Gros plan sur… la thèse de Quentin Belot intitulée « PSA : une financiarisation endogène. Construire le contrôle financier d’une firme industrielle et familiale de 1965 à 2020 »

Votre thèse, réalisée à l’ENS Paris Saclay sous la direction de Claude Didry et Cédric Lomba, s’intitule « PSA : une financiarisation endogène. Construire le contrôle financier d’une firme industrielle et familiale de 1965 à 2020 ». Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

La financiarisation désigne à la fois l’un des phénomènes majeurs des économies contemporaines et un concept devenu hégémonique en sciences sociales au cours de ces trente dernières années. J’avais depuis longtemps le sentiment diffus qu’il était devenu, un peu comme les concepts de globalisation et néolibéralisme, une sorte de concept-valise renvoyant à des processus très différents. La pluralité de domaines touchés par ce phénomène implique d’ailleurs une difficulté à en établir une définition circonscrite : on aborde à travers cette même grille conceptuelle un régime d’accumulation macroéconomique, la transformation des stratégies d’entreprises, mais également des éléments touchant la vie quotidienne des individus.

Ce qui m’est apparu de plus en plus clairement, c’est que la financiarisation est généralement abordée selon une conception abstraite et diffuse des marchés, conduisant à une perception surplombante des transformations financières. Par son envergure, ce phénomène semble parfois se suffire à lui-même dans l’explication de transformations financières contemporaines, en particulier au sein des entreprises. L’analyse tend ainsi à observer un sens de causalité unique : ce sont les transformations des marchés financiers qui s’imposent aux organisations. Par exemple, la hausse du poids des investisseurs institutionnels dans le capital des firmes est fréquemment interprétée comme un facteur décisif de leurs réorientations stratégiques. Ce faisant, les organisations paraissent être les objets passifs de ces grandes transformations, laissant dans l’ombre l’analyse précise des stratégies propres que les dirigeants financiers des firmes industriels mettent en œuvre et les rapports de force ou d’alliance qui les relient aux acteurs des marchés financiers. Le second défaut de cette approche est de prendre comme point de départ la grande rupture qu’une tradition en historiographie économique a établie entre les Trente Glorieuses fordistes et l’époque de la financiarisation. Le troisième obstacle épistémologique contenu dans l’usage classique de ce concept est de considérer les transformations organisationnelles comme des conséquences inéluctables et des « manifestations » à une échelle microéconomique, de ce macro-phénomène.

En m’attachant à étudier empiriquement les transformations financières d’une grande entreprise industrielle ayant traversé les époques mentionnées de l’histoire économique française, je propose un point d’entrée permettant à la fois de préciser ces transformations et de renverser la perspective : expliquer ce phénomène par les stratégies élaborées par les grandes firmes qui trouvent un intérêt à la financiarisation (Benquet, Bourgeron et Reynaud, 2019). J’ai cherché à saisir les transformations financières de l’entreprise automobile PSA aux différentes époques, en partant des problèmes internes que le développement du groupe posait aux managers financiers.

 

À quelles autres recherches vous êtes-vous référés pour aborder ces questions ?

L’approche théorique structurante de ma thèse découle de cet angle de vue différent que je désire porter au processus de financiarisation. À rebours des travaux recherchant dans les transformations organisationnelles des manifestations de processus de financiarisation externes qui viendrait pervertir les visées initiales des entreprises, il me parait important de saisir la production endogène de ces dynamiques de financiarisation à partir des entreprises elles-mêmes. Une conceptualisation surplombante de la financiarisation écrase de facto le rôle des acteurs besogneux qui construisent les dispositifs financiers au sein des organisations productives. Ainsi, l’explication intermédiaire du processus, consistant à expliquer de cette façon les transformations organisationnelles, constitue toujours un chaînon manquant (Ezzamel et al., 2008).

