« Mondes militants, mondes économiques. Contestations, frontières et coopérations », dans la RFS

La Revue française de sociologie (volume 61, n°4, 2021) publie un dossier, coordonné par Laure Bereni et Sophie Dubuisson-Quellier, intitulé « Mondes militants, mondes économiques. Contestations, frontières et coopérations »

Le dossier est consultable ici. Vous trouverez ci-dessous le sommaire et la présentation du dossier.

Sommaire

Au-delà de la confrontation : saisir la diversité des interactions entre mondes militants et mondes économiques

               Laure BereniSophie Dubuisson-Quellier

Quand militant·es cyclistes et chauffeurs de bus font cause commune. Une « improbable convergence » autour de la « mobilité durable » à Mexico

               Audrey Chérubin

Une sociologie du rendement social. Le travail d’organisation et ses valeurs dans les coopératives citoyennes d’énergie renouvelable en Bretagne

               Benoit Giry, Pierre Wokuri

Mastercard, sa fondation et l’inclusion financière : une entreprise philanthropique ?

               Sylvain A. Lefèvre, Marie Langevin

Collaborer avec le marché : les stratégies des associations végétariennes en France

               Noé KaboucheSophie Dubuisson-Quellier

Les limbes de la dette. Crise économique et mouvements sociaux : des banquiers de Wall Street aux militants espagnols

               Quentin Ravelli

Comment une entreprise répond à ses critiques ? Une analyse longitudinale du cas Household Finance aux États-Unis, 1910-1941

               Simon Bittmann

Présentation du dossier
Dans l’introduction de ce dossier, Laure Bereni et Sophie Dubuisson-Quellier proposent trois déplacements analytiques pour saisir les continuités, imbrications et transferts entre les mondes militants et économiques : placer le regard sur des collectifs hybrides, à l’intersection de ces deux mondes ; penser en termes d’espaces de cause au sein desquels convergent des acteurs venant d’univers hétérogènes ; déployer une perspective microsociologique.

En suivant la manière dont des militant·es du déplacement à vélo et des micro-entrepreneurs du transport de bus s’associent autour d’un projet urbain à Mexico, Audrey Cherubin montre comment des acteurs très différents du point de vue de leurs origines sociales et de leurs ressources parviennent à faire cause commune, et développent ainsi leur influence dans le secteur des transports urbains.

Les objectifs militants et productifs sont-ils nécessairement en tension ? À partir de l’étude de trois coopératives citoyennes d’énergie renouvelable, Benoit Giry et Pierre Wokuri donnent à voir le caractère contingent et segmenté de l’articulation entre les performances militantes et productives de l’entreprise sociale. Ils montrent que le travail d’organisation y est orienté, en dernier ressort, vers l’augmentation d’une valeur spécifique, le rendement social.

Sylvain A. Lefèvre et Marie Langevin, à partir du cas de la Fondation Mastercard, mettent en évidence les logiques d’instrumentalisation des causes au profit des intérêts d’une grande firme financière. En maintenant une distance formelle avec l’entreprise, la fondation cherche à consolider son ancrage dans le champ de la lutte contre la pauvreté, tout en mettant en œuvre des infrastructures qui nourrissent la stratégie d’affaires de la firme.

Les mouvements militants peuvent-ils coopérer avec leurs cibles ? Noé Kabouche et Sophie Dubuisson-Quellier mettent en évidence les stratégies de collaboration avec des entreprises du secteur alimentaire déployées par des organisations végétariennes. L’usage stratégique de ces collaborations en fait un élément à part entière du répertoire de l’action militante.

Peut-on réassigner des titres de dette lorsque celle-ci a été diluée par les banquiers de Wall Street ? C’est en suivant ce travail fait par des militant·es que Quentin Ravelli s’attache à com- prendre les logiques contestataires déployées par des mouvements de lutte contre le surendettement, dans le sillage de la crise des subprimes en Espagne à la fin des années 2000.

Comment une entreprise répond-elle à ses critiques ? Simon Bittmann montre, à partir d’une étude longitudinale, comment une entreprise de crédit américaine s’adapte aux critiques dans la première partie du xxe siècle. L’étude permet de voir les stratégies d’intégration des cadres normatifs de la cause, mais aussi la manière dont l’espace de la cause des consommateurs évolue au fil des interactions entre l’entreprise et sa critique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search