorer trois ensembles de questions.

1. Mettre en marché la connaissance

Plusieurs marchés sont organisés autour de la vente de connaissances (marchés du conseil, de l’expertise, des consultants, de la formation, de la recherche-développement…). En quoi la mise en marché des connaissances est-elle caractérisée par des dynamiques originales, y compris dans la façon même dont sont produites les connaissances ? Si les connaissances peuvent être communément considérées comme des biens immatériels, comment s’organise de façon concrète et matérielle leur mise en circulation dans les activités marchandes ? Quels sont les processus de qualification et de jugement des biens et services échangés ? Comment leur valeur est-elle construite et leur prix fixé dans les espaces marchands ?

2.  La marchandisation de la connaissance scientifique

Certains mouvements sociaux ou milieux de la recherche expriment fréquemment une crainte liée à une « marchandisation » de la connaissance scientifique. Comment définir cette marchandisation ? Par des évolutions dans les modalités de financement et de valorisation de la recherche ? Par des évolutions dans les finalités et les indicateurs de performance… ? Quelle est la réalité de ce mouvement, comment l’objectiver ? Quels en sont les moteurs (acteurs, dispositifs, valeurs…) ? Quels en sont les effets sur les conditions de la production des connaissances au sein des laboratoires ? Enfin, quelles en sont les conséquences sur le contenu des connaissances produites (ou non) ?

3.  Le pouvoir des connaissances dans l’organisation des marchés

Les connaissances comptent dans le fonctionnement des marchés concrets. Elles sont source d’asymétries, entre acteurs de l’offre et de la demande, mais aussi entre concurrents. Elles sont également vectrices de modèles normatifs plus ou moins stabilisés ou controversés. Comment les acteurs de l’offre et de la demande mobilisent-ils la connaissance pour maintenir la domination qu’ils imposent, ou contester la domination qu’ils subissent sur le marché ? Comment les connaissances véhiculées dans les littératures et les formations économiques et managériales contribuent-elles à la formation des marchés ? Faut-il disposer de connaissances alternatives pour contester les modalités dominantes d’organisation des échanges ou la domination d’un acteur économique sur le marché ?

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux deux adresses afs.rt12@gmail.com et frederic.goulet@cirad.fr au plus tard le 28 janvier 2013. Elles devront comporter les nom, prénom, institution de rattachement et adresse mail du ou des auteurs, le titre de la communication et, en moins de 5000 signes, une présentation du sujet : question traitée, méthodologie de la recherche, le cas échéant terrain étudié, résultats mis en avant, bibliographie sommaire.



Citer ce billet
rt12 (2013, 23 janvier). Congrès AFS 2013: l’appel à communications du RT12. Sociologie économique. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uacs

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search