Une génération de recherches récentes éclaire cette dimension interne de la financiarisation. La démarcation entre les dynamiques industrielles et financières n’est, in concreto, pas toujours si nette. Les travaux les plus précis appréhendent les transformations internes des firmes à travers les mutations de la fonction financière (Berland et al., 2019). Les métiers de directeur financier et de contrôleur de gestion sont par exemple scrutés de près. Mais, la plupart du temps, leur action est comprise comme relevant d’une rationalité unique, importée de la sphère financière, qui est par elle-même porteuse d’une puissance de changement. Si l’analyse en reste là, elle semble conférer un pouvoir intrinsèque à la logique financière. Pourtant, celle-ci est plurielle, traversée par des rapports de force, en tension entre différentes conceptions. En outre, les conceptions financières ne s’imposent pas seulement, elles sont adoptées par des acteurs pour qui elles remplissent certaines fonctions dans le cadre de leurs stratégies.

Par ailleurs, cette perspective permet d’aborder dans un même mouvement analytique trois dimensions du capitalisme que l’on a trop souvent considérées comme des âges différents de l’histoire économique : le capitalisme familial, industriel et financier. Alors que l’axe financier tend parfois à écraser les deux autres types de rationalité, je montre, dans le sillage des travaux de Stéphanie Ginalski sur le cas suisse, que ces trois dimensions sont toujours interdépendantes (Ginalski, 2015). Ce n’est qu’en cherchant à saisir leur interconnexion qu’il est possible de comprendre pleinement les transformations financières des grandes organisations du capitalisme.

Cette thèse éclaire les choix faits par les dirigeants de la fonction financière de PSA, mais également des dirigeants familiaux au fil du temps. Ceux-ci, loin de suivre une évolution linéaire, s’imbriquent au contraire dans des contraintes techniques, financières, des réseaux et rapports de force au sein du champ organisationnel. Ce travail permet donc d’expliquer à partir de ce cas, non pas comment la finance s’impose à l’économie réelle, mais par quels dispositifs les entreprises industrielles transforment la valeur produite par leur processus productif en valeur financière.

 

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Le cas PSA (Peugeot Société Anonyme) est apparu comme une entreprise exemplaire pour rendre compte des évolutions financières sur le long terme. D’un développement multiactivité autour de l’industrie métallurgique à partir de 1810, les membres de la famille Peugeot se concentrent progressivement au fil du XXe siècle sur la construction automobile. Les activités de cycles, d’outillages et de production automobiles sont pour la première fois rassemblées au sein d’un même ensemble chapeauté par une holding en 1965, Peugeot Société Anonyme. En position plutôt périphérique sur le marché automobile français au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Peugeot parviennent progressivement, notamment au travers de cette structuration, à s’imposer comme acteur de premier plan.

Ils rachètent d’abord Citroën en 1974, les filiales européennes de Chrysler en 1978, deux intégrations qui font considérablement évoluer la taille de l’entreprise. De dimension toujours plus internationale à partir des années 1990, la firme se recentre autour de la production automobile, restructure les sociétés fabriquant des cycles et de l’outillage afin d’en dégager la partie qui livrait les pièces intermédiaires pour l’automobile : l’entreprise Faurecia voit le jour, formant l’un des plus grands équipementiers automobiles du monde. Au sein du groupe automobile, la question financière est non seulement centrale, mais elle découle aussi directement de la structure industrielle et familiale.

Le maintien du contrôle familial implique ainsi l’élaboration de montages et d’alliances financières avec des familles amies ou d’autres acteurs du champ organisationnel. De ce fait, les dirigeants des sociétés Peugeot constituent dès les années 1920 un système de holdings à plusieurs niveaux. Ces sociétés de portefeuille sont à la fois les centres décisionnels du groupe familial et le point de départ de ses stratégies financières. De ce fait, il s’agit d’organisations plastiques qui évoluent au gré des problématiques de contrôle du capital et de transmission intergénérationnelle du patrimoine.

Cette firme ancienne constitue autant un emblème du fordisme industriel, que d’une firme familiale de premier plan ou d’un groupe bien inséré dans les activités financières. Ces trois dimensions impliquent un accès à une variété de documents et de contacts avec les acteurs clés. Mon enquête s’étale de juin 2016 à décembre 2019. L’essentiel des archives utilisées est issu des fonds de l’entreprise PSA dont nous avons réalisé une analyse exhaustive. Une autre partie de ce travail se base sur des archives personnelles transmises par certains membres passés ou présents du groupe PSA. Celles-ci sont enrichies d’archives issues d’autres institutions publiques ou bancaires. En totalité, près de 400 documents sont analysés.

