Gros plan sur… la thèse de Quentin Schnapper sur le commerce et les appartenances locales dans un bourg péri-urbain de l’entre-deux-guerres à nos jours

Votre thèse, réalisée à l’École Normale Supérieure sous la direction de Nicolas Renahy et Sibylle Gollac, s’intitule : « Une économie d’interconnaissance. Commerce et appartenances locales dans un bourg péri-urbain de l’ouest de la France de l’entre-deux-guerres à nos jours ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Le sujet s’est présenté au détour d’une enquête que je menais en master sur les sociabilités festives d’un bourg de 4000 habitants situé à proximité d’une ville moyenne de l’ouest de la France. L’organisation d’une foire était au cœur d’un conflit opposant une association d’agriculteurs à la retraite et les autres membres du comité des fêtes. Celui-ci a abouti à l’éviction des agriculteurs qui ont été remplacés au pied levé par des commerçantes récemment installées dans le bourg. C’est le contraste entre ces deux groupes sociaux a priori relativement proches et l’engagement singulier de ces marchandes dans une fête de village qui m’ont amené vers cet objet.

Il permettait d’interroger les conditions de maintien du commerce dans un contexte péri-urbain marqué par la dissociation des scènes résidentielle et professionnelle et la concurrence des zones marchandes installées en périphérie de la ville voisine. Il s’agissait enfin d’éclairer les transformations et les spécificités d’un espace rural dynamique sur le plan économique et démographique qui se distingue notamment des campagnes en déclin du nord et de l’est de la France.

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisés pour aborder ces questions ?

Cette thèse s’inscrit au croisement d’une approche relationnelle et localisée des groupes sociaux (Bruneau et al. 2018) et d’une ethnographie économique attentive à l’articulation des prestations et des liens personnels ainsi qu’à la négociation de leurs significations culturelles (Weber 2000, Zelizer 2005). Elle se propose d’explorer le fonctionnement et les recompositions d’une économie d’interconnaissance formée par l’interconnexion d’un ensemble de circuits de clientèle au sein d’un même territoire.

Empruntée à Viviana Zelizer (2006), la notion de « circuit » désigne des arrangements institutionnels qui soutiennent une activité économique spécifique en combinant des relations personnelles différenciées, des moyens de paiement et d’enregistrement, des significations partagées et une frontière séparant ses membres de l’extérieur. Dans un commerce rural où les liens marchands sont personnels et durables, les client·es sont distingués à travers des manières d’interagir (tutoiement, bise, etc.) et des prestations économiques (services, dons, etc.) qui « marquent » leur statut social et moral au sein de la boutique. Les marchand·es ne cessent de trier les bons et les mauvais client·es, les loyaux des opportunistes et les indésirables qu’il est préférable d’évincer du circuit.

La spécificité d’une économie d’interconnaissance tient à l’interconnexion de ces circuits de clientèle à l’échelle locale. Les client·es peuvent circuler entre les différents commerces du bourg et les marchand·es s’échanger les noms des mauvais débiteur·ices. La clientèle forme ainsi un « commun » (Ostrom 1990), une ressource limitée et localisée que les commerçant·es se partagent et exploitent collectivement. Sa gestion s’accompagne d’un ensemble de normes professionnelles destinées à permettre à chacun de vivre de son travail : se présenter aux autres marchand·es, faire marcher le commerce local, ne pas manger dans l’assiette du voisin et « s’entendre » avec ses concurrents directs. De manière plus institutionnalisée, l’Union des commerçants assure de son côté la représentation des intérêts du groupe auprès de la municipalité et tente de préserver « l’animation » et « l’attractivité » du territoire en organisant des sociabilités festives comme la foire. Parler d’économie d’interconnaissance vise ainsi à mettre au jour l’existence d’une structure économique spécifique qui n’est ni un marché, ni un simple réseau et à comprendre comment ces commerçant·es parviennent à se dégager un revenu en exploitant au quotidien et de manière collective un ensemble de relations personnelles territorialisées.

Cette enquête s’appuie enfin sur les acquis de l’anthropologie paysanne et de la famille (Weber 2002) en travaillant par monographies de maison de commerce. La notion de « maison » désigne un patrimoine matériel et symbolique qui rassemble l’ensemble des personnes qui participent au quotidien à sa production marchande et/ou vivent de ses revenus : les commerçant·es, leur conjoint·e, leurs enfants, leurs salarié·es, etc. Elle correspond également à une catégorie ordinaire (« La maison ne fait pas crédit ») qui révèle l’existence d’une institution économique dépassant ses membres. Les commerçant·es du bourg sont ainsi régulièrement appelés par le nom de leur maison plutôt que par leur patronyme (« Madame Pulsat »). Cette notion offre un outil d’analyse plus large que celles d’entreprise ou de maisonnée pour saisir les interdépendances entre les sphères domestique et marchande, le poids du travail informel ou les différentes formes de marquage de l’argent tout en tenant compte de l’importance du patrimoine et de sa mise en lignée.

