Gros plan sur… La thèse d’Anne van der Graaf, sur la gestion des risques de marché financier en banque et assurance

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours ou récent. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail d’Anne van der Graaf, qui a soutenu sa thèse de sociologie en 2018, au laboratoire MaxPo, Sciences Po, sous la direction de Pierre François (CNRS, CSO, Sciences Po).

1. Votre thèse, réalisée au MaxPo sous la direction de Pierre François, porte sur la gestion des risques de marché financier en banque et assurance. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Dans ma thèse, j’interroge les pratiques des gestionnaires de risque de marché d’une façon ethnographique. Je montre que les gestionnaires de risques produisent des connaissances des marchés financiers pour protéger l’organisation vis-à-vis des acteurs, dotés de ressources, qui menaceraient son existence, comme le régulateur et les actionnaires. En outre, les connaissances produites dépendent des pressions de ces acteurs externes à l’organisation.

Alors que les études sociales de la finance se sont interrogées sur la question du profit, par l’étude des traders et des modèles mathématiques de valorisation, je ne voyais pas assez de recherches sur la contrepartie : les risques. Les crises des subprimes et des dettes souveraines Européennes ont montré les effets monstrueux pour les économies et la société en général de la prise de risque du monde financier. Ces risques sont construits et créés à l’intérieur des grandes entreprises financières. C’est pour cela que j’ai étudié les pratiques des gestionnaires de risque.

Mon sujet de thèse est très lié à mon parcours universitaire. En 2007, j’ai commencé une licence en économétrie (mathématiques appliquées) à l’Université Erasmus de Rotterdam. Alors que j’aime beaucoup les mathématiques, les explications économiques me semblaient éloignées de la réalité sociale. Donc à coté de cette première licence, j’en ai commencé une deuxième, en sociologie, en 2008. Et c’était tout au début de ma deuxième année de licence que la crise financière est devenue une crise majeure, ce qui me montrait encore plus la nécessité des explications sociologiques. Willem Schinkel, un professeur en sociologie à Rotterdam, m’a dirigée vers les travaux de Donald MacKenzie (2011) et le rôle des agences de notation. J’ai écrit mon mémoire de licence sur les agences de notation. Cela m’a amené plein de questions de fond sur les risques dans les marchés financiers et le rôle des grandes entreprises financières dans les crises financières et de la zone euro qui ont suivi. Par exemple : qu’est-ce réellement que le risque des marchés financiers ? Comment est-il géré ? Pourquoi est-il géré ainsi ? J’ai pu poursuivre ces questions en thèse.

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Deux littératures se rejoignent dans ma thèse. D’abord, je me suis basée sur les études sociales de la finance mais mon terrain montrait que ce cadre théorique ne suffisait pas puisque j’ai observé que les gestionnaires de risques opèrent sous des contraintes organisationnelles dans un cadre financier. Pour comprendre ce dernier point, j’ai donc été amenée à combiner les études sociales de la finance avec les études organisationnelles.

Premièrement, je me base sur les études sociales de la finance, anglo-saxonnes mais aussi françaises. Suivant ce cadre, pour comprendre les risques des marchés financiers, j’ai observé les objets et techniques utilisés par les différents acteurs mais aussi les visions et interactions des acteurs. Les usages des connaissances dépendent de l’environnement des acteurs et des légitimités auxquelles ils font référence.

Les risques des marchés financiers sont sommairement étudiés dans les études sociales de la finance qui abordent les risques opérationnels (Mikes 2011) et les notations (Poon 2009). Ils concluent que les risques contrôlent indirectement les actions en produisant des chiffres qui guident les investisseurs. Par exemple, dans le cas des ratings de crédit personnels, ces sont des indicateurs sur la fiabilité de la personne qui font que quelqu’un peut avoir un prêt ou pas. Par ailleurs, les travaux sur les statuts sociaux dans des entreprises financières concluent que les gestionnaires de risques ont un statut plus faible que ceux qui font les profits (les traders où les investisseurs) (Ho 2009). Donc, ils ont moins de pouvoir et moins des ressources à l’intérieur des organisations que les traders ou autre type d’investisseur.

