Gros plan sur… La thèse de Nassima Abdelghafour, intitulée “Micro-politiques de la pauvreté, les expérimentations aléatoires dans les politiques de lutte contre la pauvreté globale.”

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Nassima Abdelghafour, doctorante en sociologie depuis 2015, au Centre de sociologie de l’innovation, sous la direction de Vololona Rabeharisoa et Liliana Doganova.

1. Votre thèse, réalisée au Centre de sociologie de l’innovation sous la direction de Vololona Rabeharisoa et Liliana Doganova, porte sur les expérimentations aléatoires dans les politiques de lutte contre la pauvreté globale. Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

J’ai étudié l’économie au sein d’un master spécialisé dans l’évaluation des politiques publiques et des politiques de lutte contre la pauvreté. La méthode des expérimentations aléatoires, inspirée de celle des essais cliniques en médecine, nous y était enseignée comme la manière la plus rigoureuse d’évaluer l’impact d’une intervention sur ses bénéficiaires. Elle consiste à comparer un groupe de personnes « traitées » avec un groupe de contrôle. Les deux groupes sont formés aléatoirement, ce qui est censé assurer, en vertu de la loi statistique des grands nombres, leur similarité en moyenne, et donc leur comparabilité. Seul le groupe « traité » fait l’objet d’une intervention – par exemple, une formation en agronomie proposée aux fermiers, la distribution d’uniformes ou de vermifuges à des écoliers, ou encore des micro-crédits – mais les deux groupes sont enquêtés avant et après l’intervention. Les différences observées entre les deux groupes au terme de l’expérimentation (en termes de revenu moyen par exemple) sont alors imputées au seul « traitement » évalué. Ainsi, si le revenu moyen des fermiers augmente dans le groupe « traité », est-ce en raison de la formation en agronomie que les fermiers ont reçue ? Ou est-ce en raison d’une météo particulièrement clémente ? Ou d’un autre programme mis en place par une autre organisation ? La comparaison de l’évolution du revenu moyen des fermiers du groupe « traité » avec celle du revenu moyen des fermiers du groupe de contrôle permet en théorie d’attribuer à l’intervention son impact pur, débarrassé des biais statistiques créés par l’impact d’autres facteurs.

Pour les promoteurs des expérimentations aléatoires, attribuer exactement à chaque programme son impact exact constitue non seulement une ambition scientifique, mais aussi le moyen d’une réforme politique de la lutte contre la pauvreté globale. Une expérimentation aléatoire après l’autre, les économistes pourraient non seulement écarter les interventions de lutte contre la pauvreté qui ne sont pas efficaces, mais aussi mettre en concurrence celles qui le sont, en identifiant celles qui présentent le meilleur ratio impact/coût. Les expérimentations aléatoires portent ainsi un projet de rationalisation gestionnaire des politiques de lutte contre la pauvreté.

Le déroulement matériel de ces expérimentations vient compliquer ce tableau. Bien avant de commencer la thèse, au cours d’un stage de recherche avec Innovations for Poverty Action, une organisation basée aux Etats-Unis qui conduit des expérimentations aléatoires depuis 2002, j’ai eu l’occasion d’observer une expérimentation en cours, en Afrique de l’Est. J’ai vu les assistants de recherche et les enquêteurs au travail, sillonnant les collines avec leurs piles de questionnaires et leurs GPS. Collecter les données requiert un travail considérable et harassant, non seulement pour les enquêteurs mais aussi les enquêtés. Un entretien par questionnaire peut durer jusqu’à 4 heures, et comporte de nombreuses questions qui perdent leur sens dans le contexte local, ou qui sont perçues comme intrusives et gênantes, à la fois par les énumérateurs qui doivent les poser et par les villageois qui y répondent. Or, ce processus d’enquête si épais et complexe, si crucial, est complètement éludé, aplati, dans les articles scientifiques publiés à la suite d’expérimentations aléatoires.

Plus généralement, l’observation des opérations matérielles nécessaires à la conduite d’une expérimentation aléatoire rend encore plus saisissants les problèmes politiques que ce type d’intervention pose : l’expérimentation apparaît comme invasive, limitée dans le temps et orientée vers l’extérieur. En effet, l’expérimentation ne vise pas à fabriquer des interventions adaptées au site expérimental, mais plutôt à fabriquer des solutions génériques, qui conviennent aussi bien aux « pauvres kényans » qu’aux « pauvres indiens ou malawites ». Cette ambition repose sur une manière très particulière de considérer la pauvreté, construite sur un ensemble d’hypothèses et de présupposés anthropologiques.

C’est cela qui m’a interpellée au départ, et qui m’a poussée à enquêter sur le rôle de ces expérimentations et sur la manière dont elles problématisent la pauvreté. Comment s’articulent la production de connaissances sur la pauvreté et l’action politique entreprise pour la combattre ?

