Gros plan sur… la thèse de Jean-Baptiste Devaux intitulée « Gouverner par l’innovation. Socio-histoire d’une entreprise réformatrice du gouvernement de l’industrie en France (1963-2004) »

Votre thèse, réalisée au sein du laboratoire Triangle à Lyon sous la direction de Emmanuel Taïeb et Martine Kaluszynski, s’intitule « Gouverner par l’innovation. Socio-histoire d’une entreprise réformatrice du gouvernement de l’industrie en France (1963-2004) ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ce travail doctoral s’inscrit à la suite d’une réflexion débutée en master. Lors d’un stage de recherche en M1, j’ai accompagné le travail de chercheurs italiens travaillant sur les « travailleurs de l’économie cognitive » (essentiellement des autoentrepreneurs dans les secteurs du design, des industries culturelles, de l’innovation industrielle, de l’édition, etc.). La seconde année de mon master m’a conduit à préciser mon intérêt pour l’étude des savoirs mobilisés par l’action publique pour saisir et peser sur les transformations du capitalisme. Mon projet de thèse portait ainsi initialement sur « l’économie de la connaissance » comme nouveau savoir de gouvernement. Il était question pour moi d’interroger les processus par lesquels ce savoir s’est imposé à l’aube des années 2000 comme un nouveau référentiel de politiques publiques dans ce qu’il est convenu d’appeler le gouvernement des systèmes productifs.

Les premiers mois de terrain et d’enquête m’ont amené à affiner la construction de mon objet de recherche et le sens de ma démarche. Il m’est en effet apparu très rapidement que l’émergence de savoirs relatifs à l’économie de la connaissance était indissociable du processus plus ancien qui a constitué l’innovation comme un problème public. Mon regard s’est donc progressivement déporté vers cet objet qu’est « l’innovation » entendu comme enjeu politique et catégorie d’action publique. Si le soutien à l’innovation technologique semble aujourd’hui s’être imposé comme un enjeu légitime tant auprès des décideurs publics que des entrepreneurs ou du grand public, il n’en a pas toujours été ainsi.

L’approche généalogique de ce problème m’a semblé stimulante. D’une part parce qu’elle permet d’éclairer la manière avec laquelle les pouvoirs publics œuvrent à la mise en forme et la mise en ordre de l’économie (Gayon et Lemoine 2014). D’autre part, parce qu’elle permet d’appréhender par la bande les transformations passées et contemporaines du capitalisme français. Cette approche donne par ailleurs à voir la ou les manières dont les dispositifs actuels de soutien à l’innovation technologique ont été pensés, construits et légitimés. Enfin, cette enquête repose sur des terrains explorant des institutions assez méconnues (ministère de l’Industrie et ministère de la Recherche, notamment).

Mon étude débute au milieu des années 1960, date à laquelle les pouvoirs publics mettent en place le premier dispositif générique et trans-sectoriel d’aide à l’innovation technologique, nommé à l’époque  « aide au développement ». Elle se poursuit jusqu’au milieu des années 2000, période durant laquelle les dispositifs actuels (crédit impôt recherche, pôles de compétitivité, agences d’aide à l’innovation) sont mis en place.

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisés pour aborder ces questions ?

La construction de mon objet de recherche et la manière dont j’interroge mon terrain d’enquête relèvent de mon inscription en sociologie de l’action publique et plus précisément, en socio-histoire de l’action publique. En ce sens, ce sont les acteurs de l’action publique qui constituent le cœur de ma recherche. Il s’agit de considérer l’émergence des politiques d’innovation comme le produit d’une réforme au long cours de l’Etat et des politiques industrielles. L’approche dite du process tracing m’est apparue particulièrement heuristique puisqu’elle met en évidence l’ensemble de mécanismes causaux aboutissant à la mise en œuvre d’une politique publique. Ce travail engage toute une série d’acteurs au sein d’une configuration réformatrice composée de quatre groupes principaux (Bezes 2009): les acteurs politiques, les hauts fonctionnaires, les acteurs économiques et les experts (savants dont l’autorité sur les questions d’innovation est reconnue, par les pouvoirs publics ou en dehors, mais également d’experts situés au sein de l’administration).

Si la sociohistoire du politique constitue le cadre analytique général de l’enquête, d’autres cadres analytiques sont ensuite nécessaires pour éclairer les opérations aboutissant à la mise en œuvre de l’action publique en matière de soutien à l’innovation. L’émergence du problème de l’innovation comme enjeu de réforme oblige d’abord à étudier sa mise en forme savante. La sociologie des savoirs, des sciences et de l’expertise permet d’interroger les mécanismes sociaux qui permettent à une série d’acteurs (économistes, ingénieurs, statisticiens, sociologues, gestionnaires, etc.) d’être reconnus par le pouvoir politique comme des experts légitimes. La sociologie de la quantification ou des dispositifs matériels de classification (Desrosières 1993) m’est particulièrement utile pour appréhender la manière dont les savoirs œuvrent au cadrage d’opérations sociales reconnues comme relevant du processus d’innovation. De la même manière, les travaux de sociologie des savoirs économiques (Lebaron 2000) m’amènent à interroger la manière dont les savoirs transforment l’action de l’Etat autant qu’ils ne sont eux-mêmes le produit des mutations de l’action publique et de contraintes institutionnelles.

