Gros plan sur… La thèse de Félicien Pagnon, sur les mesures alternatives de la prospérité économique et sociale

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Félicien Pagnon, doctorant en sociologie depuis 2016 à l’université Paris-Dauphine, au laboratoire IRISSO, sous la direction de Dominique Méda.

1. Votre thèse, réalisée à l’IRISSO sous la direction de Dominique Méda, porte sur les mesures alternatives de la prospérité économique et sociale. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

C’est d’abord la question de la définition de la richesse, ou ce que je préfère appeler aujourd’hui la prospérité. J’avais auparavant étudié l’économie ainsi que la notion politique de développement, et j’observais que la question de la valeur, constamment mobilisée, faisait rarement l’objet d’une définition satisfaisante. C’est qu’elle est fondamentalement liée à la mise en œuvre de conventions de mesure, qui font elles-mêmes l’objet de débats. D’où l’idée de la thèse : restituer les notions de richesse et de prospérité en les analysant à partir des controverses auxquelles elles ont donné lieu d’un point de vue sociohistorique et en se focalisant sur leurs traces les plus « solides », à savoir les indicateurs. J’ai été tenté au départ de réaliser une thèse en économie avec pour idée de produire moi-même de « nouveaux indicateurs de richesse » (Gadrey et Jany-Catrice 2005). Je me suis néanmoins rapidement aperçu qu’il existait d’ores et déjà une multitude d’indicateurs de ce type et que le problème, à la fois politique et scientifique, les concernant consistait principalement à rendre compte de cette diversité. C’est ce que je fais dans mon travail de thèse. En amont, j’étudie la sociohistoire de ces indicateurs alternatifs, ce qui implique de rendre compte de leurs développements progressifs, qui synthétisent et répondent aux défis environnementaux et sociaux posés par « l’hégémonie de la croissance » (Schmelzer 2016). En aval, je m’intéresse aux usages qui sont faits de ces indicateurs. Qui les porte ? Comment ? Pour en faire quoi ? Dans un cas comme dans l’autre, l’ambition de ce travail de thèse est de restituer l’épaisseur sociologique d’un débat au sein duquel les indicateurs sont souvent présentés comme neutres, car dépolitisés, déshistoricisés. Autrement dit, je mets au jour la configuration sociale dans laquelle ces indicateurs alternatifs s’inscrivent, et les clivages qui la traversent.

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisés pour aborder ces questions ?

Deux notions guident ce travail : la controverse et la gouvernance chiffrée. La première notion a fait l’objet d’études nourries ces dernières décennies, notamment dans le domaine des Science and Technology Studies : dans mon cas je me suis beaucoup intéressé aux apports de la sociologie des sciences et de la sociologie de la traduction (Akrich, Callon, Latour 2006). La seconde a fait l’objet de publications variées dans le monde anglo-saxon sur lesquelles je me suis appuyé pour caractériser les effets des indicateurs en termes de gouvernance publique et globale (Porter 1995, Davis et al. 2012), et que je mets en lien avec la sociologie de l’action publique française (Lascoumes et Le Galès 2005). Dans mon travail, je cherche à montrer la tension constante autour de la définition et de l’usage des chiffres qui ont vocation à incarner les dimensions du progrès économique et social d’une part, et à gouverner les conduites à l’échelle des entités politiques qui se les approprient d’autre part.

