Appel : Grandes entreprises : journée d’études doctorants (28/11/2013)

Appel à communications

 

 Grandes entreprises : journée d’études doctorants

 

 Journée soutenue par le Centre de sociologie des organisations (CNRS – Sciences Po)

Comité d’organisation : Denis Segrestin, Scott Viallet-Thévenin, Sebastian Billows

28 novembre au CSO

 

Le but de cette journée d’étude est de réunir les doctorants qui étudient les transformations récentes des grandes entreprises[1]. En effet, à notre connaissance, il n’existe pas à ce jour d’espace de coordination entre les chercheurs et doctorants s’intéressant à cet objet. Notre projet est de rassembler, au cours d’une journée animée et introduite par Denis Segrestin, des doctorant.e.s dont les recherches portent sur les grandes entreprises. Les participant.e.s seront invité.e.s à présenter une recherche en cours, quel que soit son état d’avancement. Des chercheur.e.s confirmé.e.s seront chargé.e.s de commenter les communications et d’animer la discussion. L’objectif de cette journée est également de constituer une communauté autour de ces questions, communauté qui, par la suite, pourra se réunir de manière périodique.

Tout en restant ouverts à d’autres approches, nous proposons ci-dessous des axes théoriques qui, nous l’espérons, seront utiles pour structurer les discussions. Par ailleurs, cette journée permettra d’évoquer les questions méthodologiques soulevées par l’étude des grandes entreprises. Quelles sources mobiliser sur un objet si complexe ? Comment entrer sur un terrain où les acteurs sont soucieux de la confidentialité ? Quels acteurs observer afin de saisir les mécanismes sociologiques pertinents ?

Axes théoriques proposés

Les entreprises contemporaines semblent être soumises à un triple processus de financiarisation, d’internationalisation et de libéralisation. Par financiarisation, on entend une plus grande pression exercée par les actionnaires au détriment du développement à long-terme de la firme. Par internationalisation, on entend à la fois une mise en concurrence accrue ainsi que l’importation de modèles de gestion. Par libéralisation, on entend une transformation du rôle de l’Etat, qui passerait d’un rôle d’actionnaire à un rôle de simple régulateur. Une démarche sociologique apporterait des éclairages sur ces processus. Sur leur intensité d’abord : ces tendances affecteraient les entreprises différemment selon leur taille, leur secteur d’activité ainsi que leurs liens historiques avec l’Etat. Une telle démarche permettrait ensuite d’identifier les mécanismes qui sous-tendent ces tendances. L’objectif de cette journée est de faire l’état des lieux des travaux de doctorants en cours portant sur ces thématiques.

Pourquoi s’attarder sur le cas des grandes entreprises ? Depuis le renouveau de la sociologie économique, l’activité marchande du secteur concurrentiel fait l’objet d’une grande attention. Cependant, l’entreprise en tant que telle n’a jamais été son objet principal. Et lorsque c’est le cas, les recherches ont porté principalement sur de petites et moyennes entreprises. En France notamment, la sociologie économique a traité en priorité les questions d’évaluation marchande (Callon et al., 2007 ; Karpik, 2007 ; Vatin, 2013), de dynamiques professionnelles (Champy, 2012), de réputation (Menger, 2009) et l’entreprenariat (Zalio, 2007). Les marchés sur lesquels la majorité des enquêtes ont porté sont des « marchés limites » (voir Steiner, 2006) dont l’étude vise à montrer les limites de la théorie économique néoclassique. Et pourtant, le capitalisme contemporain semble être organisé autour de quelques dizaines d’entreprises de très grande taille. Le chiffre d’affaires cumulé des entreprises du CAC 40 s’élevait en 2011 à 1324 milliards d’euros, une statistique comparable au PIB de l’économie française, qui frôlait 2000 milliards d’euros la même année.

Si l’école française de sociologie des organisations s’est intéressée aux grandes firmes (Friedberg, 1996 ; Reynaud, 1997 ; Tixier et Mauchamp, 2000), elle s’est concentrée sur les dynamiques internes à ces organisations. Nous estimons que ces travaux gagneraient à être complétés par un regard externe sur l’entreprise. Ainsi, nos axes s’inspirent fortement des questions propres à la political economy et notamment des travaux récents sur la diversité des capitalismes (Hall et Soskice, 2001 ; Streeck et Thelen, 2005). Ces travaux ont posé à juste titre la question de l’environnement politico-institutionnel des grandes firmes. Nous reprenons à notre compte l’étude des grandes firmes sous l’angle de leur environnement marchand, politique et institutionnel en y apportant des résultats de travaux empiriques mettant en lumière des mécanismes spécifiques. Nous proposons trois axes permettant de saisir les transformations récentes des grandes entreprises :