Cette interrogation sur les modes de rationalisation de l’action publique me conduit aussi à envisager les mutations propres à l’espace administratif. Les travaux de sociologie des organisations permettent de reconsidérer les effets de la mise en œuvre de nouvelles politiques publiques sur l’appareil d’Etat et le travail des agents administratifs. La réforme constitue une opportunité pour certains groupes au cœur de l’Etat, à commencer par les grands corps. Dans le cas qui nous intéresse, la réforme des politiques industrielles amorcée à compter des années 1970 autour des enjeux d’innovation technologique conduit par exemple le Corps des Mines à se réinventer et repenser son action.

Enfin, appréhender les transformations de l’action publique oblige à saisir ce qu’il se passe en dehors de l’Etat et à reconsidérer l’action de l’Etat comme le produit de rapports entre différents espaces sociaux. La sociologie des élites économiques (François et Lemercier 2016) constitue en ce sens une littérature féconde, qui permet de considérer les mutations du capitalisme français au regard de la transformation des acteurs du champ (chefs d’entreprise, dirigeants, professions).

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Ce travail de thèse repose sur la mobilisation de trois types de sources différentes. Le premier corpus est composé de littérature grise et de documentation imprimée. Il s’agit d’une part de sources de presse qui ont permis de retracer la chronologie des réformes des politiques de soutien à l’innovation. Ensuite, de documentation officielle et législative (projets de lois de finance, compte rendus de débats parlementaires…) qui sont autant de traces de la manière dont les pouvoirs publics se sont saisis de cette question. Enfin, il s’agit de sources imprimées que l’on pourrait qualifier de savantes dans lesquelles on trouve des revues comme la Revue de l’Association pour l’expansion de la recherche scientifique ou la Revue d’économie industrielle, et des rapports émanant de diverses institutions (Agence nationale de valorisation de la recherche, Commissariat général du Plan, DATAR, CAE, OCDE).

Le second corpus est composé de sources de première main. Il s’agit de documents collectés essentiellement au sein d’archives publiques : départements chargés de la technologie et de l’innovation au sein des ministères de l’Industrie, de la Recherche et de l’Economie, cabinets des différents ministres, secrétariat général du gouvernement, Commissariat général du Plan, Corps des Mines, OCDE et INSEE. J’ai pu par ailleurs avoir accès à des archives de quelques institutions privées (commission recherche et innovation du CNPF) et de particuliers (anciens hauts fonctionnaires, anciens ministres).

Enfin, j’ai réalisé 87 entretiens semi-directifs avec des acteurs identifiés comme ayant œuvré à la mise en œuvre de dispositifs d’action publique d’aide à l’innovation, répartis en différents groupes (4 entrepreneurs, 16 « experts académiques », 21 « experts institutionnels », 32 hauts fonctionnaires ou chargés de mission au sein de ministères, 12 membres de cabinets ministériels et 3 anciens acteurs du champ politique).

Quelles premières conclusions tirez-vous de cette enquête ? Quels sont vos premiers résultats ?

Les spécialistes qui ont entrepris le récit de l’histoire des politiques publiques en matière d’innovation technologique envisagent souvent la naissance de ces dispositifs comme le résultat de facteurs exogènes. L’accélération du progrès technique ou la crise de l’énergie et des systèmes industriels des années 1970 sont autant de facteurs qui auraient poussé les acteurs publics à réagir. Il apparaît cependant que l’émergence de l’innovation comme enjeu d’action publique est antérieure aux années 1970. En explorant le travail de différentes administrations, à commencer par l’administration de la recherche (DGRST), nous constatons que des acteurs réformateurs entreprennent dès le début des années 1960 la mise en place d’un programme centré autour de la question de l’innovation technologique. L’enjeu pour eux est de doter les pouvoirs publics d’instruments génériques de soutien aux opérations de recherche, de développement et d’innovation qui constituent une rupture avec les pratiques ayant cours (plans sectoriels comme le Plan calcul, mise en place de grands organismes de recherche appliquée comme le CEA). Ces dispositifs visent un public spécifique (d’abord les grandes entreprises) et sont conçus selon une appréhension spécifique : inciter, susciter les bonnes pratiques et faire faire plutôt que faire.

