Gros plan sur… La thèse de Hugo Jeanningros, sur les assurances comportementales.

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Hugo Jeanningros, doctorant en sociologie depuis 2015 au Gemass, Sorbonne Université, sous la direction de Philippe Steiner.

1. Votre thèse, réalisée au Gemass sous la direction de Philippe Steiner, porte sur les assurances au comportement. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Si vous souhaitez éblouir vos congénères au milieu d’un repas ou d’un apéritif, l’assurance n’est probablement pas le meilleur thème à aborder. L’assurance souffre d’être un domaine a priori complexe et austère, elle est pourtant omniprésente, en particulier dans les pays les plus riches. L’assurance est une technologie de construction et de répartition des risques et des responsabilités. En échange du versement d’une cotisation, l’assureur couvre les conséquences financières d’éventuels sinistres. De l’assurance vie à l’assurance contre les catastrophes naturelles en passant par les assurances maladie, responsabilité civile, automobile, voyage, incendie… La liste dressée peut-être longue et les limites de l’assurable ne cessent de croître. Les bases modernes de l’assurance sont posées depuis le XVIIe siècle et on peut retracer la mise en œuvre de logiques assurantielles dès le règne d’Hammurabi (environ 1750 av. J.-C.). L’assurance constitue ainsi un phénomène social d’envergure. Alors que le thème de l’assurance est balisé en droit et en économie, celui-ci est sous investie par la recherche sociologique. En France la littérature traitant des risques est développée [Borraz, 2013], mais elle ne recouvre que partiellement le thème de l’assurance. De plus, les recherches existantes se focalisent majoritairement sur les assurances sociales. Les pratiques des assurances privées restent sous étudiées.

Ma recherche porte sur le développement d’un ensemble de produits d’assurance s’appuyant sur la récolte et la valorisation de données de comportements quotidiens des assurés, issues notamment de l’internet des objets. Comment l’augmentation rapide du nombre d’objets connectés transforme-t-elle les pratiques des acteurs économiques, et particulièrement ceux de l’assurance, en quête perpétuelle de données pour affiner les modèles de calcul des risques ? Je regroupe les nouveaux produits tirant partie de ces données sous le terme d’assurances comportementales. La tarification des contrats d’assurance privés s’appuie traditionnellement sur 1) la nature du risque assuré, 2) les caractéristiques de l’assuré (son appartenance à une catégorie de risque, par exemple l’âge, le sexe, etc. 3) L’historique personnel (c’est par exemple le principe du bonus-malus en assurance automobile). Les assurances comportementales enrichissent ce modèle par des mécanismes de valorisation de comportements quotidiens (par exemple les habitudes de conduite ou l’activité physique), sous forme de réductions tarifaires ou de bons de réductions auprès de partenaires.

Prenons en exemple l’offre automobile « Road Coach » de l’assureur Amaguiz. L’assuré installe un boîtier connecté dans son véhicule, celui-ci collecte et transmet des données de conduite parmi lesquels l’intensité des accélérations, des freinages ou des virages, la durée et les horaires des trajets. À partir de ces données, l’assureur produit un score du comportement de l’assuré. Le score et un certain nombre de données sont restitués à l’assuré via une application mobile dédiée. Selon son score, l’assuré voit une cagnotte en ligne personnelle être alimentée, lui permettant d’acquérir des bons cadeaux auprès de partenaires (Fnac, Amazon, Décathlon, etc.). L’assureur acquiert pour sa part des données lui permettant d’affiner ses catégories de risques et de retravailler des tranches tarifaires.

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisés pour aborder ces questions ?

Explorer cet objet me fait traverser des thèmes variés tels que l’assurance, la prévention, la protection de la vie privée ou encore l’usage des savoirs économiques. Pour mener à bien ma recherche, je mobilise trois grandes approches.