De surcroît, j’ai réalisé 34 entretiens semi-directifs avec des dirigeants financiers et familiaux travaillant au sein de la firme entre 1953 et 2019. Vingt d’entre eux sont d’anciens hauts cadres financiers, ayant parfois occupé des fonctions de conseils auprès des sociétés familiales. Sept d’entre eux sont d’actuels opérationnels au sein de la direction financière. Cinq sont des membres dirigeants des holdings familiales. Deux acteurs non familiaux, enfin, occupent des fonctions actuelles au sein des holdings. Précisons que ces entretiens ont été menés sur un mode semi-directif et ont tous fait l’objet d’une analyse qualitative approfondie. Ce matériau met en lumière les transformations organisationnelles formelles, les trajectoires professionnelles, mais aussi les représentations des acteurs. Celles-ci concernent les usages passés ou présents des outils financiers, mais aussi les dynamiques de décisions dans les différentes instances opérationnelles. Chacun de ces entretiens apporte un éclairage singulier sur les évènements évoqués et donne accès à une pluralité de visions et donc de réalités économiques.

 

Quelles conclusions tirez-vous de cette enquête ? Quels sont vos résultats ?

La démarche adoptée met en évidence l’entremêlement complexe et inextricable des rationalités industrielles, familiales et financières concentrées dans les dispositifs de pilotage financier de PSA. Je montre ainsi que les différentes dimensions de la finance au sein de cette firme se développent à travers des dynamiques endogènes résultant du développement industriel d’une part et des enjeux de préservation du capital au sein de la famille de l’autre.

Au cœur de la période dite des Trente Glorieuses fordistes, c’est la dynamique de croissance industrielle des diverses activités possédées par la famille Peugeot qui pousse les dirigeants à élaborer une structuration financière de l’ensemble de ces activités. En amont de la holding Peugeot SA constituée en 1965, on trouve un second système de holdings en cascade. Cela permet à la famille Peugeot de consolider le contrôle financier des activités industrielles, tout en concentrant sa puissance de levier financier au sein d’une holding intermédiaire, FFP. Celle-ci est elle-même détenue en intégralité par la holding de tête de la famille Peugeot, EPF. Cette structure financière d’ensemble, toujours existante en 2021, est l’un des piliers du développement industriel externe du groupe Peugeot.

Ensuite, j’analyse les dimensions internes et externes de la finance d’entreprise. L’existence et la croissance organisationnelle d’une telle firme impliquent l’émergence d’un système comptable permettant une intégration financière des différentes activités du groupe. Celle-ci passe par le développement d’instruments de captation, de mesure et de traduction de ces activités. Comment la direction financière peut-être contrôler la génération de résultats financiers à partir de processus industriels alors qu’elle est incapable d’en connaître les détails techniques du fait de leur complexité et de leur variété ? Voilà qui est au cœur des enjeux de construction d’outils comptables au sein de la firme, mais également de la financiarisation des entreprises (Chiapello, 2008). Je montre que le contrôle de gestion formalise, à partir de 1973, des normes de calcul de rentabilité financière pour l’ensemble des activités et sociétés. Comment les responsables des lignes de production dans les usines, les commerciaux dans les concessions, les financiers au sein des filiales de crédit ou les gestionnaires au sein de la direction financière parviennent-ils à se comprendre à travers des instruments communs ? Les dispositifs de traduction contribuent à travers le langage comptable à produire une certaine homogénéité et à construire l’entreprise. Ainsi, les instruments de la comptabilité des coûts connectent, mais également concentrent différentes réalités et visions traversant l’entreprise.

Néanmoins, ces dispositifs sont instables, imparfaits, inaboutis. Ils entravent la volonté des managers du contrôle financier de saisir de manière inductive une activité économique de plus en plus variée et complexe. Les contrôleurs de gestion se contentent de plus en plus d’imposer une amélioration continue pour qu’adviennent les résultats financiers escomptés. Ainsi, c’est la croissance industrielle et le développement organisationnel qui poussent à une forme de financiarisation, imparfaite et mouvante, des outils du contrôle de gestion.