Je me suis également beaucoup inspiré des acquis de la sociologie de la quantification. L’étude des questions économiques et statistiques par le biais de la production de données chiffrées a fait couler beaucoup d’encre en France et à l’étranger, et mis en évidence le caractère construit des chiffres qui nous gouvernent. Il y a une spécificité des études en langue française sur le sujet, à laquelle renvoie l’expression « sciences sociales de la quantification » (Bruno, Jany-Catrice, Touchelay 2016). Le structuralisme génétique de Pierre Bourdieu occupe également une place diffuse, mais constante, dans mon travail : j’analyse les rapports de forces qui jalonnent le processus de production, de diffusion et de mise en œuvre des indicateurs à travers la notion de « luttes de classement » (Bourdieu 2016). Celle-ci a le mérite de mettre en évidence le caractère à la fois dynamique et conflictuel de la production d’outils de classements qui sont autant de schèmes de perception de la réalité socio-économique, et d’instruments de pouvoir. Alain Desrosières parlait quant à lui, dans une perspective foucaldienne, d’instruments de preuve et de gouvernement (Desrosières 2014).

3. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Je décris généralement ce que je fais comme l’analyse qualitative de la production et de l’usage des données quantitatives. A mon sens, seule une véritable enquête de terrain fine permet de rendre compte des interactions qui façonnent les chiffres auxquels je m’intéresse. Mon approche emprunte aux diverses méthodes d’enquête que sont l’entretien semi-directif, l’observation ethnographique (participante) et l’analyse archivistique (pour la partie sociohistorique). J’ai beaucoup croisé les verbatims des acteurs auxquels j’avais affaire avec des documents écrits glanés au cours de l’enquête, afin de restituer une configuration d’acteurs qui s’articule majoritairement autour d’échanges écrits et à distance. Pour entrer plus en détail dans la description de mon terrain, j’ai commencé par la fin, d’un point de vue chronologique. Je me suis en effet intéressé à une loi datant de 2015 qui portait sur la mise en œuvre juridique d’un certain nombre d’indicateurs alternatifs. Je cherchais à comprendre comment la députée Éva Sas qui avait mené ce projet s’était emparée de cet outil technique, produit dans un cadre académique (elle s’inspirait du travail de Jean Gadrey et Florence Jany-Catrice, op. cit.) afin de lui donner une traduction politique et juridique. J’ai pour cela étudié le processus en amont du vote de la loi (politisation du sujet et écriture législative) et en aval (production d’un instrument d’action publique et analyse de ses effets). Ensuite, j’ai élargi ma focale pour mettre au jour les différentes chaînes d’interactions qui aboutissaient à une telle loi, et découvert d’autres foyers de production d’indicateurs. Je me suis beaucoup intéressé tout d’abord à des « centres de calcul » tels que l’OCDE, l’INSEE et Eurostat, et ensuite à des foyers territoriaux d’innovation en matière de mesures de la prospérité (ils sont nombreux : Nord-Pas-de-Calais, Métropole grenobloise, Gironde, Pays de la Loire…). Enfin, j’ai fait remonter chronologiquement cette analyse à un moment de cristallisation de la controverse déterminant par ses effets : la commission Stiglitz de 2009. J’ai pu réaliser des entretiens très précieux avec une dizaine de membres de la commission (notamment Joseph Stiglitz lui-même), et mis en regard leurs prises de position avec celles d’universitaires et fonctionnaires territoriaux extérieurs à la commission, qui ont fondé le FAIR (Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse). La thèse expose l’analyse de ces différents terrains sur un mode chronologique, pour plus de clarté.

