Prix des doctoriales 2019 – Marine Duros, « L’édifice de la valeur »

Le Prix des Doctoriales, édition 2018-2019 est attribué à :

Marine DUROS (Centre Maurice Halbwachs, EHESS-ENS), pour son article : « L’édifice de la valeur. Pratiques de valorisation sur le marché de l’immobiliser financiarisé »

Fruit d’un partenariat entre la Revue Française de socio-économie et le réseau thématique Sociologie économique (RT 12) de l’Association Française de Sociologie, le Prix des Doctoriales « Economie et Sociologie » fait suite à la journée d’études du même nom qui s’est tenue le 16 octobre 2018 à Sciences Po Grenoble[1].

Cet événement, fonctionnant sur le modèle des journées d’études organisées par le GDR CNRS « Économie & Sociologie » entre 2006 et 2013[2], et dans la continuité de la dernière édition en 2017, vise à contribuer à l’avancement des travaux de doctorant·e·s et de jeunes docteur·e·s qui travaillent, en sciences sociales, sur des objets économiques : entreprises, consommation, marchés, innovations, services publics, politiques économiques, monnaies, finance, dettes publiques et privées. Ce faisant, les Doctoriales se veulent une vitrine du renouvellement de la recherche en sociologie économique, en science politique de l’économie et en économie institutionnaliste. Leur existence témoigne ainsi de la fécondité réciproque de ces différentes façons d’approcher les faits économiques. Dans cette optique, comme l’exprimaient Alexandra Bidet et Florence Jany-Catrice en 2010 dans la RFSE, « le Prix vise surtout à identifier les espaces intellectuels où se nouent des problématiques et des recherches propres à faire avancer la socio-économie, à encourager son développement et à célébrer son dynamisme ».

Lors de cette édition 2018-2019, vingt-deux doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s ont présenté une communication, parmi lesquels neuf ont ensuite candidaté au Prix en soumettant un article (ces chiffres sont très proches de ceux de la précédente édition). Le jury était composé de seize membres issus soit du comité de rédaction de la Revue française de socio-économie, soit du comité d’organisation des Doctoriales : Matthieu Ansaloni, Stéphanie Barral, Lorenzo Barrault-Stella, Pierre Blavier, Fabien Eloire, Guillaume Favre, Anne Fretel, Anaïs Henneguelle, Anne Jourdain, Igor Martinache, Sidonie Naulin, Jean-Baptiste Paranthoën, Samuel Pinaud, Diane Rodet, Melchior Simioni, et Marc Zune.

Les propositions reçues ont été jugées de bonne qualité. Les articles reposaient sur des matériaux empiriques conséquents. Les méthodologies d’enquête mobilisaient principalement l’entretien et l’observation participante et, dans une moindre mesure, des données quantitatives. Parmi les différents textes, une forte incidence des cadres théoriques de la sociologie de Michel Callon ou de Pierre Bourdieu a été observée, tandis que l’ouvrage récent Enrichissement de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre [2017] était aussi régulièrement cité. Produire une subtile et féconde revue de la littérature reste un art délicat, qui oscille entre l’omission toujours possible de certaines références récentes ou une rédaction très formelle.  

Le processus de choix du Prix s’est effectué en deux temps : chaque article (anonymisé) a d’abord fait l’objet de trois rapports devant indiquer si l’article pouvait, ou non, recevoir le Prix ; puis s’est tenue une réunion du jury qui a finalement fait le choix de l’article primé, après deux heures de délibérations animées. Deux articles ont fini par se détacher et le second round de discussions a vu le choix final se porter sur le texte de Marine Duros : « L’édifice de la valeur. Pratiques de valorisation sur le marché de l’immobilier financiarisé ». Il sera publié dans le n°23 de la RFSE (décembre 2019).

Après avoir désanonymisé les textes, nous avons pu nous féliciter que la parité de genre ait été respectée (cinq auteures, quatre auteurs). Nous avons aussi fait le constat que les textes les plus appréciés et discutés par le jury étaient issus de doctorant·e·s bénéficiant d’un encadrement scientifique important, à l’échelle de leur direction de thèse et/ou de leur laboratoire, par exemple au travers d’un séminaire doctoral institué, ou encore de journées doctorales internes aux laboratoires, favorisant des échanges réguliers avec les titulaires. Ceci illustre une fois encore à quel point ces dispositifs sont nécessaires dans la formation scientifique des doctorants.

Les Doctoriales s’inscrivent pleinement dans cette optique. En effet, les articles ayant concouru au Prix ont pu être retravaillés à la suite des commentaires reçus lors de la journée d’études du 16 octobre. Le travail des rapporteur.e.s et les discussions ont contribué à la qualité qualité des contributions, et finalement favorisé la création innovante en sciences sociales. Enfin, nous avons pu nous rendre compte que la limpidité de l’écriture demeure de facto un atout au moment d’apprécier la qualité des articles, et force est de constater qu’il existe, à ce sujet, certains contrastes d’un texte à l’autre.

Les membres du jury

Bibliographie

Bidet Alexandra, Jany-Catrice Florence, « Le Prix 2010 “GDR Économie & Sociologie – RFSE” », Revue française de socio-économie, n°6, 2010, pp.11-12.

Boltanski Luc, Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, NRF Essais, 2017.

Les précédents articles primés :

2010 (RFSE n°6) : Anne Jourdain, « La construction sociale de la singularité. Une stratégie entrepreneuriale des artisans d’art »

2011 (RFSE n°8) : Hadrien Saiag, « Les pratiques financières des milieux populaires de Rosario (Argentine) à l’aune du démantèlement du rapport salarial fordiste »

2013 (RFSE n°11) : Jean Finez, « Les économistes font-ils l’économie ferroviaire ? Maurice Allais, la “théorie du rendement social” et les premières restructurations de la SNCF »

2014 (RFSE n°14) : Luis Sigalo Santos, « Le recrutement des figurants de l’audiovisuel. L’ANPE Spectacle, un intermédiaire public sur le marché des images »

2018 (RFSE n°21) : Pierre Deffontaines, « Pratiques comptables ordinaires et travail des femmes : inégalités sociales face à la crise en Ukraine »


[1] Organisées conjointement par le RT12 « Sociologie économique », le RT26 « Réseaux sociaux », et 34 « Sociologie politique », de l’AFS, en partenariat avec l’AFSP, l’AFEP, le groupe de projet « Structures politiques du capitalisme » (financé par l’association française de science), et le laboratoire Pacte (UGA)

[2] Le Groupement de recherche (GDR) du CNRS Économie & Sociologie s’est efforcé de « contribuer à consolider les liens et les réseaux scientifiques qui promeuvent la collaboration disciplinaire pour améliorer la compréhension des économies modernes dans toutes leurs dimensions sociales » [Bidet, Jany-Catrice, 2010].


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.