Concernant la finance externe, je mets en lumière l’évolution des relations protéiformes entre l’entreprise et les différents marchés financiers (Mottis et Ponsard, 2002). On aperçoit l’activité déployée par les managers de la direction financière aux différentes périodes pour apparaître favorablement sur le marché. Qu’il s’agisse des relations bancaires traditionnelles, des emprunts obligataires ou du marché des capitaux sur lequel interviennent les investisseurs institutionnels, la direction financière de PSA mobilise de nombreuses ressources afin d’entretenir sa crédibilité financière et son capital réputationnel. Par leurs origines sociales et leurs multiples engagements professionnels, les financiers de PSA cumulent les espaces et les statuts sociaux afin de s’aménager de multiples positions de pouvoir dans le champ organisationnel. Ainsi, plusieurs dirigeants de services de placement de billets de trésorerie ou responsables des relations avec les marchés financiers investissent – lorsqu’ils ne les créent pas directement – des associations de défense des intérêts financiers des grandes entreprises face aux acteurs de marché, intégrant par cet intermédiaire des compétences financières, mais aussi une inscription dans des réseaux centraux des marchés financiers. On aperçoit les managers du groupe construire de véritables compétences, intégrant une grande technicité au sein du groupe, tout en contribuant de façon significative à construire les marchés financiers sur lesquels ils interviennent au cours de cette longue période de soixante ans.

Enfin, cette histoire met en lumière le fait que la famille Peugeot a cherché, durant une grande partie de son histoire, à préserver le contrôle familial du groupe industriel afin de se protéger d’investisseurs externes. Néanmoins, c’est précisément cette recherche qui l’a conduite vers une forme de financiarisation de son capital. Ainsi, à partir des années 1990 la holding de contrôle est elle-même cotée sur le marché des capitaux. Ainsi, nous observons de manière originale une évolution parallèle du maintien du contrôle familial sur le groupe industriel, et d’un mouvement de diversification de l’actif familial au niveau supérieur : celui de la holding financière du groupe, FFP. Cette forme de financiarisation du capital issue de l’activité industrielle répond également à des logiques d’ordre familiales et patrimoniales.

 

Références citées :

BENQUET Marlène, BOURGERON Théo et REYNAUD Bénédicte, 2019, « Économie politique de la financiarisation », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 229, n° 4, p. 4-13.

BERLAND Nicolas, LEGALAIS Laetitia et REDON Marie, 2019, « L’évolution du métier de directeur financier : origines, compétences, trajectoires », Entreprises et histoire, vol. 95, no2, p. 55-71

CHIAPELLO Eve, 2015, « Financialisation of Valuation », Human Studies, vol. 38, no1, pp.13-35

EZZAMEL Mahmoud et al., 2008, « Manufacturing shareholder value : the role of accounting in organizational transformation », Accounting, Organizations and Society, N°33, p. 107–140.

GINALSKI Stéphanie, 2015, Du capitalisme familial au capitalisme financier? le cas de l’industrie suisse des machines, de l’électrotechnique et de la métallurgie au XXe siècle, Neuchâtel, Éditions Alphil-Presses universitaires suisses (coll. « Histoire »), 391p.

MOTTIS Nicolas et PONSARD Jean-pierre, 2002, « L’influence des investisseurs institutionnels sur le pilotage des entreprises », Revue française de gestion, vol. 141, n° 5, p. 225-248.

 

Publications de Quentin Belot :

BELOT, Q. (2019), « Capitalisme financier vs capitalisme familial », in Michel, H., Lévêque, S., Contamin, J-G (dir.), Rencontres avec Michel Offerlé, Éditions du Croquant, Paris, pp. 61-68. : https://www.researchgate.net/publication/343222190_Capitalisme_financier_vs_capitalisme_familial_par_Quentin_Couloumies_Belot

COULOUMIES BELOT, Q. (2021), PSA : une financiarisation endogène. Construire le contrôle financierd’une firme industrielle et familiale de 1965 à 2020. Sociologie. Université Paris-Saclay. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-03234848


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search