L’émergence de cette problématisation s’accompagne de la mise en œuvre d’un instrument, l’aide au développement, concentré d’abord dans les mains de la DGRST. Cet instrument, modeste du point de vue de sa dotation budgétaire jusqu’au milieu des années 1970, va ensuite constituer un enjeu pour les différents acteurs de la configuration réformatrice, à commencer par le ministère de l’Industrie et le Corps des Mines ressortis affaiblis de cette séquence politique. Ils s’emploient à partir de 1978 à reprendre en main l’ensemble des instruments qu’ils confient à une agence régionalisée, l’ANVAR, chargée de l’administration des aides et pilotée par des membres du Corps des Mines.

Parallèlement, de nouveaux savoirs émergent sur les questions d’innovation. Produits par des acteurs multipositionnés (espace administratif, académique et institutions internationales comme l’OCDE), ils transforment progressivement les représentations de ce qu’est le processus d’innovation en identifiant une nouvelle catégorie d’acteurs, les PME, comme cible de l’action des pouvoirs publics. L’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 et surtout la mise en place d’une politique de rigueur budgétaire à compter de 1982 œuvrent à la promotion de ces savoirs. La mise en œuvre du dispositif du crédit impôt recherche par le ministère de l’Industrie et de la recherche en 1983 est le résultat de cette séquence où d’une part les petites et moyennes entreprises sont perçues comme les actrices principale du processus d’innovation, et où d’autre part le financement des activités de recherche et de développement est appelé à être exécuté en grande partie par des opérateurs privés compte tenu du gel des crédits budgétaires.

Auparavant considéré comme une opération technique, l’innovation se transforme en un problème économique et financier qui favorise le fait que d’autres acteurs administratifs investissent la question (inspecteurs des finances, administrateurs civils, profils issus de formation en économie, etc.). Les années 1990 voient cette tendance se renforcer nettement sous l’effet de deux processus. D’une part, les économistes de l’innovation (économie néo-schumpétérienne, économétrie de la recherche et de l’innovation) s’imposent comme les acteurs savants les plus légitimes sur le sujet et trouvent un écho toujours plus important au sein de l’administration, et notamment du ministère de l’Economie et des finances. D’autre part, les institutions chargées de l’administration des politiques d’innovation se transforment, à commencer par l’ANVAR qui d’agence d’aide à l’innovation technique se transforme en agence de financement des PME et agence de capital-risque. La réforme de l’Etat engagée à partir du début des années 1990 conduit les administrations centrales à modifier leurs actions. Le ministère de l’Industrie devient progressivement une administration stratège, productrice de savoirs dont l’ambition est d’éclairer et d’accompagner l’action des opérateurs privés en matière d’investissement dans la technologie. Le ministère de la Recherche, sous la houlette de la nouvelle Direction de la technologie (1997) est lui chargé de mettre en place des institutions et dispositifs visant à connecter les chercheurs au tissu industriel. Enfin, ces années sont également celles durant lesquelles le ministère de l’Economie et des finances met en place toute une série d’instruments financiers visant à susciter, de la part des acteurs du champ économique, des comportements tournés vers l’innovation.

Cette thèse a donc pour ambition de mettre en évidence des séquences où l’action des pouvoirs publics et des différentes administrations chargées des politiques technologiques problématisent sous une forme nouvelle la question de l’innovation (Barthe 2003). En reconstituant la carrière de ce problème dans les circuits administratifs et politiques, il est ainsi possible de comprendre comment l’innovation est passée d’un problème technique à un problème économique et financier.

 

Références citées

Barthe, Y. 2003. « Le recours au politique ou la problématisation politique “par défaut” ». In J. Lagroye (dir.) La Politisation, Paris : Belin.

Bezes, P. 2009. Réinventer l’État : les réformes de l’administration française, 1962-2008. Paris : P.U.F.

Desrosières, A. 1993. La politique des grands nombres : histoire de la raison statistique. Paris : La Découverte.

François, P. et C. Lemercier. 2016. « Une financiarisation à la française (1979-2009) ». Revue française de sociologie, 57 (2) : 269‑320.

Gayon, V. et B. Lemoine. 2014. « Maintenir l’ordre économique ». Politix, 105 : 7‑35.

Lebaron, F. 2000. La croyance économique : les économistes, entre science et politique. Paris : Seuil.

 

Publications de J.B. Devaux

Devaux, J.B. 2018. « Economie post-industrielle ». In A. Smith, C. Hay (dir.), Dictionnaire d’économie politique, Paris : Presses de Sciences Po.

Devaux, J.B., 2018. « Des rapports au(x) temps contraint(s) : l’élaboration des ‘Outlook for science, technology and industry’ à l’OCDE (1996-2016) ». In G. Marrel, R. Payre (dir.), Temporalité(s) politique(s) : le temps dans l’action politique collective, Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur.

Devaux, J.B., 2018. « L’impossible reproduction d’un collectif savant. Faire école en économie industrielle en France (1975-1991) », Revue d’histoire des sciences humaines, 32 : 129-152.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search