En premier lieu, la sociologie du risque et de l’assurance me donne prise sur la question de la construction et de la répartition des risques [Baker et Simon, 2002]. Comment un assureur peut-il exploiter ces nouvelles données ? À quels problèmes est-il confronté dans la conception et la mise en œuvre de produits ? L’utilisation de nouveaux dispositifs techniques participe à la reconfiguration des connaissances et pratiques des assureurs. D’une part en introduisant de la personnalisation (prise en compte des risques au niveau individuel) dans une industrie basée sur la mutualisation (prise en compte du risque moyen d’un groupe). D’autre part, l’évolution de l’offre d’assurance vient travailler la répartition des risques et leur prévention. Traditionnellement, l’assureur s’intéresse à la baisse du niveau de risque de l’assuré (la prévention) dans une optique que je qualifie de contractualiste, en jouant sur le niveau de couverture, le prix ou en insérant des clauses (par exemple vous ne pouvez être remboursé en cas de vol que si votre domicile est fermé à clé la nuit). Le suivi des données de comportement permet à l’assureur de développer des actions de prévention en continu. L’assureur ne se positionne plus, après la signature du contrat, comme simple payeur des conséquences financières des sinistres, mais comme accompagnant, visant à aider l’assuré à réduire au quotidien les risques dont il est porteur. L’assuré est invité à améliorer son comportement en continu et est récompensé en fonction. Dans la lignée des travaux portant sur le risk shift [Hacker, 2008] il convient de comprendre comment cette évolution opère un transfert de la responsabilité économique des sinistres des assureurs vers les assurés.

L’assurance comportementale vise à « améliorer » le comportement des assurés. La littérature portant sur les formes de gouvernement des conduites [Dubuisson-Quellier, 2016] permet de mettre en lumière les modalités concrètes de l’action des assureurs sur les assurés. On observe des similitudes entre l’action de l’État et celle des assureurs concernant la conception ou la mise en œuvre d’actions visant à modifier le comportement d’une population, ici, les assurés. Les assureurs doivent construire ou mobiliser des indicateurs propres à qualifier les comportements jugés saints et peu risqués, ainsi qu’établir une valorisation de ces comportements. Ils doivent enfin élaborer une stratégie de prévention propre à leurs problématiques en mobilisant les savoirs existants, notamment en santé publique.

La troisième approche sur laquelle je m’appuie est la sociologie économique. Celle-ci est employée de deux manières. En premier lieu, l’économie traditionnelle de l’assurance s’appuie sur une représentation néo-classique des acteurs, dont la rationalité est limitée uniquement par les asymétries d’information (l’acteur agit de manière optimale à partir de ces préférences et des informations dont il dispose). Cette économie traditionnelle entre en tension avec l’économie comportementale, en cours d’importation en assurance via des programmes de prévention. L’économie comportementale s’attache à expliquer et anticiper l’irrationalité des acteurs par des anomalies de raisonnement (les biais cognitifs) qui empêchent les individus d’agir de manière optimale. Deuxièmement, ce sujet permet de s’inscrire dans une sociologie économique de l’information. L’utilisation de données comportementales soulève des enjeux de collecte, de traitement et de circulation des données. Les assureurs sont ainsi confrontés à des problèmes d’ordres variés allant de la fiabilité des capteurs aux respects des règles de protection de la vie privée.

3. Comment enquêtez-vous (ou avez-vous enquêté) sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

La recherche est appuyée sur une démarche qualitative mêlant entretiens et études d’archives.

J’ai rencontré en priorité des assureurs. J’ai tenu compte de la diversité des statuts existants dans l’assurance privée en rencontrant des acteurs de compagnies d’assurances (type Axa, Alliance, Generali), de mutuelles d’assurances (type Macif, Maif) et de mutuelles (type Harmonie Mutuelle, Energie Mutuelle). Je me suis entretenu de manière plus suivie avec des cadres et techniciens des assureurs proposant des produits d’assurance au comportement, nos avons évoqué lors des entretiens les enjeux stratégiques auxquels répondent ces produits, les différentes phases de leur conception ou encore la place de l’assurance dans la prévention vis-à-vis des actions publiques. Je me suis également entretenu avec des représentants des organismes représentatifs du secteur comme la Fédération française de l’assurance et leurs organisations connexes. J’ai rencontré les autorités de régulation et de supervision de l’assurance françaises et européennes, et échangé avec des agents aux rôles plus techniques ou politiques. Il était frappant de constater la difficulté de ces acteurs à jauger l’ampleur des mutations en cours dans le secteur de l’assurance tant les évolutions, notamment technologiques, sont nombreuses et lourdes de conséquences (Méga-données ; chaine de bloc ; Internet des objets ; Intelligence artificielle). Enfin j’ai effectué des entretiens auprès d’autres acteurs importants pour ma recherche tels que des cadres de la CNIL ou des institutions publiques ou privés de prévention et de promotion de la santé.

