Gros plan sur… La thèse de Melchior Simioni, sur la sociologie économique de l’univers carcéral

Photo de Grégoire Korganow

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorants ou de jeunes chercheurs. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Melchior Simioni, qui a soutenu sa thèse en octobre 2020 au laboratoire GEMASS (Sorbonne Université / CNRS), sous la direction de Philippe Steiner.

1. Votre thèse porte sur la sociologie économique de l’univers carcéral. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

La prison constitue un univers économique méconnu : les représentations culturelles de cette économie carcérale, par exemple, s’en tiennent souvent à un univers hyper-contrôlé, austère et dépouillé, ou au contraire à un monde hors de contrôle où règnerait une économie criminelle dominée par des gangs. En réalité, la vie carcérale recèle des pratiques économiques diverses et finalement assez ordinaires : les prisonniers peuvent travailler, gagner ou recevoir de l’argent, consommer différents types de biens ou de services notamment par le biais de la « cantine », et parfois échanger avec le monde extérieur ou entre eux. En revanche, l’ensemble de ces pratiques économiques sont soumises à des réglementations strictes qui tiennent au contexte sécuritaire et disciplinaire de la prison et font l’objet de négociations entre prisonniers et surveillants. S’ajoutent à ces pratiques autorisées un certain nombre de pratiques plus informelles ou illégales, comme l’échange et la consommation de cannabis ou de téléphones portables, dont la presse et l’administration pénitentiaire se font souvent l’écho.

Ma thèse vise à réaliser la sociologie économique de cet univers carcéral. J’ai voulu comprendre, dans le sillage des études classiques et contemporaines du monde pénitentiaire et en mobilisant les outils de la sociologie économique, comment l’ensemble de la vie économique des prisonniers s’encastre dans cette institution si particulière.

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisés pour aborder ces questions ?

Cette étude se positionne d’abord par rapport aux travaux sur la prison et les institutions disciplinaires. La grande œuvre de Foucault (1975) sur la naissance de la prison moderne a proposé de lire la prison comme le lieu d’exercice de la « discipline », c’est-à-dire une forme de pouvoir visant à corriger les individus déviants en prescrivant l’ensemble des comportements par le biais d’une micro-physique des corps. Toutefois, bien que Foucault ait lui-même voulu intégrer les éléments de la vie économique dans cette architecture disciplinaire (en particulier le travail des prisonniers), cette grille de lecture laisse peu de place à l’existence d’une vie économique entre les murs et aux interactions et stratégies des acteurs impliqués dans celle-ci. L’étude de Goffman sur les institutions totales (1961) permet à cet égard de prendre du recul : elle insiste précisément sur l’importance des interactions dans le fonctionnement de ces institutions, dans la construction des identités et dans le déroulement des pratiques quotidiennes. Ma volonté d’étudier à la fois les dispositifs de pouvoir et les pratiques économiques concrètes des prisonniers permet, à l’instar de certaines études sur la prison (voir par exemple Chantraine, 2004), de considérer que le vecteur principal du pouvoir économique en prison n’est plus tant la discipline que la « gouvernementalité » (Foucault, 2004a et 2004b), c’est-à-dire une forme de pouvoir qui repose sur certaines marges de manœuvre laissées aux prisonniers dans leurs pratiques économiques. Autrement dit, au lieu de prescrire l’ensemble des pratiques des prisonniers, on leur apprend à adopter un comportement économique en partie libre, que l’on souhaite responsable et favorable à l’objectif de réinsertion.

