Offre de thèse. Analyse sociologique du travail de structuration de filières biologiques territorialisées : processus et impacts

L’UMR Innovation, en partenariat avec l’Observatoire du Développement Rural, recrute un ou une doctorante en sociologie pour trois ans à partir du 1er octobre 2023. Les candidatures sont à transmettre au plus tard le 15 juin 2023.

Contexte

Après une dizaine d’années de très fort développement, notamment en Occitanie, l’agriculture biologique fait face à de nouveaux défis. D’une part, ce développement génère de nouvelles incertitudes, accentuées par les effets manifestes du changement climatique : disponibilités en matières organiques et en alimentation animale, équilibres entre offres et demandes, craintes du développement d’une « bio industrielle »… Les deux dernières années, marquées par une baisse de la consommation et un ralentissement des conversions, ont renforcé le sentiment que la pérennité du développement du secteur bio n’est pas assurée et qu’il faut réfléchir et agir pour la maintenir.

L’hypothèse fondatrice de la thèse est que la structuration de filières biologiques territorialisées est un levier important pour répondre à ces défis. A travers cet objet « filières territorialisées », la thèse cible des circuits intermédiés, impliquant des agriculteurs, des transformateurs et des distributeurs. La visée de territorialisation renvoie quant à elle à un objectif de construction de relations partenariales entre les opérateurs des filières régionales ou sous-régionales. Les démarches ciblées sont donc caractérisées par le développement d’une action collective à l’échelle de la filière et ancrée dans un territoire : l’affirmation de finalités partagées, la recherche d’ajustements mutuels, la réalisation d’apprentissages collectifs entre opérateurs de la filière sont alors envisagées comme une source potentielle de création de valeur, de durabilité et de résilience accrues.

Objectifs

La thèse étudiera, analysera et rendra compte des processus de construction de ces filières territorialisées. De telles filières existent d’ores et déjà, à l’initiative de groupes d’agriculteurs, d’entreprises de l’agroalimentaire, de distributeurs ou de collectivités territoriales, mais elles ont été très peu documentées. D’autres sont en émergence et pourront également être étudiées au fil de leur construction.

Des enquêtes de terrain couplant entretiens semi-directifs, observations directes et analyses documentaires seront réalisées en Occitanie auprès de plusieurs filières bio territorialisées. L’enjeu sera de décrire le concret du travail de structuration réalisé en leur sein, en étant par exemple attentif aux activités de définition de la qualité, de planification des productions et des achats, d’organisation logistique ou de fixation des prix aux différents maillons de la chaine. Pour cela, des travaux de sociologie économique portant sur la formation des marchés pourront être mobilisés. Dans une perspective visant à définir les bonnes façons de structurer les filières bio, il sera également possible de définir un ou plusieurs processus typiques d’enchainements d’actions, de résultats et d’impacts. Enfin, un travail plus quantitatif sera mené dans le but d’objectiver davantage certains résultats de la thèse, portant sur la durabilité ou la résilience des filières ou leur impact en matière de développement agricole et territorial. L’enjeu sera de relier une approche qualitative des trajectoires de ces filières à une analyse quantitative de leurs impacts sur le territoire.

La thèse contribuera aux activités du projet de recherche partenarial et pluridisciplinaire TETRAE-DEFIBIO, dans ses axes 1 et 4 (voir ici). Ses finalités sont à la fois académiques, en contribuant à des débats de sociologie économique, sociologie rurale ou économie territoriale, et opérationnelles, en produisant des enseignements génériques et en les diffusant vers les acteurs du secteur bio.

Conditions

La thèse sera réalisée au sein de l’UMR Innovation et de l’Observatoire du développement rural, avec une domiciliation principale dans les locaux de l’UMR Innovation à Montpellier et des séjours dans ceux de l’ODR à Toulouse. Elle sera encadrée par Ronan Le Velly, professeur de sociologie à l’Institut Agro Montpellier, et Thomas Poméon, ingénieur de recherche en sciences économiques à l’INRAE.

Contrat doctoral de trois ans de l’Institut Agro Montpellier + financement des dépenses liées à la thèse (enquêtes, colloques…). Inscription à l’Ecole doctorale TTSD à Montpellier. Début de la thèse 1er octobre 2023.

Profil recherché

Master 2 de sciences sociales (sociologie, géographie, sciences politiques, économie) ou Diplôme d’ingénieur agronome. Très bonnes capacités rédactionnelles. Capacité à lire et à communiquer en anglais scientifique. Permis de conduire.

Contacts et candidature

Pour toute demande de renseignement, merci d’envoyer un courrier simultanément à levelly@supagro.fr et thomas.pomeon@inrae.fr. Pour candidater, merci d’envoyer CV et lettre de candidature à ces deux adresses avant le 15 juin 2023. Si vous le souhaitez, vous pouvez également joindre à ce courrier une production écrite (mémoire de M1 ou de M2, synthèse documentaire…) attestant de votre capacité d’enquête, d’analyse et de rédaction. Après une sélection sur dossier, des entretiens seront réalisés à Montpellier à la fin du mois de juin. La décision de sélection sera prise début juillet.



Citer ce billet
R. Le Velly (2023, 12 avril). Offre de thèse. Analyse sociologique du travail de structuration de filières biologiques territorialisées : processus et impacts. Sociologie économique. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ub1e

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search