Rationalisations : nouvelles lectures, nouveaux usages », numéro thématique de l’Année sociologique

Le concept de rationalisation a occupé, dans l’oeuvre de Max Weber et dans sa renommée, une place centrale. Il constitue un modèle de développement historique marqué par la prédominance de l’action rationnelle par rapport aux moyens et orienté par des normes et régulations toujours plus formalisées et abstraites. Weber en a examiné les forces motrices et les manifestations empiriques dans une multitude de domaines (religion, droit, économie, administration, éthique, sexualité, musique, etc.) et à travers de nombreux objets concrets : la construction des images du monde, le développement de comportements économiques, la constitution d’ensembles juridiques, la systématisation des connaissances scientifiques ou encore l’extension du pouvoir des bureaucraties. Si le concept a pu être utilisé et discuté à un niveau très macrosociologique pour débattre des évolutions sociales contemporaines, par exemple dans le cadre de l’École de Francfort (notamment dans les oeuvres d’Adorno, Marcuse et Habermas) ou de la thèse très discutée de la McDonaldisation de la société (Ritzer, 2014), ses usages scientifiques semblent avoir décliné, sans doute à cause de la signification trop simplificatrice et téléologique qu’il a fini par acquérir. On parle aujourd’hui plus volontiers de la néo-libéralisation du monde, de sa financiarisation ou de sa digitalisation que de sa rationalisation.
Précisément, l’objectif de ce numéro de L’Année sociologique est d’interroger à nouveaux frais le caractère heuristique de ce concept à partir d’une double posture : revenir aux significations multiples et aux mécanismes complexes auxquels il renvoie dans la sociologie de M. Weber ; privilégier l’opérationnalisation du concept et ses usages dans des contributions
empiriques. Le projet de numéro vise ainsi à rassembler des articles fondés sur des investigations de nature empirique qui font usage du concept de rationalisation et qui en montrent la fécondité et l’actualité. Loin de chercher à faire converger ce concept vers une seule et même définition, nous voudrions au contraire mettre en lumière comment il permet de catégoriser et interpréter des phénomènes politiques et sociaux très divers. À l’instar de la littérature existante, nous cherchons la plus grande diversité possible parmi les contributeurs et contributrices, en essayant de représenter les divers sous-champs où cette notion est mobilisée et en permettant à de jeunes chercheur·e·s de dialoguer avec des collègues plus confirmé·e·s.

Soumission des articles et calendrier
Les propositions de contribution, en français ou en anglais, présenteront le questionnement théorique, l’usage qui sera fait des rationalisations wébériennes et le cas empirique étudié. Ces propositions, dont la taille ne devra pas excéder 5000 signes (hors bibliographie), devront être envoyées par courriel avant le 1er avril 2019 à l’ensemble des coordinateurs ainsi qu’à Delphine Renard, qui assure le secrétariat de rédaction de L’Année sociologique (delphine.renard@sorbonne-universite.fr).
Celles et ceux dont les propositions auront été retenues par les coordinateurs (réponses envoyées début mai 2019) devront soumettre leur article avant le 1er février 2020. La longueur ne devra pas dépasser 65 000 signes (espaces, bibliographie et figures compris). Chaque article sera ensuite évalué, de manière anonyme, par le comité de rédaction de L’Année sociologique. Nous invitons les auteurs intéressés à consulter les règles de soumission sur la page de L’Année
sociologique (site des PUF : http://www.puf.com/L’Année_sociologique). La publication du numéro est prévue pour le printemps 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search