En outre, mon travail de thèse s’inscrit dans le prolongement de différents courants de la sociologie économique. La prison est un environnement économique largement administré, et en même temps marqué par une place importante de la vie économique informelle. Dans ce cadre, mon attention a porté principalement sur deux éléments. Premièrement, j’ai voulu rendre compte des nombreux dispositifs qui encadrent la vie économique en prison. Ces dispositifs sont variés : il peut s’agir de règles qui encadrent à la consommation des prisonniers, les échanges possibles avec l’extérieur, les modalités d’organisation du travail pénitentiaire, etc. Je les envisage comme des dispositifs sociotechniques (parfois comme des dispositifs de calcul), tels que les a conçus la sociologie de l’acteur-réseau (Callon et Muniesa, 2003). Cependant, ces dispositifs présentent deux singularités dans le cas de la prison. D’une part, il s’agit de dispositifs qui s’inscrivent dans une relation particulièrement asymétrique entre l’administration pénitentiaire et les prisonniers. D’autre part, ces dispositifs sont doués d’une teneur ou d’une « force » morale : leur construction et leur fonctionnement sont indissociables d’une volonté de changer, voire d’amender, les manières d’agir des prisonniers.

Pour rendre compte de l’économie carcérale, il m’a également semblé opportun de m’inspirer des études d’ethnographie économique qui portent spécifiquement sur les circulations de richesse et sur les transactions (Appadurai, 1986 ; Zelizer, 2010). Les opérations économiques élémentaires (comme échanger une boîte de café contre quelques cigarettes par exemple, ou faire rentrer un sweat-shirt depuis l’extérieur) sont particulièrement complexes en prison – au demeurant dans un contexte où l’argent liquide est interdit. Il faut donc accorder une attention spécifique à la manière dont les circulations de marchandises se déroulent. Quelles sont les contreparties aux échanges entre prisonniers ? Quels circuits concrets prennent les marchandises qui entrent et qui sortent de la prison ? Comment payer en prison, si l’argent liquide est interdit ? Quelles formes de solidarités sous-tendent les échanges dans ce monde social parfois violent et précaire ?

3. Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Pour réaliser cette thèse, j’ai privilégié deux méthodes d’enquête. En premier lieu, j’ai souhaité retracer l’origine des règles qui encadrent la vie économique des prisons. Cette approche « socio-génétique » rend compte de la manière dont l’économie carcérale s’est institutionnalisée en France depuis le début du XIXe siècle : quand, comment et pourquoi a-t-on décidé de faire travailler les prisonniers ? Comment a-t-on conçu la rémunération des prisonniers ? Comment s’est mis en place le système des « comptes de pécule » qui permet aux prisonniers d’effectuer des opérations économiques ?

En second lieu, la partie centrale de la thèse repose sur enquête ethnographique qui s’est déroulée pendant six mois dans un établissement pénitentiaire pour longue peine de région parisienne (une « maison centrale »). J’ai réalisé sur ce terrain une série d’observations répétées au sein de la détention et dans les différents services de l’établissement pénitentiaire (ateliers, secteur administratif, parloirs, zone d’activités, etc.). J’ai également effectué des entretiens approfondis avec cinquante prisonniers et membres du personnel (surveillants, gradés et personnels administratifs). J’ai souhaité, grâce à ces éléments ethnographiques, comprendre finement la structure économique formelle de la prison étudiée (l’ensemble des règles qui organisent les consommations des prisonniers, le travail et sa rémunération, les possibilités de transferts avec l’extérieur), et la part informelle de cette économie carcérale (les échanges tolérés et les différents types d’échanges illégaux entre prisonniers). En ce sens, cette ethnographie accorde une attention particulière aux circuits empruntés par les marchandises, au déroulement concret des transactions, ainsi qu’au type de contrepartie à ces transactions, dans le sillage de la proposition d’Appadurai (1986) de suivre les choses.

4. Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

Trois résultats principaux émergent de ce travail. Premièrement, je montre que les dispositifs qui encadrent les pratiques économiques des prisonniers sont des dispositifs de pouvoir, au sens où ils sont indissociables d’une volonté de punir ou de gouverner les comportements des prisonniers. Si cela est vrai dans la réglementation du travail pénitentiaire au XIXe siècle (Simioni, 2018), c’est aussi le cas lorsqu’on regarde la situation contemporaine des prisons, comme par exemple les critères d’attribution de certaines remises de peine, qui dépendent en partie d’un « bon comportement » économique (remboursement des parties civiles, volonté de travailler).