Dans ma thèse j’ai approfondi ce paradoxe entre contrôle et manque de ressources en regardant aussi l’usage des chiffres de risque dans la situation organisationnelle. La gestion de risque n’est pas qu’une activité technique, c’est aussi une protection pour la survie de l’organisation que sont les banques et les assurances.  Comme dans les cas de Lehman ou AIG, s’il y a trop de risque, l’organisation peut faire défaut. Les gestionnaires de risques sont là pour l’éviter. Cela m’a amenée à des théories organisationnelles – le néo-institutionnalisme et la dépendance aux ressources – qui expliquent la survie des organisations, respectivement par l’adhésion aux institutions ou par les interdépendances entre organisations. Sur le terrain, le produit final des gestionnaires de risques ne dépendait pas des normes autour des objets, notamment des méthodes de calcul acceptées. C’étaient les demandes à l’extérieur de l’organisation des acteurs avec des ressources, en particulier comme les régulateurs ou les investisseurs qui déterminaient les évaluations des risques.

Pour combiner ces grandes théories organisationnelles avec les théories basées sur les interactions dans les marchés financiers, j’ai dû avoir recours aux études organisationnelles locales, comme Crozier et Friedberg (1977) mais aussi les travaux plus récents comme ceux d’Espeland et Sauders (2009). Et c’est en combinant la dépendance aux normes et la production de connaissances que je peux expliquer les actions des gestionnaires de risque.

Dans les réunions et l’activité d’évaluation, chaque gestionnaire de risques gérait ses propres pressions et demandes de l’intérieur et l’extérieur de l’organisation. Les demandes des régulateurs, le coût du capital (sur le bilan), les problèmes techniques des systèmes d’informations, les relations personnelles, la situation hiérarchique de la personne, toutes ses facteurs (et autres) déterminaient dans plus ou moindre mesure le résultat du travail des gestionnaires de risques. Bien sûr, il y avait les standards de production des connaissances qui limitaient la flexibilité vis-à-vis ses demandes – comme le fait qu’une des mesures de risques standards, le Value-at-Risk, devait représenter la quantité d’argent qu’il est possible de perdre dans un futur et une probabilité donnée. Sauf que ses limites étaient très larges et les gestionnaires de risques avaient plein d’opportunités de faire des choix discrétionnaires. Donc, ce qui importait c’étaient les différentes pressions, surtout les urgentes qui pouvaient compromettre l’existence de l’organisation. Par conséquent, les gestionnaires de risque faisaient leur mieux pour convaincre les régulateurs et actionnaires que tout allait plus ou moins bien dans leur organisation. Ils essayaient de leur montrer une organisation en état de santé même si c’était le chaos à l’intérieur.

Un exemple emblématique se trouve dans mon terrain d’assurance. Le régulateur avait exigé un exercice de validation de modèle de calcul de capital. Cependant, on avait beaucoup du mal à obtenir le résultat qui disait que le modèle était correct. Comme disait la cheffe de la direction du risque à ce moment : « ils y arrivent toujours ». Elle avait raison, finalement on a obtenu le résultat voulu, montrant que le modèle était exact.

3. Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

La thèse se base sur une ethnographie approfondie. D’abord, j’ai fait des entretiens semi-directifs avec des banquiers et des assureurs qui travaillaient avec ou dans la gestion de risque. Pendant que je faisais cette première partie de mes recherches, j’ai essayé d’entrer dans une organisation financière pour des observations, participantes ou non. C’était primordial d’observer les activités pour éviter une vision se conformant aux normes attendues, et qui ne montre pas les difficultés. Pendant huit mois j’ai essayé de trouver un stage dans la gestion des risques de marché. Au final, j’ai trouvé deux stages, à Banque F pour 4 mois et Compagnie d’Assurance V pour 5 mois.

Les données des observations participantes sont mes notes d’observations, des entretiens avec les participants et un questionnaire. Le questionnaire a été fait pour éliminer, autant que possible, le biais personnel d’une ethnographie. Pour diversifier les points de vue, j’ai demandé à mes participants dans les deux entreprises où j’ai fait des observations participantes de remplir des questionnaires. J’ai utilisé ces données pour des analyses de réseaux et de correspondances multiples.