–          L’actionnariat et les jeux concurrentiels. Une branche de la sociologie économique nord-américaine (Mizruchi, 2013 ; Useem, 1996) a montré le caractère fondamental des liens organiques entre grandes firmes pour comprendre les évolutions du capitalisme contemporain. En revanche, les travaux qui s’intéressent aux jeux concurrentiels dans des contextes oligopolistiques sont rares. Quelle serait, à l’instar de Simmel (1912), une approche sociologique des jeux concurrentiels entre très grandes firmes évoluant dans des marchés oligopolistiques ? En outre, la littérature existante sur la gouvernance des firmes s’en tient à des considérations très macrosociologiques, sans préciser les mécanismes à l’œuvre au niveau des firmes. Appliquer ces questions à la France exige de prendre en compte le rôle des administrations publiques qui gèrent les participations de l’Etat.

–          L’environnement politico-juridique et la régulation commerciale. Il a été établi de longue date que la structure et le fonctionnement des grandes entreprises est tributaire de l’environnement législatif (Fligstein, 1990) et politique (Dobbin, 1994). Autrefois considérées uniquement comme des facteurs exogènes, les normes juridiques et les contraintes politiques sont désormais intégrées à un processus cyclique de régulation où les acteurs privés jouent un rôle prépondérant (Carruthers et Halliday, 2009 ; Pélisse, 2011).  Outre les acteurs privés, tels que les entreprises elles-mêmes, les professions juridiques et les administrations publiques semblent tenir une place primordiale. Le rôle de tutelle est particulièrement prégnant dans les pays, tels que la France, où le « capitalisme d’Etat » est encore de mise.

–          Syndicats, relations professionnelles et régulation sociale. On constate, notamment en France, une profusion de travaux ethnographiques sur les relations professionnelles (Benquet, 2010 ; Beaud et Pialoux, 1999). Ces travaux gagneraient à être mis en perspective avec la question de la régulation politico-institutionnelle des grandes entreprises. Par exemple, une façon d’établir ce lien consisterait à s’intéresser à l’inscription politique et institutionnelle des normes juridiques censées protéger les travailleurs (Edelman et al., 1999 ; Dobbin et Kelly, 2007).


Organisation de la journée et participation

 Les doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s intéressé.e.s devront envoyer à Sebastian Billows et à Scott Viallet-Thévenin (voir adresses mail ci-dessous) un document de 4 pages au plus tard le 1er juillet précisant, à propos de leur thèse, les aspects suivants :

–          Le titre

–          La/les question/s de recherche

–          La méthodologie et éventuellement les données récoltées

–          Les hypothèses de travail et/ou les résultats définitifs

–          En 5000 signes environ, une question spécifique tirée du travail de thèse qui se rapporte à une ou des thématiques suggérées dans l’appel, qui donnera lieu, le cas échéant, à une communication plus développée lors de la journée.

–          Les noms, prénoms, affiliation institutionnelle, discipline et adresse mail

Ce document permettra au comité d’organisation d’apprécier l’adéquation des recherches poursuivies par les postulant.e.s avec les perspectives proposées par la journée.

Les doctorant.e.s retenu.e.s devront présenter une communication d’une dizaine de minutes reprenant la question évoquée à la fin de leur proposition. Ils seront encouragés à envoyer au préalable une version écrite de leur communication (à titre indicatif : 35 000 signes). La présentation sera suivie d’une discussion avec la salle. La journée sera structurée autour de plusieurs sessions thématiques coordonnées par un.e ou des chercheur.e.s confirmé.e.s.

La journée se tiendra le 28 novembre dans les locaux du CSO (CNRS-Sciences Po) à Paris. Au cours et à l’issue de la journée, nous proposerons des moments conviviaux à la charge de l’organisation.

 Comité d’organisation

 Denis Segrestin, denis.segrestin@sciences-po.fr

Scott Viallet-Thévenin, scott.vialletthevenin@sciences-po.org

Sebastian Billows, sebastian.billows@sciences-po.org


[1] En l’attente d’une définition sociologique, on pourra s’appuyer sur la définition donnée par l’INSEE : « Une grande entreprise est une entreprise qui a au moins 5000 salariés. Une entreprise qui a moins de 5000 salariés mais plus de 1,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et plus de 2 milliards d’euros de total de bilan est aussi considérée comme une grande entreprise ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search