Deuxièmement, l’étude des circulations économiques au sein de la prison met au jour des processus originaux de segmentation et de détournement. Je reprends ainsi à mon compte la notion de « circuits de commerce » développée par Viviana Zelizer (2010) pour caractériser d’abord ce que j’appelle des circuits disciplinaires administrés, c’est-à-dire des circulations de richesse qui suivent des chemins, des procédures et des manières de payer prévus par le règlement intérieur de la prison. Ces circulations de ressource « administrées » sont soumises à des barrières disciplinaires : pour rentrer, sortir ou passer d’un secteur à un autre de la prison, les marchandises sont souvent évaluées au regard de leur valeur économique (le prix d’un bien « cantiné », par exemple, est déduit du « pécule » des prisonniers), mais également en fonction de leur statut disciplinaire (autorisé, interdit, toléré). En plus de ces circulations administrées, on assiste ainsi à un entremêlement, négocié par les acteurs en situation, entre les circuits formels et les circulations informelles ou illégales. Les échanges entre prisonniers – souvent informels –  reposent sur une forme de tolérance discrétionnaire de la part de l’administration et impliquent de la part des échangistes de faire reposer les transactions sur des économies morales qui oscillent entre débrouille et solidarité. Enfin, je montre aussi que la réussite des échanges strictement illégaux (de cannabis, de téléphones portables ou de données informatiques) requiert la mise en œuvre de quatre séquences – « faire rentrer », « faire savoir », « fixer un prix », et « réaliser la transaction » – et repose sur des manières de payer complexes, qui procèdent souvent par détournement des circulations formelles dans un contexte où la monnaie fiduciaire est interdite.

Troisièmement, je propose dans cette thèse des résultats de sociologie économique de portée plus générale. La prison appartient à une famille d’institutions spécifiques (avec les camps de migrants, notamment) qui d’un point de vue économique partagent des spécificités : interdiction relative de la monnaie, contrôle strict des échanges avec l’extérieur et entre individus enfermés. Ces « économies disciplinaire d’enfermement » reposent sur des contraintes matérielles et sociales inédites : elles sont, au moins en partie, isolés du monde extérieur, elles sont encadrées par des institutions disciplinaires, et les relations sociales qui s’y déroulent sont précaires et parfois marquées par la violence ou la prédation. La « survie » est dès lors assurée par le biais de formes de « débrouille » et de solidarités fragiles. Dans ce contexte, le cas des prisons fournit des clés d’analyse qui peuvent être utiles pour l’étude d’autres espaces économiques (camps de réfugiés, regroupements informels de migrants, marges urbaines précaires).

Bibliographie

Appadurai, Arjun, éd. (1986), The social life of things: commodities in cultural perspective, Cambridge (Mass.): Cambridge University Press

Callon, Michel et Muniesa, Fabian (2003), « Les marchés économiques comme dispositifs collectifs de calcul », Réseaux, vol. 122, n° 6, p. 189–233

Chantraine, Gilles (2004), « Prison et regard sociologique. Pour un décentrage de l’analyse critique », Champ pénal [En ligne], vol. 1, 2004. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/39

Foucault, Michel (1975), Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris : Gallimard

— (2004a), Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France (1978-1979), Paris : Gallimard-Seuil

— (2004b), Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France (1977-1978), Paris : Gallimard-Seuil

Goffman, Erving ([1961] 1968), Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris : Les Éditions de Minuit

Zelizer, Viviana A. (2010), Economic lives: how culture shapes the economy, Princeton (N.J.) : Princeton University Press

Publications de M. Simioni

Simioni, Melchior (2018), « Le prix du travail pénitentiaire : construire un compromis entre économie et correction morale », Revue française de sociologie, vol. 59, n° 2, p. 191–217.

— (2022), « Apparier en contexte disciplinaire. Prisonniers et cellules en Maison centrale », dans Melchior Simioni et Philippe Steiner (dir.), Comment ça matche. Sociologie de l’appariement, Paris : Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernance », p. 213–250

Génard, Elsa et Simioni, Melchior (2018), « Une histoire politique des chiffres de la prison. Conception, production et usages de la Statistique pénitentiaire (1852-1939) », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 73, n° 4, p. 891–922


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search