Avis de soutenance HDR – Marlène Benquet, « Le droit d’accumuler. Genèse et pratiques des investisseurs pour autrui »

Marlène Benquet soutiendra son habilitation à diriger des recherches le 4 février 2022 à 9 h à l’Université Paris Nanterre (salle Paul RICOEUR -B016 dans le bâtiment B). Il est possible d’assister à la soutenance en présentiel (places limitées) ou en distanciel, merci pour cela de m’écrire à marlene.benquet@dauphine.psl.eu.  

Le jury est composé de Valérie Boussard Professeure des universités en sociologie à l’Université Paris Nanterre et garante de cette HDR, Olivier Godechot, Directeur de recherche, CNRS, SciencesPo, OSC, MaxPo, Sylvain Laurens, Directeur d’études, EHESS, CMH (rapporteur), Frédéric Lebaron, Professeur de sociologie, ENS Cachan, IDHES (rapporteur), Sabine Montagne, Directeure de recherche, CNRS, IRISSO et Cornelia Woll, Professeure de science politique, SciencesPo, MaxPo.  

L’objectif de cette recherche est de décrire la genèse de secteur du capital investissement en France, de montrer comment il est apparu et s’est développé à partir de l’étude des pratiques de ces investisseurs pour autrui des années 1980 à aujourd’hui. Presque inexistant dans les années 1970 et quasi inconnu en France jusqu’au début des années 1980, le secteur du capital-investissement est actuellement un pôle important d’accumulation de profits financiers. Unitaires, locaux et informels jusque dans les années 1980, les investissements réalisés sur le territoire national font aujourd’hui de la France la troisième place mondiale en montants investis après les secteurs américain et britannique.  

 Comment ces pratiques financières marginales et quasi illégales dans les années 1980 sont-elles devenues courantes, normalisées et lucratives  dans la France des années 2000 et 2010 ? Pour répondre à cette question, ce travail aborde l’analyse du développement du secteur à partir des pratiques financières de ces investisseurs, des règles institutionnelles coproduites avec les pouvoirs publics qui leur ont permis de se développer et propose d’aborder le secteur à travers la notion de pôle d’accumulation de capital.  

Il repose sur une enquête menée à l’échelle microsociale des actions et interactions individuelles des membres de ces sociétés de gestion des années 1980 à aujourd’hui ainsi qu’à l’échelle des institutions impliquées dans ces processus. A partir de l’analyse exhaustive des archives de la principale association professionnelle du secteur, de 48 entretiens et d’observations, ce travail reconstitue l’activité de coproduction entre les membres des fonds et des représentants des pouvoirs publics d’un arrangement institutionnel favorable à l’accumulation du secteur ainsi que l’activité quotidienne de maximisation cette accumulation menée par ces investisseurs. 

Cette enquête participe ainsi au développement de la sociologie économique à partir d’une approche pragmatique de l’accumulation. Elle décrit les fondements empiriques, socio-historiques et institutionnels de la constitution d’un nouveau centre d’accumulation du capital et éclaire ainsi les formes contemporaines du capitalisme en France.  

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search