Gros plan sur … La thèse de Marion Flécher, sur les modes de création et d’organisation des start-up, en France et aux Etats-Unis

Marion Flécher

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Marion Flécher, docteure en sociologie depuis 2021, réalisée à l’Université Paris-Dauphine, au laboratoire IRISSO, sous la direction de Sophie Bernard. 

Votre thèse porte sur les modes de création et d’organisation des start-up en France et aux Etats-Unis. Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

Ma thèse, qui s’intitule « Le monde des start-up, le nouveau visage du capitalisme ? », prend pour objet les start-up, ces jeunes entreprises innovantes qui, malgré leur forte médiatisation, demeurent floues et mal définies. Lors de la campagne présidentielle de 2017, année où je commence cette thèse, elles se sont pourtant retrouvées au cœur du projet politique d’Emmanuel Macron, qui voulait faire de la France une « Start-up Nation ». Je m’étonnais alors qu’en dépit de la promotion politique, médiatique et institutionnelle dont elles faisaient l’objet, seules deux enquêtes leur avaient été consacrées en sociologie (Grosseti et al., 2018 ; Marty et al., 2003). J’étais pourtant persuadée que la démarche sociologique pouvait apporter de précieuses clés de compréhension de ce phénomène politique, économique et social. Je voulais comprendre qui étaient ceux – et plus rarement celles – qui se lançaient dans la création d’une start-up, quels étaient leur profil et leurs motivations. Je m’interrogeais sur ce que ces entreprises avaient de spécifiques et en quoi elles se différenciaient des entreprises classiques. Si le phénomène start-up était un phénomène de mode, je voulais comprendre ce qu’il pouvait venir révéler de la place du travail, de l’emploi et de l’entreprise dans la société.

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Les start-up ne renvoyant à aucune catégorie juridique d’entreprise et les acteurs ne s’accordant pas sur une définition, ce travail de recherche s’est rapidement – et régulièrement – retrouvé confronté à une difficulté majeure relative à la définition du terme « start-up ». Ne souhaitant pas poser un cadre a priori à un terme dont la définition faisait justement l’objet de débats, je propose dans la thèse de déplacer la focale de la start-up au « monde des start-up ». J’emprunte ainsi la notion de « monde » à Howard Becker (1988) afin tout d’abord d’envisager l’activité de création comme un véritable travail collectif, dépendant de l’action d’un réseau d’acteurs spécifiques. La notion de monde permet également d’éviter d’essentialiser la catégorie étudiée, en allant au contraire analyser les discours qui participent à sa stabilisation et à sa justification comme monde social. Il s’agit enfin d’un cadre d’analyse qui invite à penser tout autant les spécificités qui contribuent à son unité que les divisions qui peuvent le traverser en interne.

Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Afin de saisir ce monde social dans toute sa diversité et sa complexité, j’ai cherché à adopter une démarche empirique ancrée et inductive. L’enquête a tout d’abord consisté en l’étude des modes de création de ces entreprises et les carrières des créateurs et créatrices de start-up. Des observations ont été menées dans plusieurs évènements de l’« écosystème » des start-up français (afterworks, conférences, meetups, etc.), où j’ai pu établir des premiers contacts avec des créateurs et créatrices de start-up. Par le biais de ces évènements mais également des groupes facebook qui leur étaient dédiés, j’ai pu réaliser des entretiens biographiques avec 45 créateurs et créatrices en essayant de faire varier leurs profils (notamment en allant à la rencontre de femmes et d’entrepreneur·ses issu·es de quartiers populaires). Ne disposant pas de données chiffrées à l’échelle nationale, j’ai également constitué une base de données de 501 fondateurs et fondatrices de start-up à partir d’une enquête par questionnaire administrée en ligne à plus de 1500 créateurs et créatrices de start-up. Ces données ont ensuite été comparées à celles de l’enquête SINE de l’Insee de 2014, consacrée aux créateurs et aux créations d’entreprise, afin de mettre en évidence les spécificités des start-up et de leurs créateurs et créatrices par rapport à l’ensemble des créateurs et créatrices d’entreprise en France.

Cette thèse s’appuie par ailleurs sur deux enquêtes ethnographiques menées dans deux start-up parisiennes – l’une en phase de démarrage et l’autre en phase d’« hypercroissance » – ainsi que sur 70 entretiens réalisés avec des travailleurs et travailleuses de start-up (stagiaires, salarié·es et freelance). Ces deux terrains menés par observation participante pendant 4 et 6 mois ont permis de mettre en évidence les modes d’organisation spécifiques de ces entreprises et d’analyser les effets des dispositifs managériaux sur les conditions de travail.

Cette thèse s’appuie enfin sur une enquête immersive de trois mois dans la Silicon Valley qui a permis d’interroger, par une approche comparative, les logiques d’emprunt et de contamination entre la France et les États-Unis. Ce terrain immersif m’a aussi conduite à réaliser une cinquantaine d’entretiens avec des Français·es parti·es vivre leur rêve américain dans la baie de San Francisco (dont 45 créateurs et créatrices de start-up). Cette population d’expatrié·es s’est révélée précieuse pour analyser l’ensemble des représentations, des croyances, des mythes et des symboles qui participent à l’attractivité et au rayonnement de ce monde à l’international, tout en laissant entrevoir les conditions très sélectives de l’installation dans cette région, où le niveau de vie est parmi les plus élevés du monde.

Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

Par un retour socio-historique sur l’émergence de ce monde dans la Silicon Valley puis sur son développement en France, la thèse met tout d’abord en évidence le rôle joué par l’État et les pouvoirs publics dans le soutien tout à la fois économique, institutionnel et juridique à l’entrepreneuriat et à l’innovation. En France, les politiques économiques menées depuis les années 1990 ont convergé pour encourager la création d’entreprises innovantes par un ensemble de dispositifs d’incitation fiscale et d’investissement public (notamment au travers de la Bpifrance). A cela s’ajoute également un solide filet de sécurité adossé au système salarial, qui permet aux créateurs et créatrices de start-up, par l’intermédiaire de Pôle emploi, de bénéficier de l’allocation chômage comme ressource de transition entre leur activité salariée et leur activité entrepreneuriale.

En deuxième lieu, cette thèse vient déconstruire la figure du « self made man » et l’idéologie méritocratique pourtant revendiquée par les créateurs et créatrices de start-up. L’analyse de leurs caractéristiques sociales et de leurs trajectoires d’entrée dans la carrière entrepreneuriale met en évidence qu’il s’agit d’une population particulièrement dotée (diplômes prestigieux, capital économique et capital social constitué au cours des études) qui voient dans la création de start-up un moyen de s’affranchir du cadre de la subordination salariale tout en retrouvant du sens au travail. L’enquête met ainsi en évidence que la création de start-up fonctionne surtout comme un accélérateur de carrière permettant à des individus privilégiés et bien insérés dans l’emploi de se distinguer socialement par le prestige économique et symbolique associé à la start-up.

Cette recherche montre par ailleurs que les frontières de ce monde social sont également des frontières genrées, puisque le monde des start-up forme un monde d’hommes. Que ce soit par sa dimension fortement technique et technologique, que la division socio-sexuée des savoirs associe au masculin, ou par la prédominance des hommes parmi les investisseurs et autres acteurs qui financent et accompagnent les start-up, ce monde est dominé, à la fois numériquement et symboliquement, par les hommes. L’ensemble des normes professionnelles qui structurent ce monde (forte disponibilité temporelle, logiques de cooptation, etc.) sont ainsi pensées au « masculin-neutre », ce qui contribue à instaurer une clôture genrée à l’entrée des femmes dans ce monde et à ériger un plafond de verre quant à leurs chances de réussite. Si ce résultat s’observe dans l’ensemble des mondes dominés par les hommes, il vient néanmoins révéler, une fois de plus, comment les hommes s’accaparent les métiers et mondes professionnels à forte valeur sociale ajoutée.

Cette thèse met enfin en évidence les transformations induites par le modèle des start-up sur les modes d’organisation du travail. Mettant l’accent sur l’autonomie, la flexibilité, l’esprit d’équipe et la convivialité, le modèle organisationnel et managérial de la start-up cherche à se placer en rupture vis-à-vis de la grande entreprise. Véritable archétype de la « cité par projet » et des organisations contemporaines du « nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski et Chiapello, 1999), c’est un modèle tout à la fois économique, organisationnel et idéologique que porte le modèle de la start-up, qui semble aujourd’hui servir de modèle bien au-delà des mondes de l’entreprise. A l’heure nombreuses organisations, privées comme publiques, se mettent à vouloir fonctionner « en mode start-up », le modèle de la start-up semble être devenu le nouveau visage d’un capitalisme technologique, innovant et mondialisé, révélant, une fois encore, sa capacité à se relever de ses critiques.

 

Références citées

Becker Howard S., 1988, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Grosseti Michel, Barthe Jean-François et Chauvac Nathalie, 2018, Les Start-up, des entreprises comme les autres ? Une enquête sociologique en France, Paris, Presses Sorbonne Université.

Marty Olivier, Moreau Régis et Weinberger David, 2003, Start up?: du mythe médiatique aux réalités sociologiques, Paris, L’Harmattan.

 

Publications de Marion Flécher

Lien vers la thèse : https://basepub.dauphine.fr/discover?query=%222021UPSLD017%22

« Des inégalités d’accès aux inégalités de succès. Enquête sur les fondateurs et fondatrices de start-up. », Travail et Emploi, n°159 :  https://www.cairn.info/revue-travail-et-emploi-2019-3-page-39.htm

« Les start-up, des entreprises “cool” et pacifiées ? Formes et gestion des tensions dans des entreprises en croissance. », La Nouvelle Revue du Travail, n°15 : https://journals.openedition.org/nrt/5930

« Les start-up, des nouvelles formes d’organisation du travail aux nouvelles formes de contraintes », in Claire Edey Gamassou et Arnaud Mias (coord.), Dé- libérer le travail. Démocratie et temporalités au cœur des enjeux de santé au travail, Teseo, p. 275-289. : https://www.teseopress.com/delibererletravail/chapter/les-start-up-des-nouvelles-formes-dorganisation-du/

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search