Stage M1 ou M2 : L’aide alimentaire à Montpellier : acteurs, volumes et circuits d’approvisionnement

 

Contexte

L’UMR Innovation recherche un/e stagiaire de niveau bac+4 ou bac+5 pour réaliser un stage de 6 mois, entre mars et septembre 2013, sur les modalités d’approvisionnement de l’aide alimentaire à Montpellier.

Ce stage sera réalisé dans le cadre du programme de recherche SURFOOD (sustainable urban food) dont l’objectif est d’analyser la durabilité des systèmes alimentaires des villes en considérant les questions d’environnement (pollution, biodiversité…), de santé (obésité, maladies cardio-vasculaires…) et de sécurité alimentaire (accès à une alimentation de qualité, maintien d’une agriculture péri-urbaine…). Ce stage s’inscrit au croisement de deux axes du projet : l’axe « reconfigurations de l’approvisionnement et de la distribution alimentaire pour plus de durabilité » et l’axe « précarités alimentaires ».

Les attendus du stage

Ce stage visera tout d’abord à identifier les acteurs de l’aide alimentaire à Montpellier (associations d’aide alimentaire, Centres Communaux d’Action Sociale, missions locales d’insertion, Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale…).

Une enquête de terrain approfondie, menée à l’échelle de la ville ou de l’agglomération, visera ensuite à s’essayer à une mesure des volumes de l’offre alimentaire (tonnes, repas, usagers). Cette mesure n’est pas évidente, dès lors par exemple qu’une partie de l’offre des banques alimentaires transite par d’autres associations (on ne peut alors agréger les volumes des premières et des secondes) ou que les usagers de l’aide fréquentent plusieurs structures. D’autres difficultés de cette nature émergeront au fil de l’enquête, qui visera alors autant à développer une méthodologie qu’à produire des résultats.

L’enquête visera également à mieux connaître l’origine des denrées offertes (Programme Européen d’Aide aux plus Démunis, Plan National d’Aide Alimentaire, achats négociés nationalement, achats négociés localement, dons d’entreprises, dons de particuliers…). Là aussi, des phénomènes de redistribution entre structures rendent les circuits complexes. Mais les enjeux d’une telle connaissance sont forts, tant on peut faire l’hypothèse que les différents circuits induisent des différences dans les pratiques des acteurs de l’aide alimentaire et la qualité des denrées distribuées (qualité nutritionnelle, mais aussi gustative, culturelle, symbolique…). Les données recueillies viseront aussi à évaluer les flux de marchandises et les flux financiers associés à ces circuits. Il est probable que cette information sera difficile à obtenir ; dans ce cas, le rapport devra le mentionner et analyser les causes de ces difficultés.

Enfin, une telle enquête permettra de savoir si les circuits d’approvisionnement de l’aide alimentaire sont des circuits plus ou moins courts ou longs (géographiquement et économiquement) et s’ils participent à la lutte contre le gaspillage alimentaire (récupération des invendus, des hors calibre…). Sur ce point, dans la continuité de travaux déjà engagés (Le Velly et Paturel, 2012), il s’agira de repérer des initiatives innovantes, développant des modes d’approvisionnement a priori plus durables.

Les techniques d’enquête privilégiées seront l’observation directe (dans les entrepôts et les lieux de distribution) et l’entretien compréhensif (auprès de dirigeants et de gestionnaires des structures et, dans une moindre mesure, d’usagers de l’aide alimentaire). Le/a stagiaire sera hébergé/e dans les locaux de l’UMR Innovation, mais il/elle doit s’attendre à passer la plus grande partie de son temps auprès des acteurs de l’aide alimentaire. En comparaison, une part relativement peu importante du temps de stage sera consacrée à la recherche bibliographique sur l’aide alimentaire et à la lecture de travaux scientifiques de référence (sur l’alimentation des populations précaires, la sociologie des marchés, etc.).

Un enjeu de ce stage est aussi de conforter les liens déjà établis avec certains acteurs montpelliérains de l’aide alimentaire (Restos du cœur, Secours populaire) et d’en développer de nouveaux (Banques alimentaires, CCAS…). Les chercheurs de l’UMR Innovation souhaitent tout particulièrement que ce stage se fasse en collaboration avec les acteurs concernés, qu’ils soient associés à la définition de ses objectifs et à son pilotage.

Un rapport écrit sera rédigé en fin de stage. Il tiendra compte des objectifs définis dans cette offre et de ceux de la formation à laquelle prend part l’étudiant/e.

 

Le Velly R., Paturel D., 2012, Associer circuits courts et aide alimentaire ? Un dispositif de marché expérimental en Languedoc-Roussillon, Actes des 6èmes Journées de recherche en sciences sociales INRA, SFER, CIRAD, Toulouse, 13-14 décembre.

 

Conditions requises / profil du stagiaire :

Bac+5 ou Bac+4 (Ecole d’ingénieur agronome ou agricole, Université en Sociologie ou autre science sociale) avec un intérêt fort pour et une pratique de l’enquête de terrain. Permis de conduire B nécessaire pour un travail de terrain autonome.

 

Encadrants

Ronan Le Velly, Maître de conférences en Sociologie (Montpellier SupAgro, UMR Innovation), levelly@supagro.inra.fr. Dominique Paturel, Chercheure en Sciences de gestion (INRA, UMR Innovation), dpaturel@supagro.inra.fr

 

CONDITIONS DE REALISATION DU STAGE

 

 

OUI

NON

Indemnité de stage

X

L’hébergement

X

Les moyens de déplacement

X

L’accès à un micro-ordinateur et à une imprimante

X

La reprographie des mémoires de stage

X

 

Transmettre votre CV et une lettre de motivation aux deux encadrants


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search