Gros plan sur… la thèse de Scarlett Salman, sur le coaching en entreprise

Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Scarlett Salman, doctorante depuis décembre 2005 au laboratoire IDHE, Institutions et dynamiques historiques de l’économie (Université Paris Ouest Nanterre) sous la direction de François Vatin.

scarlett_salman

 

Votre thèse porte sur le coaching en entreprise et « l’hygiène psychique » au travail. Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

A l’origine, ce qui m’a intriguée dans le coaching en entreprise est un apparent paradoxe : pourquoi des organisations productives recourent-elles aux services d’individus qui fondent une grande partie de leurs compétences sur leur parcours de « développement personnel », leur passage par la contre-culture de mai 1968 et la revendication d’autres formes de rationalité[1] ? Le paradoxe n’était qu’apparent puisque le coaching s’inscrit dans une perspective de rationalisation du « facteur humain » et d’extension des compétences professionnelles, au-delà du savoir et du savoir-faire, au « savoir-être », c’est-à-dire à ce qui relève du comportement, de la personnalité, des valeurs… Ce qui m’a alors intéressée est au cœur du « nouvel esprit du capitalisme » : la mobilisation de la subjectivité des travailleurs sous une forme ambivalente qui lie épanouissement personnel et performance économique. Comprendre le travail contemporain et ses exigences en termes de conditionnement psychique, en particulier celles qu’il fait porter sur les cadres des grandes organisations productives, est un axe fort de ma problématique. Pour prendre davantage de recul, le recours au coaching révèle une mise en mots du travail sous un angle psychologiste, sous la face du bien-être ou sous son revers, le mal-être, qui a fait l’objet d’une intense médiatisation et d’un début d’institutionnalisation avec la catégorie des risques psycho-sociaux. Que révèle cette manière de penser le travail ?

Quels cadres théoriques mobilisez-vous pour aborder ces questions ? Quels travaux en sociologie économique vous ont particulièrement aidée dans cette analyse ?

La problématique de la psychologisation des rapports sociaux, abordée par Norbert Elias, puis fondée par Robert Castel au tournant des années 1970-1980, et considérablement enrichie depuis par des travaux portant sur divers domaines de la vie sociale, m’a été précieuse. En particulier, les analyses de Marc Loriol, de Marie Buscatto ou d’Hélène Stevens qui ont étudié les rapports de travail sous cet angle ont guidé ma propre réflexion. La deuxième grande problématique avec laquelle je m’efforce de dialoguer au cours de ma thèse est celle du « nouvel esprit du capitalisme » développée par Luc Boltanski et Eve Chiapello. Mon sujet tente d’apporter une pierre à l’étude de ces deux problématiques et de travailler leurs liens.

Ma démarche relève de la sociologie du travail et de la sociologie économique au sens large mais je ne m’inscris pas dans un cadre théorique unique. Le coaching est un objet pluriel : à la fois pratique de type psychologique, activité donnant lieu à l’émergence d’un segment marchand et d’un groupe professionnel, et outil de gestion intervenant sur les cadres et leur travail. Ainsi, l’histoire de la psychosociologie du travail, ainsi que la sociologie de la santé mentale, sont nécessaires pour resituer le coaching dans une généalogie. La sociologie des groupes professionnels et la sociologie de l’innovation m’ont permis de penser « l’invention » de cette nouvelle activité marchande et professionnelle en la resituant dans le contexte économique et institutionnel des années 1990 en France. La sociologie du travail et des carrières des cadres a été mobilisée pour comprendre et analyser le recours au coaching dans les organisations. Ma perspective, inspirée en cela par mon directeur de thèse, François Vatin, qui revendique une sociologie attentive à l’activité de travail et à sa dimension productive, est d’entrer dans la boîte noire de l’outil managérial mais, plus fondamentalement, de penser le coaching comme un analyseur du travail contemporain.

