Appel à contributions: revue Politique Africaine, “Travail et politique”

Appel à contributions pour la revue Politique Africaine

 
 

Travail et politique

Dossier coordonné par Laurent Bazin (CNRS-CLERSÉ)

Par un curieux retournement de situation, la logique des ajustements structurels expérimentée sur l’Afrique et l’Amérique latine il y a trente ans semble aujourd’hui s’être refermée sur l’Europe qui en est l’un des creusets idéologiques principaux. Les mêmes mécanismes généraux sont en jeu, pour des économies qui relèvent de configurations pourtant très différentes. A trois décennies de distance, de part et d’autre de la Méditerranée et du Sahara, la crise d’endettement des États apparaît comme un moment essentiel où se révèle leur assujettissement aux institutions et marchés financiers (publics ou privés) et aux conceptions de l’économie dont ils sont les porteurs ; le poids de la dette et des remboursements se traduit très directement par une pression sur le « coût du travail » qui se décline semblablement en terme de baisse des salaires, de flexibilité et de réduction des protections du travail, de diminution de la fonction publique, tandis que la récession et l’austérité budgétaire entraînent une destruction de l’emploi, ou ce qu’il est convenu de désigner comme son informalisation. Une rupture avec les formes de régulation du travail bâties par les États dans les décennies antérieures se présente comme le corollaire nécessaire de ces « crises », la pression de la concurrence internationale et la restauration d’une compétitivité des systèmes productifs venant boucler ce scénario. Celui-ci est désormais bien rôdé puisque, à l’échelle globale, les orientations des politiques économiques et les accords internationaux ont eu précisément pour visée d’organiser le monde comme un système d’économies ouvertes, d’intensifier la concurrence et d’en faire le mécanisme central de régulation économique. C’est bien le travail qui est la cible première de l’internationalisation du marché.

Ces phénomènes, la circulation des crises et des « recettes » pour en sortir, ne sont économiques qu’en apparence. Ils n’apparaissent soumis à la nécessité des lois et des mécanismes économiques que dans la mesure où l’économie est elle-même produite en instance hégémonique et totalisante des sociétés actuelles, qu’elles se situent au centre, comme l’Europe, ou à la périphérie du capitalisme global, comme l’Afrique. En cela, l’économie véhicule un modèle de représentation du monde déconnecté de sa réalité, mais qui contribue à la transformer en profondeur, et engendre une multiplicité de contradictions. C’est en particulier l’Etat, son rôle, ses champ de compétence, la nature de ses interventions qui sont en jeu dans le retour du libéralisme économique et la normalisation par les mécanismes financiers et marchands internationaux qui s’est enclenchée dans les années 1980 : c’est donc également les bases sur lesquelles les États produisent leur légitimité et leur autorité qui se transforment ainsi que les conceptions de la citoyenneté.

Comme l’a bien démontré l’historien Frederick Cooper, les États africains indépendants dans les années 1960 ont hérité du développement comme idéologie légitimatrice, qui s’est bâtie dans les décennies précédentes autour d’une préoccupation pour la régulation du travail et la stabilisation des classes ouvrières. Le retournement libéral des années 1980 a déplacé ce pivot idéologique du travail et du développement au marché et à la gouvernance, le travail devenant une « variable d’ajustement » périphérique et la « lutte contre la pauvreté » prenant la place des politiques visant auparavant la stabilisation des classes ouvrières. Une normalisation du travail à l’échelle internationale continue néanmoins sa progression, notamment à travers l’OIT par l’universalisation des catégories d’emploi et de chômage, l’invention de celle de travail décent, la standardisation des prescriptions du droit du travail (et syndical) ou encore la recherche de moyens visant le renforcement des systèmes de protection sociale. Enfin, l’intensification des migrations, internes au continent africain ou intercontinentales, renvoie à une internationalisation du marché du travail que contredisent les politiques migratoires des États et les tensions xénophobes qui se manifestent partout. La dépendance de nombreuses régions ou pays africains envers les revenus les travailleurs émigrés ne cesse néanmoins de se renforcer.