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?
Le choix a été fait de mener une ethnographie historique dans la mesure où la situation actuelle du bourg et de son commerce ne sauraient se comprendre indépendamment des transformations survenues au cours du xxe siècle. Outre les archives municipales et départementales, le Registre du Commerce a été exploité afin de retrouver les noms et de rassembler des données biographiques sur l’ensemble des commerçant·es qui se sont succédé dans la commune depuis l’entre-deux-guerres (actes d’état civil, contrats de cession de fonds de commerce, etc.). En parallèle, des observations ont été conduites dans les boutiques et au sein de l’Union des commerçants et des entretiens menés avec les marchand·es en activité ou retirés des affaires. Cette approche a notamment permis de décloisonner la monographie du bourg en tenant ensemble les commerçant·es qui ont passé toute leur vie sur place et celles et ceux qui n’y ont fait qu’un bref passage en raison d’une cessation d’activité prématurée ou du rachat d’un autre magasin. Cette enquête propose ainsi quelques éclairages sur les trajectoires de sortie de l’indépendance et les mobilités professionnelles des commerçant·es.

La thèse comporte enfin un important volet statistique. Les recensements ont été mobilisés pour retracer les transformations du territoire depuis 1968. Les enquêtes sur la formation et la qualification professionnelle (FQP, 1977-2015) et les données issues du Bulletin des annonces civiles et commerciales ont quant à elles permis de saisir les évolutions du monde du commerce à l’échelle nationale et d’objectiver le fonctionnement du marché des fonds de commerce. Cette exploitation statistique s’appuie sur la définition du commerce dégagée au cours de l’enquête de terrain. Par-delà les classifications étatiques entre « artisans » et « commerçants », la catégorie profane de commerçant rassemble également les salons de coiffure, les boucheries, les boulangeries ou les garages. Elle a été recodée à partir des nomenclatures d’activité afin d’armer les statistiques par l’ethnographie.

Quelles premières conclusions tirez-vous de cette enquête ? Quels sont vos premiers résultats ?

Le détour par la micro-histoire a d’abord permis d’interroger les frontières du groupe des commerçant·es qui rassemblait durant l’entre-deux-guerres des paysan·nes-commerçant·es vivant dans les hameaux, des marchand·es ainsi que des négociants (marchands de vin, de grains, de bestiaux) qui représentaient politiquement le groupe et dominaient le conseil municipal. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale, à la faveur de la restructuration de l’agriculture et de la disparition progressive des négociants que le commerce s’est resserré autour des boutiques du centre-bourg.

Le bourg a connu en parallèle un important processus de péri-urbanisation à compter de la fin des années 1960. Celui-ci s’est traduit par l’arrivée de nouvelles populations et un mouvement continu de dissociation des espaces de résidence et de travail. En lien avec la généralisation de l’automobile, ces recompositions spatiales ont accentué la concentration des activités commerciales dans les bourgs où se sont implantés les supermarchés. Elles ont également transformé les relations entre les marchand·es et leur clientèle : il ne s’agit plus tant d’aller vers elle dans le cadre des tournées que de la retenir sur place et de la faire venir dans les boutiques.

La création de la première Union des commerçants en 1980 s’inscrit au croisement des mutations du groupe des marchand·es et du territoire. Créée par de jeunes boutiquier·es – en majorité des hommes – récemment installés dans le centre-bourg, elle visait à relancer la foire aux côtés du syndicat local des exploitants agricoles afin « d’animer » la commune et d’inciter la population à y faire ses courses. Le soutien apporté par la municipalité à cette initiative reflète quant à lui le processus de politisation de la cause du petit commerce qui s’est opéré au tournant des années 1970-1980. Dénigrés comme « archaïques » au sortir de la guerre, les commerçant·es ont trouvé leur salut dans la revalorisation morale de leurs activités économiques autour d’un rôle d’animation locale et de production de lien social. Ils/elles sont devenu·es les symboles de la « vie » des territoires et un instrument de lutte dans les compétitions entre communes. La prise en charge de leurs intérêts passe toutefois par l’extension continu du supermarché considéré comme le mieux à même de lutter contre l’évasion commerciale hors de la commune. Paradoxalement, le travail des commerçant·es est aussi de plus en plus dépendant du pouvoir d’attraction de la grande distribution présente dans le bourg.