Enfin, la sociologie économique a d’abord inspiré ma démarche globale en orientant mon regard sur le coaching comme objet marchand, qu’il fallait traiter à la fois sous l’angle de  « l’offre » et sous celui de « la demande » – et, bien sûr, sous celui de leur rencontre, qui a fait apparaître un nouvel acteur : les gestionnaires de ressources humaines prescripteurs de coaching. J’ai mobilisé plus particulièrement les approches qui recourent à la nouvelle sociologie économique pour analyser des groupes professionnels, afin d’apporter une réponse à une énigme répandue, en particulier dans les mondes de l’art mais aussi au-delà, comme chez les agents sportifs étudiés par Didier Demazière et Morgan Jouvenet : celle de professionnels dont l’activité principale n’est pas celle dont ils se revendiquent. Pour résoudre cette énigme, je me suis livrée à une analyse, à la fois, du marché du travail et du marché du service, dans une perspective défendue par Carine Ollivier comme par Olivier Pilmis. Sur leur marché du travail, les coachs offrent l’exemple de travailleurs qualifiés aux formes d’emploi hybrides, entre indépendance et salariat, étudiés par une sociologie des « habits neufs de l’indépendance » selon l’expression de Pierre-Michel Menger et plus largement par une sociologie du salariat. Sur le marché du service, les travaux portant sur l’économie des singularités de Lucien Karpik et ceux d’Armand Hatchuel sur les marchés à prescripteurs sont particulièrement adaptés pour mettre en évidence les dispositifs nécessaires à l’établissement des transactions marchandes autour d’une prestation comme le coaching. Les travaux de Franck Cochoy et de Sophie Dubuisson-Quellier ont permis de mettre l’accent sur toute l’importance du « travail marchand » que doivent réaliser les coachs dans une telle configuration.

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Mon enquête a d’abord consisté en un volet qualitatif :

– une quarantaine d’entretiens approfondis avec des coachs, comportant une première partie biographique et une deuxième partie sur leur activité marchande et leurs pratiques professionnelles ;

– une vingtaine d’entretiens avec des cadres coachés dans leur travail, permettant de retracer leur carrière professionnelle et d’y situer le moment du coaching, ainsi qu’un récit détaillé des séances, des thèmes abordés qui donnent à voir des aspects de l’activité concrète des cadres, du traitement opéré par le coach, comme de ce qu’en a « retiré » le cadre ;

– enfin, une quinzaine d’entretiens avec des gestionnaires de ressources humaines prescripteurs de coaching.

Pour mieux saisir de l’intérieur la pratique du coaching, tant du point de vue du prestataire que du « bénéficiaire », trois observations participantes ont été réalisées : comme bénéficiaire d’un coaching, effectué avec une coach en formation, sur plusieurs mois, en face-à-face et par téléphone ; comme stagiaire dans deux formations au coaching, une universitaire française et une américaine privée.

S’est ajouté un volet quantitatif composé de deux questionnaires exploités à l’aide de logiciels de traitement statistique : l’un, sur le profil et l’activité des coachs, complété par une centaine d’adhérents de la Société Française de Coaching ; l’autre, sur les usages du coaching en entreprise, par plus de 200 adhérents de l’Association Nationale des Directeurs de Ressources Humaines.

 

A voir:

http://www.idhe.cnrs.fr/spip.php?article125

http://www.test-afs-socio.fr/drupal/rep/hopmembres/ficheperso.php?&id=435&id_rub=

 

A lire:

Salman S., 2008. « La fonction palliative du coaching en entreprise. ». Sociologies pratiques 17, « La tentation psy », 43-54.

https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=SOPR_017_0043

Salman S., 2008. « Fortune d’une catégorie : la souffrance au travail chez les médecins du travail». Sociologie du travail, 50, 31-47.

http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0038029607001550

Salman S., 2003. « La carrière d’un fondateur du coaching ». Terrains et Travaux 4, « Enquêtes sur l’activité économique », 140-161.

https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2003-1-page-140.htm

 

____________

[1] Pour un exemple typique, voir Salman S., 2003. « La carrière d’un fondateur du coaching ». Terrains et Travaux 4, « Enquêtes sur l’activité économique », 140-161.

https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2003-1-page-140.htm

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.