4. Quelles premières conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

Ma première conclusion porte sur le fait que les indicateurs alternatifs sont bien plus nombreux et bien plus divers que ne le suggèrent généralement les discours qui s’y rapportent. C’est un effet logique de leur caractère « critique » : ils sont portés par des acteurs qui cherchent à mettre en lumière différents aspects du monde économique, social et écologique, et qui se n’accordent ni sur les « problèmes publics » qu’il importe de traiter, ni sur les réponses à apporter à ces problèmes. La seconde conclusion, qui est à mon sens la principale, porte sur le caractère clivé de la configuration sociale des acteurs qui portent ces indicateurs. Il y a des voix que l’on entend plus facilement que d’autres, qui sont plus dominantes. Surtout, en fonction de la position des différents acteurs étudiés dans la controverse, la définition des indicateurs alternatifs et les usages préconisés varient énormément : certains privilégient la réunion d’experts pour définir des indicateurs qui sont autant de « correctifs » apportés à la trajectoire qu’indique la maximisation de la croissance du PIB (Produit Intérieur Brut), tandis que d’autres prônent une définition citoyenne des indicateurs pour repenser en profondeur les finalités du système socio-économique (dans une perspective régulatrice), et penser un monde « post-croissance » (Méda et al. 2018). C’est en rapportant les usages qui sont faits de ces différents indicateurs aux intentions de ceux qui les portent que l’on peut établir leur degré d’institutionnalisation. Un dernier point, qui à ce stade est plutôt un élément d’analyse qu’une conclusion ferme, porte précisément sur la comparaison des modes d’institutionnalisation des indicateurs alternatifs. Pour le moment, la croissance reste encore un objectif affiché de façon quasi univoque dans les sociétés occidentales. Néanmoins, certains espaces sociaux connaissent des changements progressifs. Divers types d’usages des indicateurs y sont conçus et avec eux des instruments d’action publique qui viennent modifier le gouvernement des systèmes socio-économiques : classements internationaux suivant des indicateurs alternatifs (tels que ceux auxquels s’adossent les Objectifs du Développement Durable de l’ONU), production d’indicateurs territorialisés de suivi et d’objectifs à atteindre en termes de politiques publiques (les Agendas 21 par exemple), dispositifs budgétaires au sein desquels les indicateurs alternatifs prennent le pas sur les équilibres financiers classiques, etc. Chacun de ces dispositifs contribue à l’institutionnalisation des indicateurs alternatifs.

 

Publications de F. Pagnon

Chercheur rattaché à l’IDDRI, F. Pagnon a également travaillé sur l’analyse des Objectifs du Développement Durable (ODD), qui sont composés d’une myriade d’indicateurs que l’on peut qualifier d’indicateurs alternatifs de prospérité. Il a notamment co-écrit un article sur ce sujet : http://www.pse-journal.hr/upload/files/pse/2019/4/5.pdf.

Il a également publié, toujours pour l’IDDRI, un policy paper relatif à la loi sur les Nouveaux Indicateurs de Richesse, qui porte sur l’usage qui peut être fait des nouveaux outils qui émergent suite à son vote : https://www.iddri.org/sites/default/files/PDF/Publications/Catalogue%20Iddri/D%C3%A9cryptage/201810-IB1118-nouveaux%20indicateurs%20de%20richesse.pdf

Bibliographie

Bourdieu, P. (2015). Sociologie générale, vol.1 : cours au Collège de France, 1983-1986, Paris, Raisons d’Agir/Seuil.

Cassiers, I., Maréchal, K. et Méda, D. (2018). Vers une société post-croissance, intégrer les défis écologiques, économiques et sociaux, Paris, éditions de l’Aube. 

Davis, K., Fisher, A., Kingsbury, B. et Engle Merry, S. (dir.) (2012). Governance by indicators, Oxford, Oxford University Press.

Desrosières, A. (2014). Prouver et gouverner : une analyse politique des statistiques publiques, Paris, La Découverte.

Gadrey, J. et Jany-Catrice, F. (2005). Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La découverte.

Jany-Catrice, F., Touchelay, B. et Bruno, I. (dir.) (2016). The Social Sciences of Quantification. From Politics of Large Numbers to Target-Driven Policies, New York City, Springer.

Lascoumes, P. et Le Galès, P. (2005). Gouverner par les instruments. Paris, Presses de SciencesPo.

Latour, B., Akrich, M., et Callon, M. (2006). Sociologie de la traduction. Textes fondateurs. Paris, Presses des Mines.

Porter, Th. (1995). Trust in Numbers: the Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, Princeton University Press.

Schmelzer, M. (2016). The Hegemony of Growth. The OECD and the making of economic growth paradigm, Cambridge, Cambridge University Press.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search