L’extension des zones marchandes en périphérie des villes à partir de la fin des années 1980 a marqué un second point de rupture relativement méconnu. Il s’est traduit par une forte accélération du nombre de sorties du commerce qui a frappé en premier lieu les commerçantes exerçant dans les secteurs de l’alimentation et de l’habillement.

Il faut attendre la fin des années 2000 pour voir le nombre de boutiques repartir à la hausse dans le bourg grâce à l’installation d’anciennes employées de commerce (coiffeuses, fleuristes, etc.) et celle de quelques cadres et professions intermédiaires ayant connu des mobilités intersectorielles. Ces bifurcations professionnelles se comprennent à l’intersection entre d’une part, des dispositions au contact et au travail permanent souvent inscrites dans des lignées familiales et, de l’autre, des contextes temporels et relationnels (aide matérielle, micro-pressions de l’entourage) qui rendent l’accès à l’indépendance possible et pensable.

Ces marchandes, installées dans les années 2000-2010, ont relancé l’Union des commerçants et adopté des stratégies de personnalisation des relations marchandes pour faire face à la concurrence de la ville voisine. Elles se situent au cœur de l’économie d’interconnaissance au sein d’un pôle symboliquement dominant qui s’oppose aux commerçant·es de passage (buralistes, restaurateurs, etc.) qui circulent à l’échelle du pays.

Quelle analyse faites-vous des relations marchandes observables aujourd’hui dans le bourg ?

Fondées sur l’entretien de sociabilités, une offre de services sur-mesure et des présences sociales chez les commerçantes, les stratégies de personnalisation des relations marchandes trouvent leur aboutissement dans l’attachement personnel d’une partie de la clientèle via des affects et des logiques d’endettement mutuel. Ces client·es ne viennent pas uniquement pour la qualité des produits ou du travail des commerçant·es mais aussi (et surtout) pour eux et pour elles. Au prix d’un investissement temporel et émotionnel considérable, ces pratiques d’attachement permettent de stabiliser une source durable de revenus voire d’étoffer le réseau des coups de main sur lequel repose le travail productif des maisons.

Ces liens marchands supposent un réglage très fin des distances sociales et relationnelles. Il faut à la fois être proche de la clientèle sans (trop) se lier d’amitié avec elle et savoir maîtriser son enrichissement afin d’éviter les accusations de fierté. Ce dernier point illustre le poids de la contrainte réputationnelle qui pèse encore aujourd’hui sur les commerçant·es et les membres de leur maison à l’intérieur comme à l’extérieur des boutiques. Dans un contexte où les appariements marchands reposent aussi sur des sentiments et des jugements interpersonnels, il faut plaire et surtout ne pas déplaire à la clientèle : éviter les commérages, les conflits, la politique, la consommation d’alcool en public, etc.

Les recompositions du bourg et de son économie d’interconnaissance permettent finalement d’éclairer les ressorts de l’alliance qui s’est formée entre les commerçantes de la nouvelle Union, le comité d’organisation de la foire et la municipalité socialiste élue en 1995. Toutes et tous partagent un même souci de préserver les sociabilités du centre-bourg en luttant contre le projet visant à déplacer le supermarché à la sortie de la commune afin de capter la clientèle de passage. Cette alliance illustre toute l’ambivalence de la position de ces commerçantes. A la différence des agriculteurs évincés de la foire, elle reflète la (re)valorisation des appartenances territoriales de ces marchandes qui incarnent la « vie » du bourg mais aussi la fragilité de leur situation qui dépend du pouvoir d’attraction du supermarché et des rapports de force politiques à l’échelle locale.

Références citées

Bruneau, I., Laferté G., Mischi J. et N. Renahy, Mondes ruraux et classes sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, 2018.

Ostrom E., Governing the Commons. The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Weber F., « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, 41, 2000, p.85-107.

Weber F., « Pour penser la parenté contemporaine. Maisonnée et parentèle, des outils de l’anthropologie », in D. Debordeaux et P. Strobel (dir.), Les solidarités familiales en questions. Entraide et transmission, Paris, L.G.D.J., 2002, p.73-106.

Zelizer V., The Purchase of Intimacy, Princeton, Princeton University Press, 2005.

Zelizer V., « Circuits in Economic Life », in Economic Lives, How Culture Shapes the Economy, 2011 [2006], Princeton, Princeton University Press, p.344-353.

Publication(s)

Schnapper Q., « ”Ils ont volé l’identité de la foire aux agriculteurs !” Sociabilités festives, luttes de pouvoir et conflits d’appartenance dans un bourg périurbain de l’ouest de la France (1980-2015) », in Christophe Granger, Laurent Le Gall, Sébastien Vignon, Voter au village. Les formes locales de la vie politique, xxe-xxie siècles, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021, p.273-296.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search