Remodelé dans de nouveaux formats idéologiques et de nouveaux standards internationaux, abandonné à la régulation hypothétique d’un marché non moins hypothétique, décliné dans de nouveaux termes tels que celui de l’auto-entrepreneuriat associé aux dispositifs du microcrédit, éclaté dans l’émiettement des situations d’emploi et les stratégies de multiplication des sources de revenus, confinés dans des réseaux familiaux, villageois, ethniques, clientélistes ou migratoires, délocalisé et dispersé par le biais des migrations, nationalisé à travers les politiques de l’identité nationale, le travail demeure une question politique essentielle. Autrefois intégrée dans les problématiques portant sur la formation des classes ouvrières ou sur la prolétarisation des paysanneries africaines et qui faisaient écho à la centralité idéologique du travail, à la force des mouvements ouvriers et à l’attention que lui portaient les États, la lecture politique du travail est aujourd’hui opacifiée par l’atomisation tendancielle des situations de travail et d’emploi autant que par l’ensemble des phénomènes idéologiques évoqués plus haut.

Ce numéro de Politique africaine souhaite faire le point sur les multiples voies par lesquelles se manifeste aujourd’hui la dimension politique du travail sur le continent. Au côté d’études consacrées aux mouvements sociaux, syndicaux ou politiques qui se constituent autour de revendications liées au travail (ou de son absence), l’objectif est de réunir également des articles qui mettent en évidence l’importance de l’État dans les représentations du travail et la configuration des situations de travail. On se demandera inversement quelle attention les État africains accordent aujourd’hui au travail. Quelle est la place qu’occupe le travail dans les représentations de l’État, la définition de la citoyenneté, les idéologies politiques des gouvernants et ou des mouvements d’opposition, les formes diverses de contestation et de révoltes ? Quelles politiques d’emploi sont mises en œuvre, au profit de quelles catégories sociales et avec quels effets ? Ressource rare, l’emploi et sa distribution peuvent aussi acquérir un rôle stratégique de première importance dans l’instauration d’un contrôle social ou la constitution de clientèles, qu’elles soient associées à des pouvoirs locaux ou nationaux, à des formes diverses de mouvements, allant de groupes religieux aux partis politiques en passant par des troupes armées en rébellion. Même si le dossier portera principalement sur l’Afrique (au nord et au du Sahara), des contributions intégrant d’autres terrains, y compris européens et nord-américains, sont les bienvenues.

Les propositions de contribution (une page) sont à envoyer au coordinateur (bazinlaurent@wanadoo.fr) d’ici au 15 mai 2013. Les articles retenus devront être remis au plus tard le 15 septembre 2013 pour évaluation par la rédaction de la revue. Date de publication prévue du dossier : mars 2014.

Call for papers for Politique Africaine

 

 

Labour and Politics

Coordinated by Laurent Bazin (CNRS-CLERSÉ)

In an ironic twist of fate, the logic of structural adjustment visited upon Africa and Latin America thirty years ago now seems to have closed in on Europe, its main ideological proponent. Despite significant differences in the configuration of the economies involved, the same general mechanisms obtain. Three decades apart, once on one side of the Mediterranean and the Sahara and now on both, the debt crisis that states face underscores their dependence on financial markets and institutions (be they public or private) and on conceptions of the economy of which these are the bearers. The burden of debt and repayments results very directly in pressures on the “cost of labour”. This engenders lower wages, increased flexibility, the dismantling of workers’ protections and declining public employment, while recession and fiscal austerity lead to the destruction of the job market, or to what is commonly termed its informalisation. A break with forms of labour regulation previously put in place by states is commonly presented as a necessary corollary to these “crises”. The pressure of international competition and the need to restore competitive production systems are in turn invoked, rounding off this scenario. The latter is now well rehearsed. Indeed, it is a direct emanation of economic policies and international agreements specifically designed to organise the world as a system of open economies and increasing competition as the central mechanism of economic regulation. In this setting, it is clear that work is the primary target of the internationalisation of the market.