Du côté des archives, je m’appuie sur deux sources principales. D’une part, la littérature de communication et la littérature grise de deux entreprises qui constituent le cœur de mon terrain. J’ai récolté ces données en marge des entretiens et via les divers sites web de ces organisations. D’autre part, j’ai dépouillé la presse professionnelle afin d’identifier les enjeux publics et surtout d’opérer une veille sur les mouvements de marchés, le secteur de l’assurance étant caractérisé par une dynamique de concentration ainsi que par des investissements nombreux dans les nouvelles technologies (Insurtech).

4. Quels sont vos premiers éléments d’analyse ? Quelles premières conclusions tirez-vous ?

Les assurances privées sont structurées par une tension entre mutualisation (partager les risques entre des individus d’un même groupe) et segmentation (avoir des groupes aussi fins et homogènes que possible, afin de proposer des tarifs adaptés). Alors que les produits d’assurance au comportement peuvent a priori laisser présager une segmentation individuelle des risques en rupture avec le principe de mutualisation, l’étude des pratiques concrètes des compagnies d’assurance permet de remettre en cause cette hypothèse. Les formes variées prises par les assurances au comportement, selon les configurations des marchés et les régulations propres à chaque pays mène à des impacts drastiquement différents. En France, leur apparition en automobile et en santé, n’opère qu’un changement lent et faible en intensité des pratiques, ce qui est notamment dû à une régulation ferme concernant l’usage des données de santé et une faible acceptation par le public. Ces produits viennent se greffer sur des contrats d’assurance classiques sans les remplacer ou les faire disparaître. Ils constituent en cela un outil de communication auprès de publics spécifiques (les jeunes en automobiles, les employeurs en santé collective).

Le développement de produits de prévention par l’assurance semble a priori constituer un atout en termes de santé publique ou de sécurité routière, il apparaît lors de l’enquête qu’ils opèrent au contraire, dans certains cas, une forme de sélection des risques en se montrant peu attrayants pour les individus aux conduites les plus risquées, qui auront moins tendance à s’orienter vers des produits semblant destinés à des publics opposés (sportifs, jeunes, etc.). La sélection des risques (possibilité de refus d’un client) par les assureurs étant fortement limitée par le cadre réglementaire, ce mécanisme d’auto-exclusion des « mauvais risques » représente une solution alternative. Ces derniers constituent pourtant de fait les publics les plus vulnérables.

Concernant les enjeux de protection de vie privée et les débats entourant l’hypothèse de l’émergence d’une société de contrôle, j’observe un certain nombre d’obstacles d’ordre technique et institutionnel à la mise en œuvre de formes fines de gouvernement des comportements individuels sur la durée par les assureurs. Les produits d’assurance au comportement peinent à modifier les habitudes (les clients n’utilisent plus les applications au bout de quelques mois, les capteurs de données peuvent être détournés, rendant le scoring peu fiable). Comme nous venons de le montrer, cela n’empêche pas ces produits de soulever d’autres questions. L’émergence de divers modèles de gouvernement des conduites appuyés sur les données de comportement, en Europe, aux États-Unis ou en Chine (avec le Système de crédit social), soulève des questions importantes et légitimes. Il convient cependant de ne pas focaliser les recherches uniquement sur les opportunités ou les dangers supposés de dispositifs de collecte et de traitement de données numériques, mais bien d’observer les pratiques concrètes de leurs usages.

5. Références

J. Hacker (2008), The Great Risk Shift, Oxford Unviersity Press.

T. Baker et J.Simon (eds.) (2002), Embracing Risk, The University of Chicago Press.

O. Borraz (2013), « Pour une sociologie critique des risques » in D.Bourg, P-B. Joly et A. Kaufmann (dir.), Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Presses Universitaires de France.

S. Dubuisson-Quellier (dir.) (2016), Gouverner les conduites, Presses de Sciences Po.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search