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Mes questions de recherche et la façon dont je les pose sont influencées par les travaux des auteurs historiques du centre de sociologie de l’innovation (Akrich, Callon, Latour, etc.). Les expérimentations aléatoires sont le lieu d’une intrication très forte entre technique et politique, à ce titre les travaux de Madeleine Akrich sont une référence incontournable. Plus généralement, mon attention est davantage orientée vers les effets produits par les expérimentations aléatoires plutôt que vers les causes de leur succès institutionnel. Je m’intéresse aux expérimentations « en train de se faire », c’est-à-dire que je me détourne en partie de la question du succès ou de l’échec (les expérimentations aléatoires remplissent-elles vraiment leurs promesses ?) et m’intéresse plutôt à ce qui se produit lorsqu’elles sont mises en œuvre, ce qui fait émerger de nouvelles questions. Un point important dans ma thèse consiste à considérer les expérimentations aléatoires non seulement comme un dispositif de production de connaissances, mais aussi comme un dispositif qui organise l’action en situation. Plutôt que de considérer les connaissances produites à l’issue de l’expérimentation, il s’agit d’analyser le processus de fabrication de ces connaissances en situation – ce décalage est un geste classique en sociologie des sciences. La mise en place matérielle d’une expérimentation aléatoire est complexe et laborieuse ; elle requiert de dépêcher des équipes d’enquêteurs dans des villages reculés, auprès des pauvres sur lesquels les chercheurs souhaitent expérimenter. Comment les villages sont-ils « laboratorisés », c’est-à-dire rendus carrossables, lisibles et connaissables ? Comment les enquêteurs parviennent-ils à enrôler les villageois dans le projet ? Que nous apprend l’observation du recueil des données par les enquêteurs ? Par quelles opérations une intervention de lutte contre la pauvreté est-elle transformée en un objet propre à l’expérimentation ?

En resserrant l’enquête sur le lieu où l’expérimentation est menée, la thèse s’attelle à décrire et analyser la trame micro-politique des formes contemporaines de lutte contre la pauvreté. En particulier, la thèse montre comment ces expérimentations construisent une figure du « pauvre global », qui devient l’objet de propositions de métamorphoses. Les travaux sur le développement, notamment en anthropologie (Ferguson, Mosse, Li, Escobar), sont en outre un appui important pour mettre les expérimentations aléatoires en perspective par rapport à l’histoire plus longue des pratiques de développement international. En lien avec l’anthropologie critique du développement, un ensemble de travaux sur la politique des infrastructures développe l’idée que les infrastructures sont un lieu où les enjeux politiques se donnent à voir sous une forme matérielle (par exemple Mitchell, Barry, Collier, Von Schnitzler). Je me suis notamment intéressée à ces travaux parce que les expérimentations aléatoires sont souvent utilisées pour tester l’installation de « micro-infrastructures » (Redfield), c’est-à-dire de tout petits dispositifs (par exemple de la chlorine pour purifier l’eau, loupiotes fonctionnant à l’énergie solaire, etc.) destinés à pallier le manque d’infrastructures en réseau.

Enfin, mon objet de recherche est un objet économique, fabriqué par des économistes, donc la sociologie économique est très présente dans ma thèse. Je puise par exemple dans les travaux de Marion Fourcade sur les économistes, sur les relations qu’ils entretiennent avec les sciences sociales et l’internalisation de la profession. Les travaux sur la performativité des sciences économiques (Callon, Muniesa, McKenzie, etc.) me sont utiles pour discuter la question des effets du dispositif expérimental. Je m’intéresse aussi beaucoup à la marchandisation croissante des interventions de lutte contre la pauvreté, et donc aux travaux sur l’essor des marchés de la « base de la pyramide » (par exemple Trompette et Cholez, Blowfield et Dolan). En particulier, un chapitre de ma thèse porte sur la construction expérimentale de prix pour les pauvres, et je m’appuie sur la sociologie des prix, mais aussi les travaux sur les nudges et le tournant comportemental en économie (Berndt, Pilmis). Sur les raisonnements économiques qui sous-tendent les expérimentations aléatoires, je suis allée chercher du côté des critiques formulées par des philosophes des sciences et de l’économie (Nancy Cartwright, Francesco Guala) et par certain économistes (Angus Deaton, Dani Rodrik). Plus généralement, il y a un corpus critique relativement abondant sur les expérimentations aléatoires, alimenté par des sociologues, anthropologues, géographes et économistes.

3. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Empiriquement, la thèse s’appuie notamment sur une observation participante de neuf semaines sur le site d’une expérimentation aléatoire, en Afrique de l’Est. L’intervention évaluée consistait à distribuer des lampes solaires dans des villages non-électrifiés, par l’intermédiaire de micro-entreprises gérées par des villageois. J’ai accompagné les enquêteurs sur le terrain et les ai observés dans leur travail quotidien de collecte de données et de mise en place de l’intervention, au contact des villageois enquêtés. L’observation s’est faite de plus en plus « participante » au fil du temps, non seulement parce que j’ai pu de temps en temps donner un coup de main aux enquêteurs pour de petites tâches, mais aussi parce que j’ai été de plus en plus impliquée lors de discussions entre les enquêteurs. Si leur travail est un travail de « petites mains », qui est très largement réglé par les protocoles transmis par les économistes qui pilotent l’expérimentation, il y a quand même du jeu, des tâches pour lesquelles le protocole à suivre n’est pas clairement défini, et parfois aussi des difficultés ou des résistances par rapport à un protocole clairement défini. Ces rugosités dans le déroulement de l’expérimentation m’ont beaucoup intéressée.

L’ethnographie constitue le cœur de mes données, mais j’ai également collecté d’autres types de données auprès d’autres acteurs (les économistes qui pilotent l’expérimentation, les bailleurs qui la financent). J’ai notamment réuni un corpus documentaire composé de notes qui organisent l’expérimentation, et de plusieurs rapports explicitant les enjeux, la méthode, le déroulement et les résultats du projet.

Une partie de l’enquête porte sur l’entreprise sociale dont les activités (distribution de lampes solaires) font l’objet de l’expérimentation aléatoire. Là encore, mes données sont composées d’observations sur le terrain et d’une enquête documentaire – outre les documents qu’elle publie elle-même, notamment sur son site internet, l’entreprise a fait l’objet d’articles de presse relativement nombreux. C’est aussi une entreprise qui a reçu beaucoup de bourses, de prix, de récompenses, donc à travers elle on voit aussi se dessiner toute une nébuleuse d’organisations, dont la Banque Mondiale, qui promeuvent une certaine façon de faire du développement.

Enfin, par un improbable concours de circonstances, j’ai été amenée à me rendre à la réunion annuelle organisée par les principaux bailleurs du projet. Toutes les personnes qui auraient normalement dû se rendre à cette réunion ont eu des empêchements. À court de solutions, l’équipe m’a demandé de m’y rendre pour représenter le projet devant les bailleurs. C’était un exercice étrange, mais instructif. Les économistes comme les bailleurs sont très attachés à la « politique fondée sur des données probantes » (evidence-based policy), mais ils en ont des visions assez différentes. Les économistes soutenaient qu’ils ne pouvaient rien conclure avant d’avoir achevé l’analyse de leurs données, tandis que les bailleurs attendaient d’eux qu’ils entremêlent d’emblée recherche et « policy influencing ».

4. Quels sont vos premiers éléments d’analyse? Quelles premières conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

À travers l’analyse de cette expérimentation, la thèse cherche à caractériser les évolutions contemporaines de la lutte contre la pauvreté dite « globale » : un recours croissant à l’expérimentation, à l’ingénierie comportementale, et à la marchandisation de petits dispositifs conçus pour fournir un accès, même minimal, à des biens et services de base. Un pan de ma thèse traite en particulier de la fabrication des prix de ces petits dispositifs : ces prix jouent un rôle critique dans la construction d’un consensus politique et moral autour de la vente (plutôt que du don par exemple) de ces petits objets censés améliorer les conditions d’existence des pauvres.

Si les expérimentations aléatoires sont loin d’être une pratique majoritaire[1], elles n’en ont pas moins reconfiguré les pratiques. Elles ont notamment accentué, par construction, certaines explications causales (micro, locales, comportementales) de la pauvreté, davantage compatibles avec un dispositif expérimental, au détriment d’autres (structurelles, globales, historiques), opportunément laissées dans l’ombre. Elles ont favorisé l’essor d’interventions de faible envergure, minimalistes et peu coûteuses, sapant ainsi l’idée d’une possible commune mesure entre le mode de vie des plus pauvres et celui des autres habitants de la planète. En effet, les expérimentations produisent un effet de cadrage qui confine les causes de la pauvreté aux pays (voire aux régions) pauvres, sans interroger le rôle des pays riches, d’où sont formulées les politiques de lutte contre la pauvreté pourtant dite « globale ». Les expérimentations aléatoires produisent un effet de confinement épistémologique et politique de la pauvreté aux régions pauvres.

5. Liens

https://journals.openedition.org/anthropodev/611

________________________________

[1] Seul un petit nombre d’interventions de lutte contre la pauvreté passe au crible d’une expérimentation aléatoire. Le Jameel-Poverty Action Lab et Innovations for Poverty Action, les deux organisations pionnières dans la mise en œuvre d’expérimentations aléatoires, en ont mené un peu moins de 1800 depuis 2002. La Banque Mondiale, quant à elle, en a mené 163.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.