These phenomena and the circulation of crises and “recipes” developed to recover from them are economic in appearance alone. They give the impression of following intangible economic laws and mechanisms only if the economy is projected as a hegemonic and totalizing instance of contemporary societies, whether they are situated at the core of global capitalism, like Europe, or at its periphery, like Africa. Seen in this light, the economy acts as a means of spreading a model of representation about the world – one that is disconnected from reality, yet impacts on it in profound ways and generates multiple contradictions. At stake most saliently in the return of economic liberalism and in the normalisation process brought into being by international financial and commercial mechanisms beginning in the 1980s is the definition of the state:  its role and the scope and nature of its interventions. The very foundations upon which states build their legitimacy and authority, as well as the meanings of citizenship, are transformed.

As historian Frederick Cooper has clearly demonstrated, African states inherited at independence in the 1960s the idea of development as a legitimizing ideology. This idea was built in previous decades around concerns for the regulation of labour and the stabilisation of the working classes. As a result of the liberal turn of the 1980s, this ideological cornerstone shifted from labour and development to market and governance. Labour thus became a peripheral “adjustment variable” and the “fight against poverty” replaced policies previously devoted to the stabilisation of the working classes. Labour standardisation continues nonetheless to progress at the international level, driven notably by the ILO, with mechanisms such as the universalisation of categories of employment and unemployment, the invention of the category of decent work, the standardisation of requirements pertaining to labour law (and to unions) and the search for ways to strengthen social protection systems. Finally, the intensification of migration, both within Africa and on an intercontinental scale, corresponds to an internationalisation of the labour market. Restrictive migration policies and widespread xenophobic tensions contradict this state of affairs, but the dependence of many African countries and regions on the remittances of migrant workers continues to grow.

Reshaped into new ideological formats and new international standards, abandoned to the hypothetical regulation of a market itself no less hypothetical, expressed in new terms such as self-entrepreneurship associated with the mechanisms of microcredit, rendered asunder by the fragmentation of employment situations and strategies for alternative sources of income, confined to family, village, ethnic, migrant or clientelistic networks, relocated and dispersed through migration, nationalised through policies of national identity, work remains a key political issue. The political interpretation of work was previously integrated into research relating to the formation of the working class and the proletarianisation of the African peasantry. This echoed the ideological centrality of labour, the strength of labour movements and the attention that states dedicated to them. Such a political reading of work is now made more difficult as it is veiled by trends towards the fragmentation of work situations and employment as well as by the host of ideological phenomena mentioned above.

This special issue of Politique africaine seeks to examine the many ways in which the political dimension of labour manifests itself today on the continent. Alongside studies of social and political movements or of trade unions formed on the basis of claims articulated about work (or its absence), the objective is to gather articles that highlight the importance of the state in representations of work and in the configuration of work situations. Conversely, we will ask how much attention African states devote to labour issues today. What is the place of labour in representations of the state, in definitions of citizenship, in the political ideologies of governments, in opposition movements and/or various forms of protest and rebellion? What employment policies are implemented for the benefit of what social classes and with what effects? Due to the scarcity of labour as a resource, employment and its distribution can also take on a strategic role of primary importance in imposing social control or establishing clientelistic networks associated with local or national powers or with various forms of movements (from religious groups to political parties and rebel armed groups).
Although the main focus of this special issue will be Africa (North and South of the Sahara), contributions integrating other contexts, including Europe and North America, are welcome.
Paper proposals (max. one page) should be sent to the guest editor of the special issue, Laurent Bazin (bazinlaurent@wanadoo.fr) by May 15 2013. Selected articles will be sent to the editorial board of the journal for peer review by September 15 at the latest. Expected publication date: March 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search