Mes données de terrain sont très riches. J’ai pu décrire comment les gestionnaires de risques faisaient leurs calculs, car ils me montraient devant leurs ordinateurs comment ils produisaient leurs chiffres. Là, j’ai pu voir les décisions discrétionnaires des acteurs. En plus, j’ai pu observer les interactions autour des chiffres produits et d’autres évaluations plus qualitatives.

Pour donner des exemples simples des différences des évaluations de risques entre les deux terrains, il y a juste besoin de regarder la temporalité des calculs et les actifs sur lesquels ils se basaient. Dans la banque, les calculs se basaient sur un futur proche et un passé assez court (quelques années) et les évaluations des risques étaient basées sur chaque produit que la banque tenait. En comparaison, dans l’assurance, les calculs de risques se basaient sur des futurs et des passés de plusieurs dizaines d’années et sur des agrégations d’actifs financiers.

Même si les deux terrains étaient donc très différents dans leurs évaluations, les interactions sociales et l’utilisation des calculs que j’observais dans chaque terrain étaient très similaires. C’est en observant et en analysant l’usage des évaluations que j’ai pu voir l’importance des relations de dépendance et les rationalités locales dans la production des connaissances.

4. Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

Ma thèse est intitulée Gérer les risques, protéger l’organisation, ce qui est la conclusion de ma démarche. La littérature sur les risques en sociologie a une vision du risque comme un contrôle des activités. Je montre que ce n’est pas du tout le cas pour les risques financiers. Les gestionnaires n’ont pas les ressources, ni le matériel, ni la légitimité, pour l’exercer. Les évaluations ne sont pas une information de contrôle, la raison de leur existence est autre : la gestion des pressions venant de l’extérieur de l’organisation.

Les gestionnaires de risques ont la responsabilité de la santé de l’organisation. Ils ne peuvent pas agir pour mener à une organisation sans risques, mais ils peuvent communiquer si les choses vont plus ou moins bien. Ils communiquent avec l’évaluation, comme une mesure de capital, une valeur d’actif et de passif ou un modèle de risque.

Pour plaire aux acteurs qui peuvent nuire l’organisation, les gestionnaires de risques essaient de protéger l’organisation en produisant des évaluations acceptables. La malléabilité des chiffres est telle qu’ils peuvent être adaptés aux attentes des destinataires. Ces derniers sont surtout les régulateurs mais aussi les actionnaires. Ils ont les ressources pour déterminer si l’organisation est viable ou non. Ils le font avec les évaluations de risques qu’ils reçoivent. Néanmoins, la malléabilité n’est pas infinie, les récepteurs doivent accepter l’évaluation.

En regardant seulement les connaissances ou les ressources, nous ne pouvons pas expliquer les activités des marchés financiers, ni l’existence des organisations financières. Les contraintes organisationnelles changent les marchés financiers. D’ailleurs, les organisations elles-mêmes sont des acteurs dont les connaissances sont liées à leur existence. Ils ont des bilans, des communications et sont propriétaires. Donc, cette représentation de l’organisation comme acteur économique vaut être étudié. Et ces connaissances sont produites dans un système de valeurs mais aussi dans des contraintes et dépendances aux ressources entre acteurs. La fabrication locale de ces représentations permet de mieux comprendre les organisations comme les banques et les compagnies d’assurances.

Bibliographie :

Crozier, M., & Friedberg, E. (1977). L’acteur et le système. Paris: Editions du Seuil.

Ho, K. (2009). Liquidated: an ethnography of Wall Street. Duke University Press.

MacKenzie, D. (2011). The credit crisis as a problem in the sociology of knowledge. American Journal of Sociology, 116(6), 1778-1841.

Mikes, A. (2011). From counting risk to making risk count: Boundary-work in risk management. Accounting, organizations and society, 36(4-5), 226-245.

Poon, M. (2009). From new deal institutions to capital markets: Commercial consumer risk scores and the making of subprime mortgage finance. Accounting, Organizations and Society, 34(5), 654-674.

Sauder, M., & Espeland, W. N. (2009). The discipline of rankings: Tight coupling and organizational change. American Sociological Review, 74(1), 63-82.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search